Carl Morais nerveux d'affronter Stéphane Ouellet

Un premier combat en 30 ans

Carl Morais et Stéphane Ouellet sont à l'entraînement... ((Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie))

Agrandir

Carl Morais et Stéphane Ouellet sont à l'entraînement en vue de leur combat amical du 15 mai prochain, dans le cadre du gala d'Impact Sport Production.

(Photo Le Quotidien-Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Carl Morais a toutes les raisons d'être nerveux en prévision de son combat amical du 15 mai contre Stéphane Ouellet. Il montera officiellement dans le ring pour une première fois en 30 ans.

Carl Morais a connu une carrière amateur exceptionnelle avec une centaine de combats et 90 victoires. Il a détenu le titre des Gants dorés dans sa catégorie pendant de nombreuses années. Il a également fait sa marque sur la scène internationale avec une seule défaite en 26 compétitions. Surtout en raison de ses obligations professionnelles, il n'a jamais fait le saut chez les professionnels et a disputé son dernier combat à l'âge de 27 ans. Il aurait bien voulu tenter un retour à 33 ans, mais une fracture aux deux poignets a mis un terme au projet. «Au moins, ça m'a aidé de pouvoir me servir de ma tête au lieu de mes poings», image-t-il, se disant très à l'aise avec la tournure des choses.

Maintenant âgé de 57 ans, Carl Morais effectuera finalement son retour et pas contre n'importe qui. Dans le cadre du gala Impact 4, organisé par Impact Sport Production à l'hôtel La Saguenéenne, il se frottera à Stéphane Ouellet. «C'est stressant», admet Carl Morais qui, même l'an dernier, n'aurait pas envisagé qu'une telle opportunité soit possible. Il a donc le grand sourire quand il en parle.

«Je lui ai dit: ''Flatte-moi pas. Le gars frappe encore.'' Michel (Desgagné) voudrait que j'esquive, mais c'était mon style de prendre les coups», de raconter Carl Morais, hier matin, après quelques rounds de «sparring» avec son adversaire au Club de boxe de Chicoutimi. Il estime que sa forme physique sera excellente d'ici le gala.

«J'ai monté pas mal depuis les derniers mois, mentionne-t-il. Je suis en bonne condition, mais la boxe, c'est une autre histoire. Quand tu fais du sac, il ne te frappe pas. Stéphane, son jab, il est encore là et il est fatigant!»

Entraînement

Lorsqu'ils s'affronteront dans deux semaines, Carl Morais et Stéphane Ouellet en connaîtront beaucoup plus l'un sur l'autre. Hier, ils en étaient à une quatrième séance de «sparring» et quelques autres sont prévues d'ici le combat.

«On veut donner un bon ''show''. Si je ne le connais pas et lui non plus, qu'est-ce qu'on va faire?», explique Carl Morais.

«On se respecte. On le fait avant tout pour s'amuser», raconte pour sa part Stéphane Ouellet qui annonce que les montants amassés serviront à venir en aide à la famille de Mélissa Tremblay-Viau qui combat la maladie.

«Ça ne sera pas de la démolition, mais une démonstration», reprend-il, assurant que de vrais coups seraient portés, comme il a été possible de le constater hier matin.

Le dernier séjour dans le ring de Stéphane Ouellet est beaucoup plus récent, lui qui a livré un dernier combat professionnel contre le Belge Cédric Spera en septembre. Malgré la défaite à ce moment, il dit avoir acquis une forme physique qui est encore présente. «Je n'ai pas arrêté. Je fais de la course en masse et avec mon gym à Alma, je m'entraîne pas mal. De la boxe, je n'en fais presque plus, autre que mon ''sparring'' avec Carl», raconte le propriétaire du Club de boxe Projet Cardio.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer