Décision unanime de la Commission disciplinaire française

Richard Martel exclu des circuits français jusqu'en novembre

L'ancien entraîneur-chef des Brûleurs de Loups de Grenoble,... ((Photo Fabien Baldino, Brûleurs de loups))

Agrandir

L'ancien entraîneur-chef des Brûleurs de Loups de Grenoble, Richard Martel, a écopé d'une suspension de 10 mois, dont deux avec sursis pour avoir ordonné à l'un de ses joueurs de charger le gardien du club adverse.

(Photo Fabien Baldino, Brûleurs de loups)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

L'ancien entraîneur-chef des Brûleurs de Loups de Grenoble, Richard Martel, a écopé d'une suspension de 10 mois, dont deux avec sursis pour avoir ordonné à l'un de ses joueurs de charger le gardien du club adverse à la toute fin du quatrième match de la série quart de finale contre les Ducs de Dijon, le 4 mars dernier, dans la Ligne Magnus. Le Chicoutimien pourra donc se retrouver derrière le banc d'une équipe de hockey française à compter du 10 novembre prochain.

Il s'agit de la décision unanime prise par la Commission disciplinaire de première instance de la Fédération française de hockey sur glace (F.F.H.G.) à la suite des audiences tenues le 27 mars. Voici ce qui ressort des extraits de décision dont Le Quotidien a obtenu copie. Congédié par sa formation le lendemain de l'incident, le pilote chicoutimien se retrouve sous le coup d'une «interdiction de participer aux compétitions et manifestations sportives organisées ou autorisées par la F.F.H.G. pour une durée de dix mois, dont deux avec sursis». Il est précisé «que tant que cette suspension n'est pas intégralement purgée, le licencié ne peut participer à aucune rencontre nationale amicale, de championnat ou de coupe de la F.F.H.G.».

La Commission disciplinaire de première instance a basé sa décision sur le fait que Richard Martel, de par sa fonction d'entraîneur-chef, était en autorité et avait un ascendant sur le jeune joueur impliqué dans cette affaire, Quentin Scolari. «Il est indéniable que M. Richard Martel savait, en sollicitant M. Quentin Scolari, qu'il exécuterait sa demande en raison de son jeune âge et de son manque d'expérience du sport à haut niveau.»

Fait que Richard Martel n'a pas nié, en convenant que ce n'était d'ailleurs pas un hasard qu'il ait choisi Scolari.

Image ternie

La Commission disciplinaire considère en outre que les agissements de Richard Martel ont nui à l'image du hockey français et sont indignes d'un entraîneur de statut professionnel. «Les consignes de Richard Martel, et leurs conséquences, sont de nature à porter, in fine, atteinte à l'image du hockey sur glace français aux yeux du public - comprenant notamment des enfants et adolescents - venu nombreux dans ce contexte de match de phases finales de la Ligue Magnus.» La consigne qu'il a ordonnée, bien que visant à passer un message à l'adversaire, est «contraire à l'esprit du sport et à son éthique».

Deux éléments ont milité en faveur de l'ex-entraîneur des Brûleurs de Loups, soit le fait qu'il «a exprimé des regrets d'avoir demandé à son joueur de ''rentrer dans le goaler''», et l'absence d'antécédent disciplinaire connu à la Fédération française de hockey sur glace.

L'instance disciplinaire estime en outre que «les circonstances atténuantes et la tension qui régnait» pendant ledit match ne sauraient exonérer Richard Martel de sa responsabilité. Ce dernier «doit prendre conscience de cette faute particulièrement regrettable pour un coach, a fortiori lorsque celui a la qualité de coach professionnel».

Rappelons que l'ancien entraîneur des Saguenéens de Chicoutimi a amorcé une carrière en Europe en dirigeant pendant deux ans le Visby Roma, en Suède, avant d'être embauché par Grenoble en avril 2014. Précisons également que rien n'empêche le Chicoutimien de reprendre du service à la barre d'une équipe ailleurs qu'en France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer