Saison inespérée pour Girard

Samuel Girard.... ((Archives Le Quotidien))

Agrandir

Samuel Girard.

(Archives Le Quotidien)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

À 17 ans, le patineur de vitesse courte piste Samuel Girard rêvait de faire sa place dans la cour des grands. À peine un an plus tard, le rêve du talentueux athlète de Ferland-et-Boilleau s'est concrétisé, et ce, bien au-delà de ses espérances.

L'athlète de 18 ans vient en effet de conclure une première saison des plus remarquables chez les seniors. Saison durant laquelle il a participé à toutes les étapes du circuit de la Coupe du monde, en plus de disputer les épreuves individuelles des Championnats du monde, tant junior que senior.

En entrevue téléphonique, le jeune homme admet que la saison qui vient de se terminer a largement dépassé ses attentes. «Je me suis surpris moi-même, avoue-t-il. Je savais que j'étais fort, mais je ne pensais pas que le bagage que j'avais allait me permettre de me classer. Au début de la saison, je m'attendais à faire peut-être une coupe du monde, grâce à un choix discrétionnaire, sans plus.»

Contre toute attente, il s'est qualifié pour les quatre premières étapes en Coupe du monde grâce à une 2e place au cumulatif, un exploit qu'il a réitéré en janvier, lors des championnats canadiens, pour ainsi assurer sa présence aux deux dernières étapes. «Après m'être qualifié pour les quatre premières coupes du monde, j'avais un petit peu plus d'attente lors de la deuxième sélection pour avoir la chance de faire ma place et peut-être de participer au Championnat du monde», raconte-t-il.

S'il est très fier de sa progression des derniers mois, tant à l'entraînement qu'en compétition, le fait de s'être taillé une place sur l'équipe nationale A arrive en tête du palmarès de ses meilleurs coups cette année. "Ça m'a permis de confirmer que ce n'était pas un coup de chance. J'ai prouvé que j'avais ma place (deux fois plutôt qu'une)", dit -il en référant à sa 2e place au cumulatif des sélections des Coupes du monde d'automne ainsi qu'aux Championnats canadiens de janvier.

Conserver ses acquis

«Cette saison m'a aussi permis de voir ce qu'était la vie d'athlète de niveau international. On partait, on revenait pour rester une semaine. Noël, on oublie ça. C'était une vie complètement différente de ce que j'avais avant», explique Samuel, qui s'est bien adapté à tous ces changements.

«Nous sommes bien entourés et les autres gars de l'équipe m'avaient préparé à ça. Je me suis bien adapté et je n'ai pas trop senti les effets du décalage.» En fait, il n'y a qu'aux mondiaux juniors au Japon que le Ferboillien a été éprouvé, victime d'une intoxication alimentaire. «C'était la première fois que je n'étais pas capable de me présenter à une course, concède-t-il en riant. Personne dans l'équipe ne savait qu'il ne fallait pas manger cet aliment à cette période de l'année. Maintenant, je le sais!»

En réussissant une 5e place en finale A du 1500 m à Lake Placid en Coupe du monde, Girard a assuré sa place aux mondiaux junior. Sur cette même distance, il a d'ailleurs obtenu son meilleur classement en Coupe du monde, avec une 11e place au total des six étapes. Ses résultats aux nationaux et sur le circuit mondial lui ont valu d'être choisi pour disputer les distances individuelles aux Championnats du monde seniors, couronnant ainsi une impressionnante saison. «C'était vraiment quelque chose. C'était plaisant! Cette année, j'ai fait tout ce que je pouvais faire: les coupes du monde et les championnats du monde junior et senior. Je ne pouvais demander mieux!», résume celui qui a visiblement toujours autant de plaisir à pratiquer son sport.

Promu du volet développement à l'équipe nationale A, Samuel Girard bataillera maintenant pour garder sa place lorsque s'amorcera la nouvelle saison. Oui, il y a de la pression, mais pas plus que pour n'importe quels autres membres de l'équipe nationale qui veulent garder leurs acquis, assure-t-il. «Je veux refaire ma place, mais je reste réaliste. Les gars sont tous aussi forts et ça va batailler dur!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer