30e édition du Tour du mont Valin

Un 4e titre stressant pour Ruel

Les Saguenéens Jonathan Tremblay (à gauche) et Pierre... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Les Saguenéens Jonathan Tremblay (à gauche) et Pierre Lavoie (qui a fini 2e) entourent le vainqueur, Vincent Ruel, pour le podium du 45 km style libre. Ruel a défendu avec succès son titre de champion pour une 4e année consécutive. Déjà papa d'un garçon et d'une fille, le champion était stressé parce que sa conjointe est sur le point de donner naissance à leur 3e enfant. Il a d'ailleurs repris rapidement la route après sa victoire!

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Johanne Saint-Pierre
Le Quotidien

Si le Tour du mont Valin était conté, on aurait l'embarras du choix en termes de jolies histoires à raconter. Et la 30e édition tenue hier n'a pas fait exception!

En plus de se dérouler dans de magnifiques conditions et un cadre enchanteur, la grande fête des adeptes du ski de fond et de la raquette a en effet permis à quelque 658 participants des quatre coins du Québec de se dépasser dans une ambiance de retrouvailles et d'amitié.

Parmi les belles histoires du jour, il y a celle du champion en titre du 45 km en style libre, Vincent Ruel de Québec, qui a décidé à la dernière minute de venir défendre son titre avec succès pour une 4e année consécutive. Le vainqueur, qui a devancé dans l'ordre les Saguenéens Pierre Lavoie, Jonathan Tremblay et le président d'honneur, Jean-Philippe Le Guellec, avoue que ce fut sans doute l'édition la plus stressante qu'il a vécue. En effet, sa conjointe est sur le point d'accoucher de leur troisième enfant et comme le petit ne semblait pas décidé à pointer le bout de son nez, c'est elle qui l'a incité à venir défendre son titre.

«Je suis descendu de Québec ce matin (hier) et j'ai téléphoné à ma blonde pour m'assurer que tout allait bien. D'habitude, c'est une histoire de famille. On vient ici pour finir l'année et on s'installe au Montagnais pendant deux soirs. J'étais stressé parce que mon garçon a eu la gastro et moi, j'ai passé proche. Je suis venu pour défendre mon titre, mais j'ai hâte me reposer», a-t-il expliqué, conscient que le repos est relatif avec deux enfants et un troisième presque là. Par contre, il ne regrettait pas sa décision. «Les conditions étaient belles et j'étais content de skier avec Jean-Philippe (Le Guellec). On se connaît depuis longtemps, mais à cause de sa carrière, on n'a pas eu souvent l'occasion de skier ensemble. Ce sera une édition spéciale sur bien des plans», a-t-il conclu, alors qu'il s'apprêtait à reprendre la route pour rentrer rapidement à la maison.

Pour sa part, Le Guellec était fort heureux de cette «journée de premières». «Première édition, premier 45 km, le parcours était vraiment de toute beauté. On est aussi chanceux côté température. En ski, c'était la perfection. Vincent n'était pas censé venir et c'est une belle surprise qu'il ait pu être là. On a pu skier ensemble sur près des trois quarts du parcours», a-t-il commenté, en promettant de réitérer l'expérience l'an prochain s'il le peut.

Le Chicoutimien Jonathan Tremblay fait aussi partie des heureux du jour. Il a devancé l'Olympien Le Guellec au sprint pour prendre le 3e rang du 45 km libre derrière Pierre Lavoie. «Je suis vraiment content. C'est le fun un podium, avec Pierre en plus. C'est un de mes meilleurs résultats en six participations. J'avais déjà fini 3e, mais je suis content. On n'était pas loin de Vincent. Avec Pierre, on a bien skié», a commenté celui qui a connu une saison fort bien remplie.

Une première en 17 ans

Au 45 km classique, Simon Thibault de Laterrière a pour sa part savouré un premier titre en 17 participations. Un beau p'tit velours pour le fondeur de «52 ans et demi». «Les vieux de 50 ans sont pas pires encore», a-t-il lancé, visiblement heureux de sa prestation en 2h42mn19, tout juste devant le légendaire Phil Shaw de Rosemère (2h43mn04). «J'ai toujours été bien placé (dans les éditions ultérieures), mais aujourd'hui, j'avais de super skis. C'était de super belles conditions, même si le départ était un peu frais, mais c'était très bien. On était trois en avant et j'ai tenté une petite échappée après le Bras de l'enfer et ça a fait!», a résumé le Laterrois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer