Avec les Screaming Eagles

Léveillé a trouvé sa niche

L'ancien des Sags Loïk Léveillé est heureux avec... ((Courtoisie))

Agrandir

L'ancien des Sags Loïk Léveillé est heureux avec les Screaming Eagles du Cap-Breton. Il a retrouvé sa touche offensive avec 40 points en 48 parties.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Échangé deux fois à ses deux premières saisons dans le junior majeur, le défenseur Loïk Léveillé a fait sa niche avec les Screaming Eagles du Cap-Breton. L'ancien des Saguenéens et du Drakkar a également retrouvé sa touche offensive avec 40 points en 48 parties.

Loïk Léveillé a été quelque peu victime de sa valeur comme jeune joueur, lui qui a fait partie de deux transactions majeures. Après une demi-saison sur la Côte-Nord, il a fait ses valises pour Chicoutimi dans l'échange qui a permis au Drakkar de mettre la main sur Jérémy Grégoire. Puis, un an plus tard, il a été envoyé au Cap-Breton, en compensation dans la transaction qui a amené Nicolas Roy avec les Saguenéens. «C'est la première année que je passe une saison complète avec la même équipe. La stabilité aide mon jeu, ça c'est sûr. C'est important», convient Loïk Léveillé qui, en un an avec les Screaming Eagles, a l'impression d'avoir plus progressé qu'en un an et demi auparavant.

«À Baie-Comeau, quand j'avais 16 ans, il y avait vraiment une bonne équipe alors je ne me suis pas développé beaucoup. Après Noël, quand je suis arrivé à Chicoutimi, ç'a bien été avec Marc-Étienne Hubert. J'avais joué beaucoup en séries. Dès que les Sags ont su que je partais aux Fêtes pour compléter l'échange de Nicolas Roy, je jouais moins et je ne me suis pas amélioré. Dès que je suis arrivé au Cap-Breton, j'ai joué avec un vétéran, Justin Haché, ça m'a aidé dans ma progression», souligne le défenseur de 18 ans.

Depuis le début de la saison, il a pratiquement doublé sa production de ses deux premières saisons. Avec 40 points, il n'est devancé que par Alexandre Carrier (41 points) chez les arrières de la LHJMQ et son différentiel de +15 est un bon indicateur de sa fiabilité défensive. «C'est ma troisième année et j'ai de l'expérience. Le rôle que j'ai dans l'équipe aide aussi», note Loïk Léveillé qui attire l'attention des recruteurs. Le défenseur de 5 pieds 11 et 223 livres se retrouve en 91e position chez les patineurs nord-américains sur la plus récente liste de la Centrale de recrutement de la Ligue nationale, dévoilée la semaine dernière. «Je suis arrivé au camp en tant que vétéran. C'est ma troisième saison et ma grosse année de repêchage. Je veux tout donner cette année et ça va bien de ce côté-là», insiste-t-il.

Lors de la période des transactions des Fêtes, même si l'équipe décevait avec une 17e place, le directeur général Marc-André Dumont est allé chercher du renfort, notamment avec le défenseur Olivier Leblanc et le gardien Alexandre Bélanger. Les joueurs ont bien répondu jusqu'ici en 2015, ayant remporté neuf de leurs 11 matchs pour s'approcher du peloton. «Quand l'équipe va bien, les joueurs vont bien aussi», soutient Loïk Léveille qui espère enfin réussir à franchir au moins une ronde en séries.

Distance

Loïk Léveillé assure qu'il n'est pas trop dérangé par l'éloignement avec le Cap-Breton. Hier, lors d'une entrevue téléphonique, l'autobus de l'équipe était en chemin vers Halifax, la ville la plus proche du Cap-Breton, à quatre heures 30 de route. «Je trouve que ce n'est pas si pire. Il y en a qui trouvent ça plus dur que moi», assure-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer