Début de Boisclair comme entraîneur

À sa première saison complète comme entraîneur, l'ancien... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

À sa première saison complète comme entraîneur, l'ancien des Saguenéens Maxime Boisclair monte les échelons. Il fait partie du personnel de l'une des deux équipes du Québec des moins de 15 ans (Blanc) qui participent au tournoi midget espoir à Saguenay.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Maxime Boisclair n'a pas encore totalement accroché ses patins, mais il prépare déjà son après-carrière. L'ancien franc-tireur des Saguenéens tente de faire sa place comme entraîneur. Il attire rapidement l'attention et fait partie du personnel de l'une des deux équipes du Québec des moins de 15 ans qui participent au tournoi midget espoir qui se déroule toute la fin de semaine au Saguenay.

Maxime Boisclair ne cache pas que même s'il porte encore parfois les couleurs des 3L de Rivière-du-Loup, dans la Ligue nord-américaine de hockey, il donne priorité à sa nouvelle carrière d'entraîneur. Il est à sa première année à temps plein, avec les Cascades Élite de Drummondville dans le bantam AA. « Quand je jouais, j'avais le désir d'un jour devenir entraîneur. J'ai eu l'opportunité et ça me permet en même temps de rester dans le hockey et redonner aux plus jeunes. C'est important pour moi », raconte Maxime Boisclair. Il raconte avoir entamé des démarches l'an dernier avec l'adjoint avec les Voltigeurs de Drummondville, Louis Robitaille alors qu'il gardait la forme avec la formation de la LHJMQ et il avait passé quelques moments avec la formation bantam AAA. « Être entraîneur, c'est un peu comme jouer, mais tu vois des choses que tu ne voyais pas comme joueur. J'ai eu la chance de jouer, donc je peux voir tous les ingrédients », estime Maxime Boisclair

Les deux équipes des moins de 15 ans qui participent aux deux tournois midgets espoir de Saguenay et Gatineau regroupent les meilleurs joueurs de leur catégorie d'âge au Québec. Maxime Boisclair apprécie grandement l'opportunité, lui qui fera également partie du personnel d'entraîneurs de la formation du Centre-du-Québec lors des Jeux du Québec, dans quelques mois, à Drummondville.

« J'ai vu au début de la saison qu'ils cherchaient des candidats. J'ai été choisi et j'en suis bien content. Ce sont de belles expériences. J'ai la chance de voir travailler d'autres entraîneurs et d'aller chercher de l'expérience, souligne-t-il. Le plus d'expériences que je peux avoir, je vais les prendre. Quand tu peux en avoir, tu ne craches pas là-dessus. »

Sans surprise, Maxime Boisclair, qui a enfilé 70 buts en autant de matchs avec les Sags lors de la saison 2005-2006, a la responsabilité des attaquants. « Je me spécialise sur l'avantage numérique », lance-t-il à la blague.

Revenir au Saguenay a un cachet particulier pour le natif de Port-au-Prince, en Haïti, qui a grandi à Drummondville. Il n'a pas eu l'occasion de le faire très souvent lors des dernières années et profitera des prochains jours pour faire un petit retour dans le passé. « Quand j'ai su que c'était au Saguenay, ça me donnait encore plus le goût d'être pris », avoue Maxime Boisclair.

« C'est comme un 2e chez moi. Même si les choses ont changé, on dirait que c'est tout le temps pareil », de conclure celui qui a cumulé 290 points en 229 rencontres de saison régulière avec les Saguenéens.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer