Début d'une campagne de financement

Le Patro a besoin d'un nouveau gymnase

Bruno Harvey, président d'honneur de la campagne locale... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Bruno Harvey, président d'honneur de la campagne locale de financement, Yannick Gagnon, directeur général, et Jean-Guy Desrochers, vice-président de la Fondation René Bertrand, souhaitent voir naître un nouveau gymnase au Patro de Jonquière dès l'été 2016.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

(Jonquière) Dans un monde idéal, le Patro de Jonquière accueillera les jeunes inscrits à ses camps estivaux dans un tout nouveau gymnase, en juin 2016.

Pour arriver à cet objectif, ses dirigeants ont évidemment besoin de sous. Ils ont officiellement lancé, hier matin, une campagne de financement qui les aidera à atteindre leur but.

La construction d'un nouveau gymnase au Patro de Jonquière est évaluée à 2,4 millions $. Les responsables de l'organisme ont bon espoir que le tiers de la facture sera épongé par le gouvernement fédéral et qu'une contribution de Québec atteindra le même niveau. Ils ont d'ailleurs entrepris des démarches en ce sens.

Restent 800 000 $ à trouver par le Patro.

La campagne majeure de financement des sept patros du Canada permettra à celui de Jonquière de toucher 300 000 $. La Fondation René Bertrand du Patro de Jonquière fera elle aussi sa part. Hier, son vice-président, Jean-Guy Desrochers, a donné le coup d'envoi à une autre source de financement, la vente de 1000 briques symboliques au coût de 100 $ l'unité. Chaque individu, compagnie, groupe ou organisme qui fera l'acquisition d'une brique verra son nom être inscrit sur un mur décoratif à l'intérieur du nouveau gymnase.

«Déjà 170 briques ont été vendues, a précisé Jean-Guy Desrochers. La campagne de financement locale est amorcée, sous la présidence d'honneur de Bruno Harvey, des Pharmacies Jean Coutu, et 17 000 $ ont déjà été amassés. À cela s'ajoutent 17 000 $ en provenance des anciens du Patro. Nous sommes donc rendus à 334 000 $.»

Les dirigeants du Patro ont l'intention de profiter des prochains mois pour poursuivre leurs démarches dans le but d'amasser le plus d'argent possible. Lorsqu'ils auront terminé cette étape, ils cogneront aussi à la porte de Saguenay.

« Saguenay a toujours été un partenaire majeur de tous les projets du Patro», a signalé le directeur général du Patro de Jonquière, Yannick Gagnon.

Si le projet est mené à bien, le nouveau gymnase verra le jour sur le côté gauche du Patro (près de l'église Sainte-Dominique). Le nouvel équipement s'étendra sur deux étages. Le rez-de-chaussée regroupera les services de douches et toilettes alors que les deux plateaux du gymnase occuperont l'étage.

Plus de place

Si le Patro de Jonquière a besoin d'un nouveau gymnase, ce n'est pas uniquement parce que l'équipement actuel est désuet et inadéquat à la pratique d'activités sportives. C'est surtout parce que l'établissement âgé de 67 ans n'a plus assez de place pour répondre à la demande.

«Le Patro est limité dans son développement, a précisé Yannick Gagnon. Il n'y a plus de place. Depuis cinq ans, nous sommes obligés de consacrer 11 000 $ de notre budget pour louer des locaux ailleurs pour accueillir des jeunes. En 2014, le Patro a été obligé de refuser des enfants à son programme estival.

«Nous voulons rester à la hauteur de notre réputation et nous refusons de nous laisser plafonner. Notre mission première n'est pas de retourner des jeunes chez eux.»

Notons que la meilleure façon de faire l'achat d'une brique est d'appeler au Patro ou de se rendre sur place. Hier, des moniteurs ont profité d'une rencontre de presse pour donner l'exemple et des jeunes qui fréquentent le Patro depuis quelques années ont aussi confirmé qu'ils feront leur part en donnant du temps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer