Entraîneur adjoint

Bouchard quitte le Drakkar

Même si son aventure avec le Drakkar de... ((Archives))

Agrandir

Même si son aventure avec le Drakkar de Baie-Comeau est terminée, Claude Bouchard ne fait pas une croix sur le hockey

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

(Chicoutimi) Même si son aventure avec le Drakkar de Baie-Comeau est terminée, Claude Bouchard ne fait pas une croix sur le hockey. Il se donne un peu de temps pour laisser retomber la poussière, mais il ne serait pas étonnant de le revoir derrière une équipe de hockey dans un avenir pas si lointain.

Le Jonquiérois a officiellement quitté son poste d'entraîneur adjoint du Drakkar dimanche soir. Pas bien dans sa peau depuis que la direction de l'équipe lui avait préféré Marco Pietroniro pour remplacer Éric Veilleux, il a pris la décision de ramasser ses affaires et de rentrer à la maison.

Claude Bouchard ne le cache pas, il n'a jamais vraiment digéré le choix du Drakkar. En juillet, lorsque son ami Éric Veilleux a quitté son poste pour faire le saut chez les professionnels, avec les Admirals de Milwaukee, il croyait bien avoir la chance de lui succéder puisqu'il faisait déjà partie de la famille du Drakkar et qu'il connaissait tous les joueurs. La direction de l'équipe a cependant emprunté un chemin différent en se tournant vers Pietroniro.

« Le jour où je n'ai pas été nommé entraîneur, ça m'a fait mal, reconnaît Claude Bouchard. Ce fut la goutte qui a fait déborder le vase. Quand des événements comme ça arrivent, tu dois remettre les choses dans leur juste perspective. Je l'ai essayé. Je suis allé à Baie-Comeau. Mais plus la saison avançait et plus il était évident que je n'avais pas la même motivation que l'an passé. La cicatrice est encore bien présente.

«Travailler dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec est un privilège. En même temps, ce n'est pas une fin en soi. Dans la vie, l'important est d'être heureux. Depuis mon retour à Baie-Comeau, je n'étais pas vraiment heureux. Dans le milieu du hockey, tu ne peux pas faire semblant. En plus, ce n'est vraiment pas moi. Je suis un gars entier et un passionné. Pour mon bien personnel et pour le bien de l'équipe, il était préférable que je quitte. J'ai annoncé ma démission dimanche soir, mais je n'ai pas pris cette décision du jour au lendemain. Je suis très à l'aise avec ma décision. J'ai commencé ma réflexion quand je n'ai pas eu le poste d'entraîneur. Je l'ai essayé et je ne le regrette pas.»

Claude Bouchard entamait sa deuxième saison avec le Drakkar. Il s'est joint à cette équipe en août 2013, après avoir obtenu un congé sans solde de la part de son employeur, la Commission scolaire De La Jonquière.

Ce privilège lui avait encore été accordé pour la présente campagne. Le Jonquiérois explique qu'il pourrait, en théorie, reprendre son poste d'enseignant en janvier 2015. Pour l'instant, il ne peut certifier que c'est ce qui arrivera.

«Je suis en réflexion, note Claude Bouchard. Je vais prendre quelques semaines pour voir aller les choses. Je suis convaincu qu'il y aura autre chose. Est-ce que ce sera un retour à l'école ou un retour au hockey? Je ne le sais pas. Dans le milieu du hockey, bien des choses peuvent arriver. On verra ce qui va se passer dans les prochaines semaines.

«J'ai commencé à coacher à l'âge de 16 ans. Trente ans plus tard, j'aime ça encore et le hockey reste ma passion. Je ne ferme pas de portes et on verra ce que l'avenir me réserve.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer