Face aux Grenadiers de Châteauguay

Même recette pour les Élites

Les Élites feront face à un nouvel adversaire au deuxième tour des séries... ((Archives))

Agrandir

(Archives)

Partager

(Chicoutimi) Les Élites feront face à un nouvel adversaire au deuxième tour des séries éliminatoires de la Ligue de hockey midget AAA, mais l'entraîneur-chef Dany Fortin n'a pas l'intention de changer une recette gagnante. Cette fois, ce sera contre les Grenadiers de Châteauguay, dans une série 4 de 7 à compter de ce soir, mais la stratégie demeurera la même.

«Si on veut continuer à avancer, il faut qu'on joue le même style de jeu qu'après Noël et surtout comme la dernière contre Lévis, souligne Dany Fortin. C'est ce qu'on disait aux gars cette semaine, on doit rester concentrés sur notre équipe. On ne doit pas accorder d'attention à l'adversaire sauf dans la préparation. Le seul temps où on parle de l'adversaire, c'est lorsqu'on fait du vidéo et qu'on aborde la stratégie. Après, il faut qu'on parle de nous.»

Dany Fortin ne ressent pas de pression supplémentaire avec la présence des Élites en deuxième ronde. Il assure que tout le monde dans l'organisation a encore faim. «On a rempli notre mandat, mais ce n'est pas assez. On en veut plus encore. Les gars ont goûté à la victoire et ont appris à gagner. Ils ont envie de plus et nous autres aussi. On ne veut pas que ça s'arrête là. Si on veut que ça se poursuive, on doit augmenter notre niveau de jeu», raconte-t-il.

L'entraîneur jonquiérois mentionne que les Grenadiers ont un style de jeu très semblable aux Commandeurs de Lévis. La troupe dirigée par Bruce Richardson dérange sur la patinoire, ayant écopé du plus grand nombre de minutes de pénalité en saison régulière avec 869. Dany Fortin demandera à ses protégés de la discipline, ce qu'ils n'avaient pas été en mesure de faire lors des trois premiers matchs contre Lévis. «L'objectif numéro un va être de rester concentrés et de faire abstraction de tout ça», annonce-t-il. Les gars ont compris que cette ''game'' là on ne pouvait pas la jouer, parce qu'on était pas capable. Quand on joue ce style, on ne performe pas. Ce qui est à changer, c'est de commencer la première partie avec cette attitude. Si on fait abstraction de ça et qu'on se met au travail, peu importe le résultat, on n'aura pas de regrets.»

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer