Christian Ouellet conquis

L'ancien joueur des Marquis Christian Ouellet a adoré... (Archives le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'ancien joueur des Marquis Christian Ouellet a adoré sa saison de hockey en Australie.

Archives le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Christian Ouellet a été charmé par son récent séjour en Australie. Bien sûr pour ses paysages et le climat, mais également par son expérience de hockeyeur.

Après avoir remporté la coupe Vertdure dans la Ligue nord-américaine de hockey (LNAH) au printemps avec les Marquis de Jonquière, le Brunois de 26 ans s'est laissé tenter par une invitation du Thunder de Perth, de la Ligue de hockey sur glace d'Australie. Ne sachant pas trop à quoi s'attendre, il a rapidement été conquis, tant par le calibre que par l'intérêt des amateurs. « Si on pensait que c'était impossible de faire du hockey en Australie, il fallait voir les partisans », explique Christian Ouellet. 

Chaque équipe pouvait faire appel à quatre joueurs « importés », surtout des Canadiens « Certaines équipes avaient quelques Canadiens d'origine avec leur citoyenneté australienne, ce qui leur donnait de la profondeur. C'était vraiment du semi-pro. Il n'y avait pas trop de système. On jouait à notre manière, ce qui donnait du jeu assez ouvert », mentionne Ouellet qui a dominé avec 48 points en 23 matchs.

Il était accompagné à Perth d'un autre Québécois, l'attaquant Benjamin Brault, un ancien du Drakkar de Baie-Comeau et des Remparts de Québec, qui a remporté le championnat des marqueurs avec 58 points. « J'ai eu beaucoup de temps de glace, observe-t-il. On a connu des hauts et des bas. On avait une jeune équipe qui a progressé toute la saison. »

Deuxième au classement de la saison régulière, le Thunder a toutefois été éliminé en demi-finale face au Brave de Canberra et un autre ancien des Sags, le défenseur Dominic Jalbert. Les quatre meilleures équipes se retrouvaient à Melbourne pour la fin de semaine finale.

Une cinquantaine de partisans de Perth avaient fait le voyage pour l'occasion. La formation de Jalbert a finalement perdu le match ultime, face aux favoris locaux du Ice, devant des gradins remplis avec un peu plus de 1500 spectateurs. 

« J'étais triste de partir. Je ne pensais pas devenir aussi proche en aussi peu de temps », de mentionner Ouellet, avouant ne pas prévoir y retourner l'été prochain. Il a trouvé l'aventure difficile sur le corps, mais également mentalement. 

« Comme je le disais à des partisans qui me demandaient si j'allais revenir, c'est dur d'être parti de la maison 12 mois par année. J'aimerais ça passer un été chez nous. Peut-être que d'ici 2, 3 ans, je vais regarder pour faire le même genre de chose », indique-t-il. 

En France

Christian Ouellet n'a même pas pu profiter d'une semaine de répit à la suite de sa saison australienne. Il a mis le cap sur Anglet, à Biarritz, au sud-ouest de la France, où il passera les prochains mois, dans la division un. Il a même disputé les deux matchs préparatoires en fin de semaine dernière à Rouen. « J'étais à Brest il y a deux ans. Ce n'est pas la plus belle ville, mais j'ai pu y vivre une belle expérience dans la Ligue Magnus. Là, je me retrouve dans l'une des villes les plus intéressantes à visiter. Je n'ai pas trop à me plaindre », fait-il valoir, ajoutant que la patinoire est située à quelques dizaines de pas de la plage. 

C'est à la suite d'une discussion avec Dominic Jalbert, qu'il retrouve à Anglet, qu'il a décidé de s'exiler.

Il rappelle qu'il a trouvé difficile de quitter les Marquis, mais il s'ennuyait de s'entraîner quotidiennement et voulait s'offrir une autre chance chez les professionnels. 

« Je m'en vais là-bas pour gagner la coupe, rien de moins », signale Christian Ouellet.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer