Traversée: Xavier Desharnais prévoit une chaude lutte

Xavier Desharnais a travaillé sur sa vitesse de... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Xavier Desharnais a travaillé sur sa vitesse de pointe au cours des derniers jours.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Xavier Desharnais veut ajouter une autre victoire à son palmarès tout en sachant que la compétition sera forte cette année.

« Ça va être très ouvert cette année. La course sera stratégique. C'est celui qui aura été le plus malin et à qui il restera le plus d'énergie à la fin qui va gagner. Les gars sont en bonne forme. Plusieurs peuvent prétendre à la victoire. Plusieurs ont l'expérience du lac Saint-Jean et savent qu'il est imprévisible », a commenté celui qui a remporté l'épreuve en 2014 et en 2015.

L'Argentin Damian Blaum, l'Italien Edoardo Stochino, le Macédonien Evgenij Pop Acev et le Français Bertrand Venturin constituent ses principaux adversaires. L'Allemand Alexander Studzinski pourrait être à surveiller, surtout si le port de la combinaison isothermique est obligatoire.

Desharnais considère être à son mieux. La baisse de régime d'entraînement lui a permis de bien récupérer. Il a travaillé sur sa vitesse de pointe au cours des derniers jours. « Je me sens très bien. J'ai bien récupéré du 15 km du Lac-à-Jim. Mon entraînement a été conçu pour arriver à mon ''peak'' samedi. Ça reste une course, il ne faut rien négliger », a-t-il ajouté.

En effet, l'an dernier, alors qu'il pensait lutter pour la victoire en compagnie de l'Américain Alex Mayer, il a dû composer avec un problème de maillot qui accentuait une douleur à l'épaule. Desharnais n'a pas été en mesure de suivre le peloton et le temps de s'acclimater à la douleur, il a fait une traversée en solo. Une expérience qui lui a permis de confirmer sa grande force mentale. « J'ai appris à composer avec cette blessure. Je ne ferai pas la même erreur cette année. La Traversée demande une bonne gestion des efforts. C'est la clé, car de plus en plus la course est serrée et se joue à la toute fin dans les deux derniers kilomètres ».

Philippe Guertin veut réussir à se garder de... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Philippe Guertin veut réussir à se garder de l'énergie pour la fin du 32 km et distancer ses adversaires au sprint.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Philippe Guertin est venu pour gagner

Philippe Guertin est venu à Roberval pour gagner la 63e Traversée internationale du lac Saint-Jean.

Celui qui avait terminé quelques secondes derrière Xavier Desharnais en 2015 estime avoir les atouts pour gagner. « Je pense que je suis en meilleure forme que par le passé. Je suis satisfait de mon résultat au 10 km au Championnat du monde à Budapest la semaine dernière (32e). Je suis resté dans le peloton et ça nageait très rapidement. Les gars sont forts et il n'y a pas de place pour tenter une remontée au sein du peloton. Tout se joue au départ », a-t-il commenté.

Sans trop vouloir dévoiler sa stratégie, Guertin veut réussir à se garder de l'énergie pour la fin du 32 km et distancer ses adversaires au sprint. « Il ne faut pas commettre d'erreurs et bien mesurer l'énergie des autres nageurs. Il y a plusieurs prétendants pour la victoire. Ce sera une belle Traversée qui devrait être très serrée », prédit le nageur de Saint-Hubert.

Philippe Guertin n'a pas voulu faire le 10 km jeudi afin d'avoir toute l'énergie possible pour le 32 km samedi. L'an dernier, il avait gagné le 10 km dans le but d'obtenir sa sélection pour les Championnats du monde. L'énergie déployée pour cette course l'avait contraint à abandonner après quelques heures de nage lors de la Traversée.

Ayant bataillé pour la victoire en 2015, Guertin espère vaincre son ami-adversaire Xavier Desharnais. 

Comme les autres athlètes, Guertin espère ne pas avoir à porter une combinaison isothermique samedi. Par contre, il ne se sent pas trop mal à l'aise avec le « wetsuit ».

« Les derniers tests avec le ''wet'' ont été satisfaisants. On a une bonne élasticité au niveau de l'épaule, c'est moins pire de ce que je craignais, car les premiers que j'ai essayés ne convenaient pas. J'ai nagé deux heures avec et ça allait. Par contre, je ne sais pas ce que ça peut donner sur un 32 km. L'idéal sera de nager sans », a-t-il affirmé.




À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer