Deux nageuses, deux objectifs

Dania Belisle espère ne pas avoir à porter... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens)

Agrandir

Dania Belisle espère ne pas avoir à porter une combinaison isothermique samedi.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Dania Belisle: toucher à la plaque

La Félicinoise Dania Belisle est très excitée à l'idée de vaincre le lac Saint-Jean pour une première fois.

La jeune athlète de 24 ans qui a participé au marathon de la relève par le passé se dit prête mentalement et physiquement à réaliser le plus gros défi de sa carrière. « Je me suis entraîné en conséquence. Cette année, j'ai fait beaucoup plus de volume en piscine et aussi en eau libre. Je me sens prête », mentionne celle qui nage pour le Rouge et Or de l'Université Laval.

Son but est simple : toucher à la fameuse plaque samedi après-midi. « Je sais que les filles sont rapides. Sabryna (Lavoie) est plus rapide que moi. Je vais faire ma course et aller à mon rythme et essayer de terminer dans les temps. Je vais voir s'il y a des nageurs avec qui je pourrais nager en peloton, car je ne serai pas en mesure de suivre le peloton de tête », exprime sagement la nageuse.

Elle sait que nager une distance de 32 km se passe plus dans la tête qu'au niveau physique. « Le côté mental, ça ne m'inquiète pas trop. Je suis assez bonne de ce côté. Je suis tenace », lance-t-elle en riant.

Comme bien d'autres nageuses, elle ne souhaite pas être obligée de mettre une combinaison isothermique (wetsuit) si l'eau est sous la barre des 18 degrés Celsius. Elle a nagé 3 km avec et a éprouvé des douleurs au cou.

Sabryna Lavoie se sent prête pour sa cinquième... (Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Sabryna Lavoie se sent prête pour sa cinquième Traversée du lac Saint-Jean.

Photo Le Quotidien, Gimmy Desbiens

Sabryna Lavoie: monter sur le podium

Sabryna Lavoie espère monter sur le podium cette année pour sa 5e Traversée.

« C'est ce que je vise, mais je dois considérer que je nage le 10 km demain (aujourd'hui) et je ne sais pas si les nageuses italiennes sont fortes. Je veux bien faire aussi au 10 km, j'aimerais finir première chez les Québécoises », a-t-elle mentionné en entrevue.

La nageuse de Saint-Bruno semble en pleine confiance. Ses sensations lors du 15 km du Lac-à-Jim et sa vitesse tenue en entraînement lui laissent penser qu'elle peut rivaliser avec les meilleures. « Je me sens très bien. J'ai bien récupéré de mon 15 km au Lac-à-Jim. Mon entraînement de cette semaine a bien été. Il reste à espérer une eau pas trop chaude et pas trop froide », espère-t-elle.

Elle redoute d'avoir à porter la combinaison isothermique si l'eau est sous les 18 degrés Celsius. Elle a nagé 7 km avec cette semaine et s'est blessée au cou. Elle n'aime pas du tout la sensation de nager avec cette contrainte. « J'espère que si c'est optionnel entre 18 et 20 degrés que les nageurs vont se parler pour s'entendre et prendre une décision. On pourrait même passer au vote », suggère-t-elle.

Selon Tomi Stefanovski, gagnant de la Traversée, les nageurs vont préférer l'utiliser, car elle permet de nager 5 secondes plus vite à chaque 100 mètres. Un avantage indéniable. De plus, les nageurs ne perdent pas d'énergie à combattre le froid.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer