Voyage au coeur de l'histoire du golf

Richard Létourneau a été impressioné par la dureté... (Archives AP)

Agrandir

Richard Létourneau a été impressioné par la dureté du terrain qui, malgré la pluie, a résisté à l'assaut des milliers de spectateurs.

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Vous avez suivi la dernière ronde de l'Omnium britannique, dimanche, et vous avez eu l'impression d'apercevoir pendant un instant deux visages connus du Saguenay-Lac-Saint-Jean ? Vous n'avez pas eu la berlue.

Des amis de longue date, Richard Létourneau et Ghislain Harvey, en compagnie de leur épouse, ont inscrit au programme d'un voyage en Angleterre une visite au Royal Birkdale pour l'ultime ronde de l'Omnium britannique. Et ils étaient aux premières loges pour assister au début de la poussée victorieuse de Jordan Spieth.

« Nous avons pris place au 15e trou, où on pouvait également voir le 14e trou, raconte Richard Létourneau, le président et gouverneur des Saguenéens de Chicoutimi. Nous avons vu Spieth réussir son birdie au 14e trou pour passer à moins 8 et frapper ensuite son coup de départ au 15e trou. Comme il faisait partie du dernier groupe, tous les gens ont suivi. Il devait y avoir 60 000 personnes sur le terrain. Nous avons choisi de ne pas suivre le groupe. Près du vert du 15e trou, il y avait un écran géant et c'est à cet endroit que nous avons suivi la fin du tournoi. Ça faisait bizarre d'entendre la réaction à la fois en provenance du vert qui était tout près de nous et de l'écran géant. »

Le président et gouverneur des Saguenéens, Richard Létourneau,... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie) - image 2.0

Agrandir

Le président et gouverneur des Saguenéens, Richard Létourneau, a bien aimé sa journée à l'Omnium britannique, dimanche.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Richard Létourneau a pris cette photo de Ricky... (Photo courtoisie) - image 2.1

Agrandir

Richard Létourneau a pris cette photo de Ricky Fowler et Alex Noren pendant la dernière ronde de l'Omnium britannique, dimanche.

Photo courtoisie

Pendant la journée, les quatre Saguenéens ont vu défiler devant leurs yeux plusieurs des meilleurs golfeurs au monde. De nombreux amateurs de golf du Saguenay-Lac-Saint-Jean ont pu faire la même chose à différentes occasions au fil des années, mais très peu l'ont fait dans un décor aussi légendaire que le Royal Birkdale.

« Une des choses qui nous a marqués, c'est le terrain, note Richard Létourneau, qui a eu aussi la chance d'assister à l'Omnium britannique en 2007, à Carnoustie. Le terrain est très accidenté et les verts sont spéciaux et très ondulés. Comme c'est un terrain de type ''links'', tu ne vois pas d'arbres. Mais tu vois les fameuses trappes.

« J'ai aussi été impressionné par la dureté du terrain. Environ 230 000 spectateurs ont assisté au tournoi et il a mouillé tous les jours. Malgré cela, le terrain n'était pas brisé du tout. C'était assez spécial. 

« L'Omnium britannique, tu vois tout de suite que c'est plus gros. J'ai eu la chance d'assister à l'Omnium canadien au Royal Montréal et ce n'était pas la même chose. Dans une bâtisse que nous appellerons le pro shop et qui devait faire 100 pieds par 200 pieds, il y avait au moins 20 caisses enregistreuses. Il y avait du monde là ! À la fin de la journée, il n'y avait plus de marchandise. »

L'ancien président du Club de golf de Chicoutimi a aussi été impressionné par le physique imposant de la majorité des golfeurs professionnels. Il a également noté la forte popularité des joueurs européens, particulièrement celle de Rory McIlroy et d'Andrew Johnston.

« Et c'est incroyable comme ces gars-là frappent la balle, ajoute-t-il. Souvent, ils ne font même pas un élan complet. »

Les ligues majeures

Pendant toute sa journée au Royal Birkdale, le cogestionnaire des Saguenéens a eu l'impression de participer à un événement des ligues majeures. Après avoir couvert la distance entre Liverpool et Southport en train, son groupe s'est présenté aux barrières de sécurité donnant accès au parcours. Des barrières situées très loin du chalet principal du club fondé en 1889. Chalet qu'ils n'ont jamais vu.

À leur arrivée sur le parcours, ils ont d'abord pris quelques minutes pour se familiariser avec l'environnement et choisir un endroit intéressant pour passer la journée. Ils ont aussi constaté qu'il y avait des écrans géants et des gradins partout. « Même au champ de pratique », précise Richard Létourneau.

« Quand est arrivé le moment de quitter, nous n'avons pas attendu cinq minutes pour prendre le train. C'était vraiment très bien organisé. »

Quelques chiffres

Coût d'un billet pour la ronde finale

106 $ (65 livres)

Durée du voyage Liverpool-Southport

15 minutes

Coût d'un voyage en train Liverpool-Southport

32 $ pour quatre personnes (20 livres)

Assistance à l'Omnium britannique 2017

235 000 spectateurs




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer