Le Norvégien poursuit l'aménagement des sentiers

Réjean Tremblay et Frédéric Chouinard, du Norvégien, Carl... (Photo Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

Réjean Tremblay et Frédéric Chouinard, du Norvégien, Carl Dufour et Jonathan Tremblay, de l'arrondissement Jonquière, et Sylvain Gaudreault, député de Jonquière, sont heureux de pouvoir annoncer la réalisation de la phase 2 des sentiers de vélo de montagne.

Photo Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après un premier tronçon de quatre kilomètres inauguré en octobre dernier, la direction du centre Le Norvégien de Jonquière pourra poursuivre sa lancée pour offrir des activités 12 mois par année, grâce à une aide substantielle de Ville de Saguenay, notamment de l'arrondissement Jonquière. Grâce à un octroi de 55 000 $, la direction du Norvégien pourra amorcer, au cours des prochaines semaines, la phase 2 d'un projet d'aménagement de pistes de vélo de montagne en plus d'améliorer l'état de ses pistes de ski de fond.

Président du club qui assure la gestion du centre Le Norvégien, Réjean Tremblay était un homme heureux, mercredi, alors que son groupe et lui peuvent enfin voir le projet de centre quatre saisons qu'ils caressent depuis quelques années en voie de se concrétiser. Si tout se déroule comme prévu, d'ici septembre, la clientèle du Norvégien aura accès à une bonne partie des cinq nouveaux kilomètres de sentiers de vélo de montagne, lesquels pourront aussi servir pour le Fatbike.

Ce développement s'inscrit dans un projet d'envergure qui devrait se traduire par l'aménagement de 20 à 25 kilomètres de pistes dédiées au vélo de montagne. Au total, le projet représente un investissement de 355 000 $ et serait échelonné sur deux à trois ans.

Grâce à un appui majeur de l'arrondissement Jonquière, auquel devrait s'ajouter une aide financière du gouvernement du Québec de même envergure (voir autre texte), le projet devrait s'échelonner sur deux ou trois ans. Il s'agirait d'un parcours roulant, accessible pour les familles, mais comportant aussi de petits défis qui permettraient autant aux débutants qu'aux plus expérimentés d'y trouver leur compte.

« La phase 2 consiste en l'aménagement d'une piste familiale et roulante qui sera aussi utilisée pour le Fatbike l'hiver. Dans ce dernier cas, on a une demande croissante et on ne voulait pas mêler le Fatbike avec le ski de fond et la raquette », explique le président Réjean Tremblay, enthousiaste.

Chaque kilomètre aménagé représente un investissement d'environ 10 000 $. « C'est extrêmement dispendieux. L'an prochain, ce sera la phase suivante qui sera réalisée avec l'argent qu'on espère obtenir de Ville de Saguenay et des programmes gouvernementaux, souligne M. Tremblay. Mais ce qu'on veut annoncer aujourd'hui, c'est que cette année, une partie du 5 km sera accessible en août-septembre. De plus, le 27 août, nous allons accueillir la finale du circuit régional de vélo de montagne. On va pouvoir se servir de notre piste déjà existante ainsi que de celles que nous sommes en train de développer ! »

Actuellement, la direction dispose d'une somme de 55 000 $. « L'an prochain, on va essayer de compléter le développement et si on obtient l'aide du gouvernement du Québec, on va les finaliser », explique Réjean Tremblay qui préfère avancer lentement, mais sûrement dans ce dossier.

Circuit complémentaire

Réalisée au coût de 20 000 $ et quelque 400 heures de bénévolat, la première phase réalisée l'an dernier attire déjà son lot de vététistes. Mais l'ajout de nouveaux kilomètres devrait contribuer encore plus à l'engouement, estime Frédéric Chouinard, responsable du développement des pistes de vélo de montagne au Norvégien. Le projet préconise un circuit roulant qui viendrait compléter l'offre des autres centres de la région qui proposent des pistes plus techniques.

« Au début de l'année, on a donné un contrat à la firme régionale Environnement CA pour une caractérisation du terrain existant, afin qu'elle nous propose des endroits propices pour les types de sentiers qu'on souhaite réaliser. L'étude a été faite et on travaille à développer le premier secteur de cinq kilomètres qui permettra d'attirer une clientèle élargie. On a déjà 4,5 kilomètres de sentiers plus faciles ouverts depuis la fin mai, accessibles gratuitement. Ça commence à être plus populaire. C'est sûr qu'en ayant plus de kilomètres, ça va augmenter l'intérêt des gens. »

En plus de miser sur de nouveaux sentiers de qualité, une partie des sommes investies sera consacrée à l'amélioration des pistes de ski de fond afin d'être en mesure de débuter la saison le plus tôt possible.

Une aide de 150 000 $ du gouvernement possible

Le centre Le Norvégien de Jonquière pourra accroître son offre de services auprès des adeptes du vélo de montagne et du Fatbike grâce à une aide financière de 55 000 $, gracieuseté de Saguenay et de l'arrondissement Jonquière. Dans ce dernier cas, il s'agit d'un premier investissement auquel pourrait s'ajouter une autre tranche de 150 000 $ afin de préserver ce joyau jonquiérois.

Le président de l'arrondissement Jonquière, Carl Dufour, et le conseiller municipal du secteur, Jonathan Tremblay, ont confirmé la bonne nouvelle mercredi en compagnie du député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault. Dans un premier temps, l'arrondissement avait mandaté le conseiller Claude Tremblay pour l'obtention d'une aide de 30 000 $ auprès du conseil du trésor de la municipalité, ce qui fut fait. Ce premier jalon posé, les élus de l'arrondissement Jonquière se sont entendus pour accorder un appui additionnel de 25 000 $ afin de réaliser une nouvelle portion de cinq kilomètres de sentier.

Mais comme le centre fait partie des infrastructures dont les élus jonquiérois souhaitent assurer la pérennité, ils ont pris des dispositions en ce sens, malgré la tenue des élections en novembre. Les membres du conseil d'arrondissement se sont donc entendus pour inscrire, dans le plan triennal de 2018, un investissement de 150 000 $ afin que Le Norvégien puisse poursuivre sa transition en centre quatre saisons.

« On prépare l'élaboration du plan triennal 2018 et même si on part en élections en novembre, on veut s'assurer qu'il y ait une planification faite pour 2018. On en a discuté avec tous les conseillers et conseillères et on veut investir 150 000 $. On veut vraiment commencer à statuer sur ce qui est important dans l'arrondissement Jonquière. (...) Pour nous, Le Norvégien était dû. C'est un joyau. Les gens participent de plus en plus à ses activités et le fait de le rendre quatre saisons fait en sorte qu'il est encore plus intéressant pour les gens », a expliqué Carl Dufour.

Son collègue Jonathan Tremblay estime que Le Norvégien gagnera à se développer. « C'est un site extraordinaire, situé à proximité de la ville et doté d'un potentiel énorme. En plus de développer le vélo de montagne, les sentiers vont aussi servir pour le Fatbike durant la saison froide. Ça va compléter une offre de services pour parvenir à offrir un service 12 mois par année. On a le bâtiment et le site, on a le ski de fond et la raquette qui fonctionne à plein régime et on va donner aux citoyens de Saguenay un site de vélo de montagne qui offre à la fois un certain niveau de difficulté tout en restant accessible à tout le monde. »

Produit d'appel

Député provincial de Jonquière, Sylvain Gaudreault a déjà entrepris les démarches pour obtenir une aide du gouvernement du Québec à la hauteur de l'effort de l'arrondissement, soit 150 000 $. Il a déposé une demande auprès du ministère des Affaires municipales, afin qu'elle soit inscrite au Fonds conjoncturel. « J'ai remis une copie du projet directement au ministre Martin Coiteux et j'ai plaidé pour qu'on puisse se qualifier dans le Fonds conjoncturel. » Un programme qu'il connaît bien pour l'avoir instauré lorsqu'il était ministre de 2012 à 2014.

« Le Norvégien est un joyau au coeur de Jonquière. Les gens doivent apprécier et profiter d'un lieu situé à proximité où nous sommes vraiment dans la nature. Ce qui est important, c'est de le rendre accessible à l'année. Ça peut même devenir un produit d'appel pour le secteur de Jonquière», plaide le député péquiste.

« C'est un projet qui a beaucoup d'impact pour peu d'investissements. 355 000 $, c'est un gros montant pour une organisation comme le Norvégien, mais si on le compare à d'autres projets, c'est peu pour l'impact que ça va avoir comme produit d'appel avec une vocation quatre saisons », fait valoir celui qui a confiance d'obtenir gain de cause. Il entend assurer le suivi du dossier auprès du ministre dès que l'enveloppe budgétaire sera confirmée. Johanne Saint-Pierre




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer