La plus longue étape domptée

Les cyclistes ont relevé le défi de la... (Photo Jonathan Hudon)

Agrandir

Les cyclistes ont relevé le défi de la plus longue étape.

Photo Jonathan Hudon

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Mission accomplie! Les cyclistes du 1000 km du Grand défi Pierre Lavoie ont relevé le défi de l'étape la plus longue de l'histoire des neuf éditions, en franchissant avec fracas les 144 kilomètres reliant Mont-Tremblant à Gatineau, en début de soirée samedi.

Qui plus est, le peloton est arrivé cinq minutes en avance sur son itinéraire initial. Sur une aussi longue étape, il faut quand même le faire.

«Là-dessus, il faut féliciter la coordonnatrice Josée Vincent, qui a réussi à tout planifier pour qu'on respecte les temps», a tenu à souligner Pierre Lavoie lors d'une entrevue accordée seulement quelques minutes après avoir mis pied à terre en Outaouais.

«J'appréhendais cette étape parce qu'en matinée, je n'avais pas de jambes, a-t-il poursuivi. L'étape menant à Gatineau était l'une des plus belles. Il faisait chaud, on était bien et toute la pluie vécue samedi n'existait plus. C'était le summum de ce dont tu rêves lorsque tu fais une longue sortie de vélo.»

Les cyclistes ont quitté Sainte-Agathe-des-Monts à 9h samedi matin vers Mont-Tremblant, qui recevait le 1000 km pour une deuxième fois. D'un autre côté, c'était la première fois que le peloton se rendait à Sainte-Agathe-des-Monts.

Les cyclistes en ont eu pour leur argent lors de cette étape, alors que l'ascension totale était de 1079 mètres. La montée du chemin du Nordet, entre Saint-Donat et Mont-Tremblant, a notamment procuré de beaux points de vue et surtout, de bons défis aux participants.

«Ce n'était pas facile, il y avait plusieurs casse-pattes et c'était une (côte) après l'autre», a illustré Pierre Lavoie.

«C'était certainement l'étape la plus difficile depuis le lancement jeudi, et peut-être même en deux ans, a convenu le chef encadreur Éric Larouche, qui compte sur une quinzaine d'encadreurs de l'organisation, appelés à donner un coup de pouce aux cyclistes moins aguerris.

«On a bien travaillé et les cyclistes de sont bien comportés, a-t-il ajouté. On a une bonne équipe et tout le monde est prêt pour ce genre d'étape. Il faut dire qu'on a travaillé fort, mais ça s'est bien fait.»

Après Gatineau,  les cyclistes quittaient ensuite pour Montebello à 21h30, sur une distance de 65km. Arrivé à Montebello vers 0h15, le peloton quitte pour Lachute une heure plus tard.

«Je suis content, les gens sont heureux et les bénévoles sont de bonne humeur. Je ne peux pas demander mieux», s'est réjoui Pierre Lavoie, visiblement fier du travail des cyclistes et de son équipe.

Nouvelle méthode payante

Cette année, Éric Larouche utilise une nouvelle approche qui s'avère jusqu'à maintenant payante. Lorsque la situation s'y porte, il s'adresse aux cyclistes aux ravitaillements, qui en quelque sorte, coupent les étapes en deux.

«Il n'y a rien de mieux qu'un cycliste pour parler à son cycliste, a fait remarquer celui qui est le chef encadreur depuis le tout début du 1000 km. Je l'ai fait une première fois lors de l'étape entre Pont-Rouge et Trois-Rivières (samedi) et ça a eu un bel effet. On ajuste le discours en fonction de chaque étape et de ce qu'on voit. Les cyclistes répondent bien. Ça aurait pu être n'importe quel autre cycliste, mais je pense que c'est bien perçu et les gens sont bien là-dedans.»

En plus des encadreurs qui proviennent des 215 équipes, l'organisation déploie ses cyclistes aguerris qui sont en quelque sorte la garde rapprochée du Grand défi.

«On a une bonne gang et les gars sont engagés, a observé Éric Larouche. Ce sont tous des bons cyclistes envers qui on a confiance et qui sont là depuis le début, pour la plupart. Mine de rien, ça va faire 10 ans l'an prochain donc on essaie également de rajeunir le groupe.»

La neuvième édition du Grand défi Pierre Lavoie prend fin dimanche. L'arrivée des cyclistes au Stade olympique est prévue pour 15h. Pour une première fois, le convoi arrivera par la rive nord de Montréal, en passant notamment par le pont Pie-IX.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer