Elle vainc l'obésité pour pouvoir monter son cheval

La rencontre entre Mélany Houle et son cheval... (Photo courtoisie)

Agrandir

La rencontre entre Mélany Houle et son cheval Casanova a changé leur vie pour le mieux.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

D'aussi loin qu'elle se souvient, Mélany Houle caressait deux rêves dans sa vie: posséder un cheval et être une princesse. Et le hasard a bien fait les choses, car la réalisation de ces deux rêves lui a littéralement sauvé la vie!

En un an, Mélany Houle a perdu 125... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

En un an, Mélany Houle a perdu 125 livres.

Photo courtoisie

En effet, lorsqu'elle a sauvé d'une mort certaine Casanova, un Quarter horse qui souffrait de malnutrition et de mauvais soins, la Chicoutimienne d'origine ne se doutait pas qu'il deviendrait sa source de motivation pour reprendre sa vie en main et enrayer l'obésité qui empoisonnait son quotidien.

«J'étais à une étape de ma vie où j'avais pris du poids et mon poids n'était pas compatible avec (le ratio pour monter) mon cheval. C'était un cheval qui avait frôlé la mort à cause de la malnutrition et des mauvais soins qu'il avait reçus. Il avait environ 250 livres à prendre quand je l'ai adopté il y a quatre ans», raconte-t-elle lors d'une entrevue téléphonique.

Elle s'est donc fait la promesse de lui donner tout ce dont il aurait besoin pour être heureux et mener une belle vie. Mais pour être capable de le monter sans risquer de le blesser, Mélany devait perdre beaucoup de poids. Le hic, c'est que la pétillante Bleuette a toujours détesté le sport et l'éducation physique. «Quand c'était les cours d'éducation physique, je voyais ça comme une montagne et je ne me sentais ni à ma place ni dans mon élément», avoue celle qui a grandi à Chicoutimi avant d'entreprendre des études universitaires en enseignement de la musique à l'Université Laval et à l'Université du Québec à Montréal.

Avec son objectif en tête, elle a commencé par la marche pour ensuite passer à la marche rapide. Puis, elle a visé plus haut en voulant réaliser un 5 km chronométré officiel. «Pour le faire, il fallait que je sois capable de faire au moins 3 km  en continu. Je me suis entraînée et quand il y avait de petites pentes (descendantes), j'en profitais pour courir, car je sentais moins mon poids et j'avais l'impression de voler. C'était une sensation incroyable et je me disais que j'allais y arriver!»

La course des princesses

Pour réaliser son défi, Mélany Houle s'est inscrite à la Course des princesses qui se déroule à Victoriaville à la mi-mai. «C'est vraiment l'aspect ludique et amusant de cette course qui m'a attirée. Cette première course avait l'air accessible à tous, familiale et amusante parce qu'on est déguisé pour la faire.»

Elle a été parmi les dernières à franchir l'arrivée de l'édition 2016, quelque 48 minutes plus tard, mais cela lui importait peu. Elle était tellement fière de l'exploit qu'elle venait d'accomplir! 

Sa persévérance a payé, mais elle n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Après avoir perdu 80 livres, elle a eu recours à l'expertise de son guitariste Jeffrey Megalizzi, champion de fitness, pour poursuivre sa perte de poids et surtout, raffermir son corps. Grâce à ses bons conseils et à un plan alimentaire, Mélany Houle a perdu 125 livres en un an!

«J'ai essayé 1000 fois de perdre du poids avec des régimes comme Weight Watchers, Minçavi, etc. J'ai dû les faire au moins quatre fois chaque. Pour moi en enlevant le sucre, ça faisait une recette miracle. (...) Avec ce plan alimentaire sans sucre et sans hydrate de carbone, combiné à de l'exercice et à la course, j'ai réussi à perdre tout ce poids de façon naturelle sans chirurgie. Ça s'est super bien passé», assure celle qui  a tellement apprécié le travail de fitness qu'elle a suivi un cours pour être entraîneuse. 

La semaine dernière, Mélany Houle n'a pas seulement participé à la Course des princesses, mais elle a été l'une de ses ambassadrices. Et son premier 5 km de la saison, elle l'a complété en 31 minutes. «C'est très fort, acquiesce-t-elle, enthousiaste. Il n'y a pas si longtemps, je ne prenais même pas une marche pour aller au dépanneur et maintenant, je suis capable de courir 5 km. C'est quelque chose!»

Mélany Houle précise toutefois qu'elle est en compétition avec elle-même, personne d'autre. «Je cours parce que ça me fait du bien, que ça m'apporte de la  force en dedans de moi. C'est ce bien-être ressenti qui fait que j'ai accroché à la course à pied. Je suis beaucoup plus forte mentalement et à tous les niveaux», assure celle qui souhaite, de par sa page Facebook, que son parcours en inspire d'autres à persévérer.

De l'ombre à la lumière

Depuis son importante perte de poids, Mélany Houle est passée de l'ombre à la lumière. Exit l'anxiété qui la tenaillait le matin, le surplus de poids qui l'empêchait de se sentir bien dans sa peau et les vêtements noirs. Maintenant, elle croque dans la vie et dégage une énergie contagieuse.

«Je n'ai plus du tout la même vie qu'avant. (...) Depuis que j'ai perdu ces 125 livres, je me sens plus zen, en harmonie avec moi même et j'ai plus d'énergie. Je fais plein de choses que je n'aurais pas pensé faire», avoue celle qui est spécialisée en technique vocale. Même les élèves qui fréquentent sa classe de chant ont constaté un changement positif et sont fiers d'elle. 

«J'ai tourné la page sur le passé et je fonce. Moi, c'est toujours mon poids qui me bloquait dans tout. J'ai toujours eu des rondeurs, mais les dernières années, c'était pire que pire. Les risque de problèmes cardiaques, de diabète, tout ça, je le savais, mais souvent, on ne fait pas nécessairement quelque chose pour soi, mais pour quelqu'un d'autre. Moi, mon cheval Casanova, je l'aime tellement que je ne pouvais pas croire que je pourrais le blesser si je le montais», raconte la Lavalloise dont les parents, Wellie Houle et Marguerite Larouche, habitent toujours Chicoutimi.

Forte des changements apportés, Mélany Houle se prépare à participer à une compétition de Fitness Canada en juin, dans le volet «transformation». Pas de parade en bikini, mais plutôt une arrivée avec une belle robe de soirée. Des photos des candidats «avant» sont projetées tandis que les candidats se pointent avec leur nouvelle apparence.

De quoi la Chicoutimienne est-elle le plus fière lorsqu'elle voit tout le chemin parcouru en un an? «Quand je regarde mes yeux sur les photos d'avant, j'avais les yeux sans vie, le regard éteint, semblable à ceux de mon cheval quand je l'ai adopté, et qu'aujourd'hui, je vois la lumière que j'ai dans mes yeux et le ''sparkle'' dans mon sourire», conclu celle qui a troqué les vêtements noirs pour les vêtements colorés et pimpants, tout aussi rayonnants que la belle dame qu'elle est devenue.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer