Roy finit sur une bonne note

La propriétaire et DG du centre financier SFL,... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

La propriétaire et DG du centre financier SFL, Hélène Deschênes, était heureuse de remettre le titre du joueur par excellence de l'année au capitaine des Saguenéens de Chicoutimi, Nicolas Roy. Le #55, qui a mérité cet honneur pour une 2e année consécutive, tentera maintenant de se tailler un poste avec les Hurricanes de la Caroline en septembre.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Pour une deuxième année consécutive, le capitaine des Saguenéens de Chicoutimi, Nicolas Roy, a mérité le titre de joueur par excellence de l'année SFL et la bourse de 250 $ qui y est rattachée. Faut dire que le #55 des Bleus est un habitué des honneurs SFL, lui qui a aussi écrit son nom à six reprises sur la coupe en étant nommé joueur offensif du mois.

L'athlète de 19 ans, qui a maintenant terminé son stage junior, tentera de se tailler un poste au sein des Hurricanes de la Caroline lors du camp officiel en septembre. D'ici là, l'étudiant en sciences humaines terminera ses études collégiales avant de retourner chez ses parents à Amos, mais pas pour très longtemps. Le jeune homme suivra son programme d'entraînement qui prévoit une participation à un camp de développement des Canes au début juillet, dans les jours qui suivent le repêchage de la LNH.

« Il n'y a pas d'évaluation à ce camp », précise Roy. « Le vrai camp aura lieu en septembre. Entre-temps, je vais sûrement aller à Montréal pour faire du ''power skating'' », a indiqué le longiligne athlète qui en sera à son troisième camp avec la formation de la Caroline. Évidemment, il espère que la troisième présence sera la bonne et il se préparera en conséquence. D'ici là, il souhaite entre autres améliorer son explosion au patin et sa force.

Sinon, il se retrouvera dans le club école des Hurricanes dans la Ligue américaine, les Checkers de Charlotte. Dans un cas comme dans l'autre, il quittera le nid pour voler de ses propres ailes. Est-il prêt ? « C'est sûr que ma pension va me manquer », admet en riant celui qui a passé ses quatre saisons avec les Sags sous les bons soins d'Éric Simard et Isabelle Godin, sa famille de pension.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer