Début de saison imminent pour l'Almatois Elliott Doyle

Elliott Doyle fait maintenant partie de la formation... (Courtoisie)

Agrandir

Elliott Doyle fait maintenant partie de la formation Garneau-Québecor.

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Étudiant de première année au doctorat de premier cycle en pharmacie à l'Université Laval, Elliott Doyle se retrouve présentement en Californie pour augmenter son endurance. À trois semaines du début de sa saison en cyclisme sur route, l'Almatois se prépare à une année 2017 marquée par la nouveauté.

En effet, Elliott Doyle fait désormais partie de la jeune formation Art factory Garneau-Québecor, après son association avec la Silber pro Cycling. La présentation de l'équipe a d'ailleurs eu lieu jeudi, à la boutique Vélo Espace de Saint-Augustin.

« On est une jeune équipe qui va vite, promet Elliott Doyle, en Californie depuis une semaine, alors que son retour au Québec est prévu le 16 avril. Je ne pense pas qu'on va être capable de défendre un classement général au Grand prix cycliste de Saguenay ou au Tour de Beauce, mais on va peut-être plus viser les victoires d'étape. De mon côté, si les étapes se terminent sur le plat et que je suis capable de prendre ma place, mon rôle va être de l'emporter au sprint final. »

Le cycliste de 23 ans lance sa saison au Grand prix de Sainte-Martine, le 23 avril. Dès la fin du mois de mai, il enchaînera la Classique de Winston Salem, le Tour de Battenkill, le Grand prix cycliste de Saguenay, le Tour de Beauce, des épreuves sanctionnées par l'Union cycliste internationale (UCI), en plus des championnats canadiens sur route. Si la forme actuelle est bonne, Doyle vise à augmenter sa capacité à offrir de plus longues périodes d'efforts.

« Ça va bien sur des efforts allant jusqu'à 90 minutes, mais je suis en Californie pour gagner en endurance, met en contexte Elliott Doyle, sur la côte ouest du continent avec Catherine Fleury, le père de celle-ci et Christian Dallaire. Avec le beau temps qui s'en vient, je devrais être prêt pour les courses UCI. »

Pour pouvoir se rendre en Californie, l'athlète vient de terminer un blitz d'études à l'université, en plus de devancer ses stages. Sa session se termine en juin.

« J'essaye que tout tourne rond, mais c'est certain que je ne m'attends pas nécessairement à gagner les canadiens cette année, convient Elliott Doyle. Des victoires lors de critériums et d'étapes qui me conviennent demeurent toutefois possibles et c'est ce que je vise. »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer