Une année de records au Daytone-Neige

Les pilotes du Daytona-Neige conduisent de puissantes machines... (Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

Les pilotes du Daytona-Neige conduisent de puissantes machines qui requièrent beaucoup de temps et d'investissements. Mais les performances livrées impressionnent.

Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'édition 2017 sera l'année des records pour l'organisation du 8e Daytona-Neige de Saint-David de Falardeau. La directrice générale de l'événement, Najat Tremblay, a en effet confirmé que la présente édition affichait un record de participants, avec 240 coureurs venus des quatre coins du Québec et des Maritimes, en plus d'une nouvelle marque d'affluence des spectateurs.

« C'est plus que le double de d'habitude, parce qu'on accueille la finale de la série TSR (Top Speed Racing) », explique la jeune femme, concernant ce circuit de course d'accélération (drag) de motoneige de l'Est du Canada. « Les pilotes doivent participer (à la finale) pour confirmer (ou conforter) leur classement », ajoute celle qui est aussi directrice du comité organisateur.

Concernant les pilotes, Najat Tremblay mentionne qu'à défaut d'avoir la présence de coureurs américains, l'un des inscrits fait partie des pilotes qui courent sur le circuit américain. « C'est une bonne nouvelle pour nous parce qu'il est venu voir comment c'était et il va faire part de ses impressions à ses amis et éventuellement, les inciter à venir », avance-t-elle.

La dg est aussi heureuse de constater l'enthousiasme des participants. « Il y a déjà des gens qui nous demandent les dates de l'an prochain pour venir. Les Américains l'ont comme su à la dernière minute, mais on est très contents », assure celle qui est aussi la fille des promoteurs, Marc Tremblay et sa conjointe Manon Gobeil.

La jeune femme est aussi fort satisfaite du travail accompli par le comité instauré cette année. « Le comité formé est allé toucher tous les aspects de l'événement, que ce soit la visibilité, le marketing, les coureurs, la sécurité, les commanditaires, les spectacles, etc. On est allé chercher une notoriété avec ce comité. Avant, les promoteurs essayaient de tout faire. Cette année, c'est notre point fort. C'est vraiment une belle réussite, même qu'on a un peu peur en ce moment parce qu'il y a trop de monde », a-t-elle avoué en riant.

En effet, les spectateurs se sont présentés en grand nombre et il a fallu user d'ingéniosité pour stationner tout ce beau monde. « Je ne peux avancer de chiffre, mais nous avons plus de monde que l'an passé à la même heure (vers 14 h 30) », avance la dg. La présente édition devrait donc normalement attirer au moins 2000 spectateurs si la tendance de l'après-midi se maintenait.

D'autre part, si le beau temps a contribué à attirer les gens, il a légèrement compliqué la vie des organisateurs qui ont condamné l'une des quatre pistes d'accélération. « Ce sont de très bonnes conditions, mais avec les conditions froid-chaud, on a fermé l'une des quatre pistes. On roule à trois tracks, mais tout se déroule très bien quand même. On a eu un peu de retard », concède-t-elle.

Plusieurs activités, dont des spectacles et un feu d'artifice, se déroulaient en soirée. Un brunch devait couronner le tout dimanche.

Un total de 240 coureurs venus des quatre... (Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Un total de 240 coureurs venus des quatre coins du Québec ont participé à l'événement.

Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

La députée s'amuse!

Présidente d'honneur de la 8e édition du Daytona-Neige de Saint-David-de-Falardeau, Karine Trudel ne s'est pas contentée de faire seulement acte de présence. La députée néo-démocrate de Jonquière a mis la main à la pâte et était visiblement ravie de découvrir l'univers des courses d'accélération de motoneige.

Croisée sur le site, la politicienne semblait s'amuser ferme tout en donnant un coup de main à l'organisation au besoin comme pour trouver des stationnements, participer au tournage d'un vidéo promotionnel, etc. La députée fédérale de Jonquière a vécu son baptême du feu en assistant à un calibre aussi relevé de courses d'accélération de motoneige.

Mais ce qu'elle retient le plus de cette première expérience, ce sont l'énergie et la passion qui animent les coureurs. «De voir le temps qu'ils mettent (sur leurs machines)! Vendredi soir, un SkiDoo a sauté pendant les essais libres et le coureur a passé toute la nuit à le réparer pour pouvoir courir samedi matin. Ce sont vraiment des mordus. Il y a des gens qui parcourent des milliers de kilomètres pour participer à ces courses», explique celle qui dit avoir le coeur qui débat quand elle assiste aux départs fulgurants des fougueuses machines.

«Ce que j'aime aussi, c'est toute la sécurité sur le site, ajoute-t-elle. Ils ont investi énormément pour avoir un site sécuritaire. La municipalité a aidé à dégager le terrain pour offrir des pistes conformes. Et ce qui est aussi impressionnant, c'est qu'il y a des centaines de bénévoles qui participent à la sécurité et qui sont sur le site pour avoir un bon contrôle. Depuis une semaine, des partenaires ont donné de leur temps gratuitement pour aménager le site», fait-elle valoir.

La Jonquiéroise dit avoir aussi apprécié l'énergie des spectateurs. «J'étais dans la foule et les gens disaient qu'ils étaient venus en motoneige, qu'ils avaient suivi les sentiers et qu'ils venaient passer l'après-midi ici. Ce sont des passionnés!», a constaté celle qui a aimé accompagner son cousin et ses oncles en motoneige pour aller à la pêche blanche et dans les sentiers.

Retombées importantes

Karine Trudel raconte avoir eu un coup de coeur pour les promoteurs qui ont fait grandir leur projet lorsqu'ils l'ont rencontrée pour lui demander d'être présidente d'honneur. «De voir cette famille s'impliquer dans un projet avec passion, de voir qu'ils sont partis de rien et ce que c'est devenu aujourd'hui», elle n'a pu faire autrement qu'accepter.

La députée néo-démocrate a aussi souligné les retombées économiques de la tenue d'un tel événement. «Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la motoneige est une activité qui fait partie de nous (...). Et le festival d'aujourd'hui constitue un apport économique important», souligne-t-elle, en pointant les hôtels qui sont pleins, les restaurants qui font de bonnes affaires et les gens qui viennent de partout et découvrent en même temps la municipalité de Falardeau.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer