François Beaumont donne au suivant

François Beaumont a donné une conférence à la... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

François Beaumont a donné une conférence à la Salle Pierrette-Gaudreault de Jonquière, lundi soir.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Dans sa lutte contre le cancer, François Beaumont a reçu beaucoup de soutien au cours des dernières années. Afin de donner au suivant, il a prononcé une conférence au profit de Leucan Saguenay-Lac-Saint-Jean, lundi soir, à la Salle Pierrette-Gaudreault de l'arrondissement de Jonquière.

Pendant environ une heure, l'athlète a évidemment parlé de son combat contre la maladie, mais il s'est aussi attardé aux grands ingrédients qu'il estime essentiels pour bien réussir dans la vie. Dans son esprit, ils doivent occuper une place importante, que la maladie montre son visage ou non.

« Il faut d'abord vivre ses passions, explique François Beaumont. De plus, tout est une question d'attitude. Il faut aussi avoir de saines habitudes de vie et savoir bien s'entourer. Ce sont les choses dont on a besoin pour avoir du succès dans la vie et elles restent importantes même quand la maladie prend de la place. »

Avant lundi, François Beaumont n'avait jamais eu l'occasion de prononcer une conférence officielle sur son expérience personnelle. Beaucoup plus courts, ses contacts antérieurs avec un auditoire se résumaient à une participation à un souper-bénéfice et au gala reconnaissance de l'arrondissement de Jonquière.

La vie bascule

Athlète de pointe, François Beaumont a été champion de la Coupe du Québec (30-34 ans) de triathlon sprint en 2014 et il s'est qualifié pour les Championnats du monde de triathlon sprint qui ont eu lieu à Chicago en septembre 2015. Mais son plus grand adversaire s'est pointé le nez en mars 2015 quand des examens ont révélé qu'il souffrait d'un cancer du côlon. Un mois plus tard, les médecins l'opéraient pour retirer la tumeur.

L'opération a été un succès, mais elle n'a pas résolu tous ses problèmes puisque la maladie avait eu le temps de se propager à son foie. Des examens ont ensuite démontré qu'une chirurgie pour éliminer les métastases au foie était trop risquée pour être tentée.

Face à cette situation, il s'est tourné vers l'Allemagne afin de recevoir les soins d'un spécialiste des traitements de chimioembolisation. Les mois qui ont suivi cette démarche ont été remplis d'espoir et principalement de l'annonce d'une rémission, le 24 mai 2016. Mais la bonne nouvelle a fait place à une mauvaise au début de juillet. La rémission n'avait fait que passer et il devait se soumettre à de nouvelles séances de chimiothérapie.

« Des lésions sont réapparues et j'ai recommencé une deuxième ligne de chimiothérapie, précise François Beaumont. Jusqu'à maintenant, j'ai reçu sept des douze traitements prévus. En Allemagne, les traitements que j'ai reçus ont donné des résultats, mais ce n'était que pour le foie. J'avais aussi des ganglions dans le ventre. En Allemagne, ils pourraient toujours me traiter le foie, mais ça ne règlerait pas ce qu'il y a ailleurs dans mon corps. »

Évidemment, la reprise des traitements a des influences sur les habitudes quotidiennes de François Beaumont. Il ne peut occuper son poste de fiscaliste chez Deloitte, mais le sport occupe encore une place dans sa vie. En fin de semaine, il a même participé à une épreuve  de course à pied présentée à Saint-Bruno.

« Je vais moins vite qu'avant, note en riant celui qui a tout de même terminé au 13e rang de la course de cinq kilomètres avec un chrono de 22m15s. Au niveau des performances, il y a un deuil à faire, mais ça va quand même bien. Je reçois mes traitements aux deux semaines. Je suis à terre pendant environ trois jours. Le reste du temps, je suis comme un jeune retraité... »




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer