Traversée du lac à vélo: les 100 places s'envolent

Cette photo montre bien dans quelles conditions Érick... (Photo courtoisie)

Agrandir

Cette photo montre bien dans quelles conditions Érick Auger a dû pédaler pour réussir à atteindre l'arrivée de la Traversée du lac Saint-Jean à vélo en 2016.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

C'est à Péribonka que les participants de la quatrième Traversée du lac Saint-Jean à vélo franchiront la ligne d'arrivée.

Le comité organisateur souhaite que la charmante localité profite elle aussi des retombées économiques et médiatiques de l'événement. «Le départ, ce n'est pas long. À l'arrivée, il est possible de mettre beaucoup d'animation dans l'attente des participants. Nous répondons aussi à la volonté de nos partenaires que les retombées profitent à tous », explique David Lecointre, l'initiateur de cet événement unique. Dans cette optique, les départs et les arrivées au cours des prochaines années pourraient changer d'endroits dans les localités qui en feront la demande.

Péribonka voulait tellement obtenir l'arrivée qu'elle a fait aménager des douches pour les athlètes. «Nous sommes très heureux que la Traversée ait accepté notre proposition. Nous voulons que le tourisme soit une priorité économique et faire découvrir le charme de Péribonka en hiver.»

C'est donc vers 11 h que seront attendus les premiers cyclistes le samedi 25 février. Deux heures plus tôt, ils auront pris le départ du Village sur glace de Roberval.

L'engouement pour cette épreuve est tellement grand que les 100 places disponibles ont été réservées en 12 heures. Pas moins de 700 personnes sont sur la liste d'attente. Comme la sécurité est la principale préoccupation du comité, le nombre d'inscriptions est limité.

Encore cette année, une vingtaine de coureurs proviennent de l'étranger, dont deux de Bahrein.

Pour Destination Lac-Saint-Jean qui accorde 15 000$ à la Traversée, il s'agit d'un événement phare pour positionner la région à l'international. D'ailleurs, une tournée médiatique sera organisée. Une émission de 26 minutes sera tournée et diffusée dans 77 pays.

Notoriété

Signe que la notoriété de l'événement s'accroît, un partenariat s'est réalisé avec une des plus importantes courses de fatbike au monde, l'Aladaid Desert Chalenge au Qatar. Les gagnants chez les hommes et chez les femmes seront invités à participer à l'épreuve de 2018. Les gagnants de la course du désert de cette année viendront affronter le désert blanc l'an prochain.

Partenaires

Le CN s'ajoute aux partenaires financiers tout comme Desjardins qui offrent des bourses aux trois premiers de chaque catégorie.

Cette année, la présidence d'honneur de la Traversée a été confiée à Mario Bilodeau et Serge Harvey. Depuis le démarrage de cette folle aventure, Bilodeau Canada est impliqué financièrement dans cette aventure givrée. Pour Serge Harvey, qui est directeur général de Forêt modèle du Lac-Saint-Jean, il s'agit d'un autre défi à sa feuille de route bien garnie. L'homme de 72 ans est un grand sportif qui a complété de nombreux marathons. Il a participé de nombreuses fois à la course des Pichous et à la Mount Washington Road Race.

Érick Auger aimerait bien être couronné roi du... (Photo Le Quotidien, Louis Potvin) - image 2.0

Agrandir

Érick Auger aimerait bien être couronné roi du lac Saint-Jean pour une 2e année consécutive. Il sait que le grand désert blanc peut-être impitoyable.

Photo Le Quotidien, Louis Potvin

Auger prêt à défendre sa couronne

Érick Auger se dit prêt à défendre son titre de roi du lac Saint-Jean en hiver. Tout en sachant que ça ne sera pas facile.

Oui la concurrence est forte, mais l'adversaire le plus redoutable est le lac lui-même. « On ne sait pas ce qu'il nous réserve. Les conditions peuvent être faciles. Elles peuvent changer en cours de route. Il faut s'adapter et changer la stratégie de course à tout moment », a-t-il affirmé lors de la conférence de presse annonçant la quatrième édition.

L'an passé, Auger s'est imposé dans des conditions hivernales extrêmement difficiles. La poudrerie et la neige ont compliqué la tâche des participants. D'ailleurs, seuls 34 participants sur les 120 inscrits ont terminé l'épreuve. Le lac Saint-Jean a été impitoyable. « Ç'a été épique ! C'est le mental qui m'a permis de passer au travers. Mon expérience lors du raid de 24 heures en vélo de montagne m'a aidé. Ç'a été la course la plus difficile de ma carrière », concède l'athlète.

Cet été, une blessure à la suite d'une chute l'a laissé à l'écart pendant deux mois.

C'est quand il a enfourché son vélo des neiges (fatbike) à la fin de l'automne que la piqûre lui a repris. Il s'entraîne de façon à être fin prêt pour le 25 février. Il a participé à une course de 40 km récemment avec de nombreuses côtes et il était satisfait de son niveau de forme.

Certains pensent que le vélo des neiges, c'est facile et qu'il faut seulement pédaler. « Ça prend beaucoup d'équilibre aussitôt que les conditions se détériorent, il faut modifier son pédalage pour pas que la roue arrière s'enfonce. Il faut avoir la bonne pression de pneus. C'est plus technique que l'on pense », mentionne-t-il.

Érick Auger est d'autant plus motivé que le gagnant de cette année aura la chance de se rendre au Qatar en 2018 pour participer à l'Aladaid Desert Challenge. « J'aimerais vraiment ça. Ça serait tout un contraste de rouler dans le désert », a-t-il souligné sachant que d'autres bons coureurs seront au départ.

Par contre, son expérience de l'an passé va sûrement être un avantage.

Érick Auger n'a pas de préférence de conditions pour la Traversée. Il espère qu'elles ne seront pas aussi extrêmes que l'an dernier.

Colloque international

L'équipe de la Traversée du lac Saint-Jean à vélo a participé à un colloque important sur le vélo en hiver.

Plus de 400 personnes provenant de sept pays et de 11 États américains étaient à Montréal pour cette rencontre annuelle qui se déroule partout à travers le monde. «Il s'agissait d'une belle occasion de faire connaître la région et ses possibilités en hiver. Oui, j'ai parlé de notre course un peu folle, mais également de tout le volet touristique hivernal du Lac-Saint-Jean. J'ai insisté sur des retombées médiatiques et économiques de l'événement», a indiqué David Lecointre, idéateur de la Traversée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer