Des heureux à Lac-Kénogami

Des gens ont fait la file, samedi matin... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie)

Agrandir

Des gens ont fait la file, samedi matin à l'édifice municipal de Lac-Kénogami, pour obtenir un emplacement au village de pêche blanche cet hiver.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

De nombreux amateurs de pêche blanche de Jonquière et des environs ont fait la file, samedi matin, pour obtenir un emplacement au village de pêche blanche de Lac-Kénogami lors de la prochaine saison.

La conseillère municipale Christine Boivin était sur place... (Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie) - image 1.0

Agrandir

La conseillère municipale Christine Boivin était sur place pour donner un coup de main aux bénévoles.

Photo Le Progrès-Dimanche, Rocket Lavoie

L'organisme bénévole responsable des cabanes avait 175 terrains à offrir. Lors du passage du Progrès-Dimanche vers 19h30, 129 lopins avaient trouvé preneur. Président de l'Association de pêche blanche de Lac-Kénogami (APBLK), Roger Boivin était heureux de voir que les choses se déroulaient rondement. Contrairement à La Baie, où des amateurs du loisir hivernal ont passé la nuit de vendredi dehors à attendre l'ouverture des livres pour s'assurer de l'obtention d'un terrain, les Jonquiérois se sont montrés patients. Sauf peut-être pour un pêcheur, qui s'est présenté au bureau de l'ancienne municipalité à 5h du matin. La conseillère municipale du secteur, Christine Boivin, était sur place dès 7h45 pour distribuer du café et des beignes. Elle a mis la main à la pâte en donnant un coup de main aux bénévoles.

«Je rappelle à tous les gens qui viennent chercher leur terrain qu'il faut continuer de les encourager et de prendre soin d'eux. Ils font de l'excellent travail», a-t-elle fait valoir.

Il faut dire que depuis trois ans, les activités du petit village de l'Éperlan sont dirigées par un conseil d'administration renouvelé. L'organisme a terminé la dernière saison avec un budget équilibré et des projets plein la tête.

Roger Boivin précise que cette année, l'APBLK espère pouvoir compter sur la Ville pour arroser le chemin d'accès afin de le rendre plus robuste.

Les services municipaux s'occupent déjà du déneigement et du contrôle de l'épaisseur de la glace. L'organisme aimerait aussi maintenir un registre quotidien des prises.

Satisfaite

La citoyenne Linda Larouche pratique la pêche blanche à Lac-Kénogami depuis 18 ans. Elle a mis la main sur un emplacement pour la prochaine saison et pourra taquiner le poisson à sa guise cet hiver.

«Il y a un nouveau comité et ça va très bien. Je suis contente que ce soit un conseil d'administration formé de gens de Lac-Kénogami qui s'en occupe», a fait valoir la pêcheuse. Le coût d'un emplacement à Lac-Kénogami a été fixé 75$, avec certains frais applicables pour les non-membres.

420 emplacements réservés à l'Anse-à-Benjamin

(Anne-Marie Gravel) - La prévente pour la location des emplacements de pêche blanche de l'Anse-à-Benjamin s'est déroulée sans anicroche samedi. Des mordus de pêche ont dormi deux nuits dans le stationnement du Pavillon des croisières de La Baie afin de dénicher les emplacements les plus convoités, mais au final, tous les pêcheurs qui se sont présentés en journée ont pu quitter les lieux avec une réservation à leur nom.

«Tout s'est bien déroulé. Les gens sont très civilisés. Ceux qui se sont installés sur place pendant deux nuits, on parle d'une dizaine de personnes, le font parce qu'ils veulent de très bons emplacements pour pêcher l'éperlan et qu'ils sont plus rares», explique Diane Simard, coordonnatrice de Contact nature Rivière-à-Mars, l'organisme mandaté par Saguenay pour gérer les activités de pêche blanche à La Baie.

Elle confirme que plus de 420 des 580 emplacements disponibles ont trouvé preneurs samedi, ce qui représente une légère augmentation par rapport à l'année dernière. «On parle d'une cinquantaine de terrains de réservés de plus que l'an passé en prévente. C'est très bon», affirme la coordonnatrice qui souligne que plus de 100 inscriptions à l'heure ont pu être enregistrées en matinée samedi.

Dimanche, c'est au tour des emplacements du village de Grande-Baie à être mis en location en prévente.

Les portes du Pavillon des croisières seront ouvertes à compter de 6h, mais les réservations pourront se faire entre 8h et 16h.

«À Grande-Baie, on ne vit pas le même phénomène qu'à l'Anse-à-Benjamin. Il y a plus de choix d'emplacements pour pêcher l'éperlan. Le problème se pose moins», affirme-t-elle, précisant que 581 emplacements sont disponibles dans ce secteur.

Les personnes qui n'auront pas réservé leur emplacement cette fin de semaine, que ce soit pour le secteur de Grande-Baie ou de l'Anse-à-Benjamin, pourront se rendre aux bureaux de Contact nature Rivière-à-Mars dès lundi pour le faire. Les bureaux sont situés au 300 boulevard de la Grande-Baie Nord.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer