Les Élites rentrent encore bredouilles

L'entraîneur des Élites, Steve Thériault... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

L'entraîneur des Élites, Steve Thériault

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Élites de Jonquière ont pu espérer jusqu'à la toute fin de leur duel face au Rousseau Royal de Laval-Montréal, mais sont tout de même rentrés bredouilles après deux revers sur la route. Samedi, un but tardif a coulé les régionaux qui ont subi un 11e revers de suite, cette fois au compte de 2-1.

La rencontre a bien mal débuté pour les Élites qui ont concédé le premier but dès la cinquième minute lors d'un avantage numérique des locaux. En fin de deuxième, la persévérance de Marc-Antoine Gagné a rapporté quand il a poussé la rondelle derrière la ligne rouge pour créer l'égalité. L'espoir des Sags Alexis Shank a profité d'une journée de congé et c'est plutôt Carmine-Anthony Pagliarulo, qui appartient à l'Océanic, qui protégeait la cage des Montréalais. Il a fait face à 19 tirs contre 33 pour son vis-à-vis Zachary Paradis.

Avec un peu plus de deux minutes à faire, à la suite d'un dégagement refusé, les locaux ont remporté la mise en jeu et Samuel Guimond a fait dévier un tir de la pointe pour placer les siens en avance pour de bon. Après la rencontre, l'entraîneur-chef Steve Thériault avait le sentiment que ses troupiers en avaient fait assez pour mettre fin à leur séquence noire. «Défensivement, on a encore une fois donné des chances, mais Zachary a très bien fait. On a eu nos chances également. On a été plus combattifs que la veille», a-t-il souligné, à propos de la défaite de 7-3 à Saint-Eustache.

Afin de garder de la vie sur le banc, Thériault approche maintenant les rencontres par segments de cinq minutes.

«On a encore des passagers, je ne le cacherai pas. Ce n'est pas vrai qu'on a toujours 19 joueurs qui offrent leur 100%. Tant et aussi longtemps que ça va durer, ça va être difficile d'aligner les victoires, même si on rivalise la plupart du temps. Il faut en demander plus à certains parce que les autres ne sont pas dans le système, tant dans l'effort que dans les détails», de noter l'entraîneur-chef.

«C'est sûr que ça devient un peu fatigant que ça ne tourne pas de notre côté. Ce qu'on peut contrôler, c'est notre attitude et de continuer de travailler. Après avoir décanté, il faut revenir à la charge cette semaine à l'entraînement et les bonnes choses vont finir par arriver. J'ai hâte pour les gars que ça vire», de convenir Steve Thériault.

La semaine prochaine, les Élites disputeront une série aller-retour contre les Commandeurs de Lévis.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer