Quelque 130 jeunes attendus au Défi Santé paralympique

La 14e édition du Défi Santé organisée par... (Le Quotidien, Michel Tremblay)

Agrandir

La 14e édition du Défi Santé organisée par les étudiants au baccalauréat en éducation physique et à la santé de l'UQAC aura lieu le 2 décembre dans les gymnases du Pavillon sportif. Cette année, l'organisation innove en proposant un programme d'activités sous la thématique des «Jeux Para-O-lympiques». Ci-haut, trois des porte-parole du groupe, Charles Harvey, Brian Bégin et Alexandre Tremblay, en compagnie de leur président d'honneur, Nicolas Côté, d'Hébertville.

Le Quotidien, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les organisateurs du Défi Santé ont innové pour la 14e édition, qui aura lieu le 2 décembre, au Pavillon sportif de l'UQAC, en préparant une série d'activités sous la thématique des «Jeux Para-O-lympiques».

Cette année, quelque 130 jeunes représentant 10 écoles secondaires de la région seront présents. «Le défi 2016 opposera des équipes des écoles secondaires de la région (secondaire 1 et 2) lors d'une compétition amicale et ludique sous la thématique des Jeux paralympiques», a indiqué Brian Bégin, membre du comité médias. «Nous avons décidé d'utiliser ce thème en y intégrant les notions de saines habitudes de vie. Les équipes devront tenter de récolter un maximum de points en participants aux activités et ainsi repartir avec le mystique trophée et la bannière de la 14e édition.»

Durant le défi, les jeunes participants mettront à l'épreuve leurs habiletés physiques et leurs connaissances générales. Et pour s'inscrire dans la thématique, les jeunes auront l'occasion de se mettre dans la peau d'une personne devant composer avec un handicap physique et son coéquipier pourra développer la notion de collaboration et d'entraide puisqu'il devra l'aider à relever son défi. «Il s'agit d'activités de coopération dans lesquelles les jeunes devront s'entraider pour arriver à un but commun. Ils devront mettre de l'avant l'esprit d'équipe et l'esprit d'entraide», explique-t-il.

«L'objectif du défi santé vise à faire bouger les jeunes à travers des défis sportifs et cognitifs pour les amener à réaliser l'importance des saines habitudes de vie, particulièrement tous les bienfaits que procure une vie active. L'objectif est qu'ils s'amusent tout en apprenant.»

L'an dernier, en raison des moyens de pression, le projet avait attiré la moitié moins d'équipes. Cette fois-ci, au moins 13 équipes de 10 jeunes, dont l'une de Mashteuiatsh, tenteront de ravir les grands honneurs. Les organisateurs ont amassé 4000$ grâce à la générosité de plusieurs partenaires, dont le Groupe Sutton. Avec les sommes non utilisées, le comité organisateur pourra offrir des prix de participation et de présence qui seront attribués parmi les jeunes à la fin de la journée.

Nicolas Côté, un modèle inspirant

Le comité organisateur du Défi Santé 2016 a su dénicher un excellent président d'honneur en Nicolas Côté. L'Hébertvillois de 25 ans est en effet un modèle de résilience qui saura inspirer les jeunes qu'il côtoiera le 2 décembre, lors de l'événement qui sera tenu au Pavillon sportif de l'UQAC.

Le 15 juillet 2013, la vie du jeune homme a basculé. Charpentier-menuisier de métier, Nicolas Côté travaillait au chantier La Romaine durant un quart de travail de nuit, lorsque le panneau de coffrage auquel il était attaché a cédé. «Je suis tombé avec. Le résultat fut une fracture de la colonne, ce qui m'a causé une paraplégie complète. Ç'a pris une semaine et je me suis remonté assez rapidement.»

Ne pouvant rien changer à la situation, il a choisi de relever le défi que venait de lui imposer la vie. Ayant toujours été un sportif, il a réappris à bouger. «Le sport, c'est la raison qui fait que je me lève le matin avec le sourire et que j'ai le sourire en me couchant le soir aussi», a indiqué celui qui s'adonne au hockey-luge, à l'athlétisme, au vélo et à la natation. Il a d'ailleurs accepté avec plaisir l'invitation du comité. «J'ai donné quelques conférences avec des kinésiologues et dans des écoles secondaires. Je sais que c'est motivant pour des jeunes de voir quelqu'un en fauteuil roulant bien réussir sa vie. Parce que la vie n'est jamais finie, peu importe les embûches», a soutenu le jeune homme qui travaille maintenant comme gestionnaire immobilier à son compte.

«Nicolas démontre que même si tu es victime d'un accident dans la vie, tu peux réussir. (Comme dans tout), il faut travailler et persévérer pour atteindre tes objectifs. On est extrêmement contents de l'avoir comme président d'honneur. C'est un modèle de persévérance parfait pour les jeunes», a souligné Charles Harvey, membre du comité médias du Défi Santé.

De fait, Nicolas Côté nourrit de belles ambitions sur le plan sportif. Président de l'Association régionale de hockey-luge, il en est à sa troisième saison comme gardien de but. Il y a trois semaines, il a pris part à un camp de développement de l'équipe canadienne. De plus, il se rend à Montréal deux à trois fois par mois pour participer aux entraînements de l'équipe du Québec de hockey-luge.«J'aimerais faire l'équipe nationale, mentionne-t-il. Ça fait partie de mes prochains objectifs. Les deux gardiens de but actuels sont les deux meilleurs au monde. Alors c'est difficile (de faire sa place), mais je commence.»

En athlétisme en fauteuil roulant, l'Hébertvillois vise une participation aux Jeux paralympiques de 2020. Encore là, il n'hésite pas à faire régulièrement le trajet Hébertville-Chicoutimi trois fois par semaine pour s'entraîner sous la supervision d'Anne-Marie Fortin, entraîneuse en chef de l'équipe d'athlétisme universitaire. Avec la détermination qui l'anime, nul doute que le meilleur est à venir.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer