Suivre le circuit Courteau à 5000 km

Baptiste Favre couvre les activités de la LHJMQ... (Photo courtoisie)

Agrandir

Baptiste Favre couvre les activités de la LHJMQ en direct... de la France.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Baptiste Favre demeure à 5000 kilomètres du marché le plus près de lui de la LHJMQ. Pourtant, le Français réussit à offrir une couverture quotidienne des activités du circuit junior québécois.

En début de saison, Baptiste Favre, qui demeure à Dreux, à une quarantaine de minutes de Paris, a démarré le volet LHJMQ pour le compte du site Francehockey.fr. «Je suis la Ligue nationale depuis le début des années 90. Dans le temps, ce n'était pas facile d'obtenir des infos et des images de matchs. YouTube n'existait pas», rappelle le partisan des Penguins de Pittsburgh, en raison de Marc-André Fleury, mais surtout de Sidney Crosby, ce qui l'a ensuite amené à s'intéresser à la LHJMQ.

«Je ne fais pas ça professionnellement. C'est une passion et je ne touche pas non plus d'argent. J'essaie toutefois de me rapprocher d'un travail professionnel», souligne Baptiste Favre qui, avant de se lancer, a fait des approches auprès des équipes et du responsable des communications Photi Sotiropoulos, qui ont accepté de contribuer à l'unanimité. «Je suis traité d'égal à égal. C'est super agréable», assure-t-il.

«Il était hors de question de foncer sans le soutien de la ligue et des équipes», indique le passionné de hockey qui publie des résumés de matchs, des nouvelles et des entrevues, dont la dernière sur l'ancien des Sags Francis Paré, qui poursuit sa carrière dans la Ligue continentale russe. Depuis le lancement en septembre, 210 articles ont été publiés. «Je ne pensais pas en faire autant. Comme les équipes me font confiance, je dois bien leur rendre», indique Baptiste Favre qui est bien au fait de l'actualité. Sa surprise, l'Armada de Blainville-Boisbriand tandis que les Olympiques de Gatineau représentent sa déception, mais rien n'est joué avec la parité depuis le début de la saison.

Le plus gros ajustement de Baptiste Favre est le décalage horaire. Quand les matchs sont disputés, il est souvent tard dans la nuit en France. «C'est une question d'habitude, affirme Baptiste Favre, reconnaissant que son horaire de travail comprend des inconvénients, mais aussi plusieurs avantages. «Pendant que tout le monde dort au Québec, je suis debout et j'ai le temps de mettre les choses en ligne, sans être stressé», mentionne le responsable qui aimerait être capable de voir plus de matchs via Internet.

Marché à développer

Le hockey demeure un sport méconnu en France, concède Baptiste Favre. D'ailleurs, il note que les deux tiers des visites sur son site sont faites en provenance du Québec. «C'est à développer», convient-il, précisant que la présence de plusieurs Québécois dans le championnat français, la Ligue Magnus, contribue à rehausser le calibre. Il désire également se servir de la plateforme pour faire découvrir ces joueurs.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer