Les Marquis sont intraitables

La fatigue de l'aller-retour à Rivière-du-Loup n'a pas... (Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay)

Agrandir

La fatigue de l'aller-retour à Rivière-du-Loup n'a pas trop paru chez les Marquis, samedi, tellement les joueurs ont offert du hockey intense et rapide, sauf en début de rencontre.

Photo Le Progrès-Dimanche, Michel Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Marquis de Jonquière se sont montrés intraitables face aux 3L de Rivière-du-Loup, s'imposant 5-2 devant les 1567 spectateurs réunis au Palais des sports, balayant du même coup les honneurs du programme double. Et avec la défaite de Sorel-Tracy, les Jonquiérois se sont installés en tête du classement de la Ligue nord-américaine de hockey.

Cela dit, à voir aller les troupes de Richard Martel, la fatigue de l'aller-retour à Rivière-du-Loup n'a pas trop paru tellement les joueurs ont offert du hockey intense et rapide, sauf en début de rencontre. D'entrée de jeu, les visiteurs ont rapidement affiché leurs couleurs, eux qui sont toujours en quête d'une 2e victoire depuis le début de la saison. Leur meilleur buteur, Étienne Archambault, a fait mouche avec à peine 21 secondes écoulées à la rencontre. Mais la réplique n'a pas tardé, Jérémie Malouin créant l'égalité à peine deux minutes plus tard, sur une passe de Jonathan Paiement.

Les Marquis ont vite repris le contrôle du match. Six minutes plus tard, Alexandre Quesnel doublait l'avance des locaux à la faveur d'un avantage numérique. L'intensité et la vitesse ont été à l'honneur le reste de la période, et malgré une domination des tirs au but des Marquis (17-5), le pointage est demeuré inchangé.

En deuxième, les deux formations n'ont pas levé le pied. Après six minutes de jeu, le rapide Stefan Chaput a saisi son propre retour pour déjouer Philippe Trudeau. À peine trois minutes plus tard, les Marquis bourdonnaient autour de la cage adverse et c'est finalement Jérémy Vigneault-Bélanger qui a donné les devants aux siens après avoir contourné le filet et saisi le rebond. Ce 4e but sans réplique à mi-chemin de la rencontre a montré la sortie à Trudeau, remplacé par Guillaume Decelles. Les 3L ont multiplié les efforts et finalement, Archambault a fini par inscrire son 2e du match aux dépens de Loîc Lacasse qui a effectué plusieurs beaux arrêts.

En troisième, avec à peine 13 secondes d'écoulées, Christian Ouellet s'est moqué d'un défenseur avant de mystifier Decelles d'un puissant tir. Malgré les efforts des Louperivois en fin de rencontre, ils se sont heurtés à un Loïc Lacasse alerte et bien appuyé en défensive, pour ainsi fermer les livres sur une autre fin de semaine parfaire.

Martel agréablement surpris

En entrevue d'après-match, le pilote des Marquis a avoué qu'il avait été surpris de l'énergie de ses troupes sur la glace. «C'est nous qui étions désavantagés parce que nous avions roulé jusqu'à Rivière-du-Loup pour revenir à 4h du matin, tandis que les 3L n'avaient que l'aller dans le corps.»

«Nous avons du talent dans cette équipe et on est revenu. Ç'a fait 2-1 et on a repris le contrôle du match. Ils ont marqué rapidement, ça leur a donné un ''boost'', mais on les a éteints rapidement, a souligné Martel tout en saluant le travail des jeunes, des Jean-Simon Allard et Stefan Chaput qui n'est pas à 100% et dont c'est déjà extraordinaire qu'il joue comme ça.»

«Les joueurs progressent vite. L'exécution était quand même assez bonne ce soir pour des gars qui ne pratiquent pas ensemble, à l'exception des régionaux. Mais on voit qu'il y a des affinités entre certains joueurs et que ça clique ensemble. Les trios ont l'air bien pour l'instant, analyse-t-il.

Il est toutefois conscient que la chimie en train de s'installer sera éventuellement ébranlée par le retour de joueurs blessés. Il faudra alors qu'il use de doigté pour ne pas se retrouver avec trop de joueurs malheureux.

Tantôt il y aura des joueurs qui sont agents libres et qui seront retranchés des camps des ligues américaines, ajoute-t-il. «Et les Marquis de Jonquière ont une très très bonne réputation. On dirait que ça cogne à la porte ici avant les autres.»

Enfin, en vieux routier, Richard Martel ne s'est pas formalisé des propos du DG des 3 L, Karl Boucher, qui l'accusait d'avoir manqué de respect en appelant un temps d'arrêt avec une avance de 7-0 et moins de trois minutes à faire. Il ajoutait que c'était cette attitude qui avait fait en sorte que Martel s'était fait jeter dehors de sa ligue en Europe en termes peu élégants. «Je pense que c'était un peu gênant chez eux (raclée de vendredi) et le DG a été obligé de changer le focus de sur son équipe et de le mettre sur moi. Mais dans tout cela, il savait que ses gars n'avaient pas bien joué», a rétorqué Martel. «L'important, c'est que mon équipe joue bien.

Christian Ouellet ne tient rien pour acquis

Deuxième étoile de la rencontre, Christian Ouellet ne tient rien pour acquis au sein des Marquis de Jonquière.

L'attaquant de Saint-Bruno avoue qu'il a fallu qu'il fasse sa place et même si la transition se fait bien, il sait qu'il doit continuer à faire ses preuves. «Au début, il a fallu que je gagne ma place, car il y avait quand même plusieurs vétérans dans l'équipe qui avait fait leur nom depuis longtemps. C'était donc à moi de faire ma place et de gagner la confiance de Richard Martel. Mais ce n'est pas acquis. Je dois gagner mon temps de jeu et de prouver que je peux aider», explique Ouellet qui a une fiche de quatre buts huit passes en sept matchs.

L'athlète de 25 ans est très satisfait de son utilisation. « C'est sûr qu'au début, j'avais de la misère un peu, mais j'ai essayé de travailler fort. Au camp, je trouve que j'avais quand même assez bien fait pour faire ma place. Puis, il y a eu des blessures et j'ai su en profiter. Mais je ne tiens rien pour acquis. Ce n'est pas parce que je joue bien une fin de semaine que je peux m'asseoir là-dessus. Je dois gagner ma place chaque soir», a-t-il conclu.

Quant à Richard Martel, il est satisfait de la recrue jeannoise. «Christian Ouellet, je savais que c'était un bon joueur de hockey, mais je ne connaissais pas son caractère. Et du caractère, il en a ! Ouf ! Je peux vous le dire», a commenté le pilote des Marquis, sourire aux lèvres.

En bref

• En fin de première période, Marc-Olivier D'Amour a voulu s'en prendre au défenseur Danick Malouin, mais mal lui en pris, car il a écopé d'un 10 minutes d'inconduite de partie. Furieux, il a garroché son casque de toutes ses forces avant de prendre la direction du vestiaire...

• Luis Tremblay a aussi animé la première en jetant les gants devant Jean-Philip Chabot. Les deux belligérants se sont échangé de bons coups...

• L'homme fort Sébastien Laferrière a été rayé de l'alignement, puis que l'adversaire n'avait pas vraiment amené de ''tough''...

• Toujours pas de développement dans le cas de Frédéric Saint-Denis et Cédrick Desjardins. Avec le succès que connaît l'équipe, il n'y a pas d'urgence. «Si ç'a à venir, ce sera un boni», mentionne Martel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer