Un nouveau refuge au mont Laure-Gaudreault

Un second refuge sera accessible dès janvier prochain... (Photo courtoisie)

Agrandir

Un second refuge sera accessible dès janvier prochain aux amateurs de ski haute route sur l'un des sommets du mont Laure-Gaudreault.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

La station de ski du Mont-Édouard, à L'Anse-Saint-Jean, poursuit le développement du domaine skiable haute route avec l'aménagement d'un nouveau refuge sur le mont Laure-Gaudreault.

En marge de la conférence de presse portant sur la Régie intermunicipale de sécurité incendie, le maire Lucien Martel a mentionné qu'un second refuge sera accessible dès janvier prochain aux amateurs de ski haute route sur l'un des sommets du mont Laure-Gaudreault. Il y a deux semaines, un hélicoptère, propriété de l'homme d'affaires André Martel, a transporté au sommet de la montagne, et ce, gratuitement, les matériaux nécessaires à la construction du refuge.

Selon les informations fournies, la station de ski prévoit aménager six refuges sur chacun des sommets du massif montagneux du mont Laure-Gaudreault ainsi que la montagne du Gardien. Selon Roger Dallaire, directeur au développement au Mont-Édouard, la pratique du ski haute route munie de «peaux de phoque» connaît un gain de popularité. Le sport est pratiqué par des skieurs extrêmes ayant une excellente condition physique. Les statistiques de l'an dernier démontrent que le nombre de grimpeurs est passé de 400 la première année à 1500 l'an dernier. L'objectif à long terme est de développer un réseau de pistes important et éventuellement de l'hébergement en altitude. En ce qui a trait à l'hébergement, le secteur résidentiel du Mont-Édouard enregistre 11 nouvelles constructions.

Nouveautés

Outre cet aménagement, les nouveautés au Mont-Édouard concernent la reprise en mains de l'école de glisse ainsi que l'entretien de la piste de ski de fond de six kilomètres. L'entretien des pistes à l'aide d'un VTT relève d'un groupe de bénévoles appelé «Les quatre saisons d'Édouard». Actuellement, la station transforme une ancienne dameuse dont la fonction sera d'entretenir les sentiers de ski de fond. M. Dallaire ajoute qu'une tarification devrait s'appliquer pour les skieurs.

L'an dernier, les bénévoles ont effectué 900 heures de travail pour entretenir cette piste. L'utilisation d'une dameuse devrait permettre de réduire le temps consacré à cette tâche, de sorte que la station n'aura pas à rémunérer du personnel pour ce volume de travail.

En ce qui a trait à la prochaine saison, M. Dallaire mentionne qu'un couvert de neige est présent et que la remontée mécanique B a été restaurée. Selon lui, la prévente tenue au mois d'avril et lors du Symposium de peinture a obtenu un succès supérieur à l'an dernier, ce qui fait croire à une saison intéressante.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer