«Un excellent instinct offensif»

Jean-Philippe Glaude est recruteur pour le Québec des... (Photo Le Nouvelliste, Stéphane Lessard)

Agrandir

Jean-Philippe Glaude est recruteur pour le Québec des Predators de Nashville.

Photo Le Nouvelliste, Stéphane Lessard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce n'est peut-être pas un hasard finalement si Samuel Girard et Frédéric Allard se retrouvent dans l'organisation des Predators de Nashville. Pour le recruteur de l'équipe au Québec, Jean-Philippe Glaude, les deux défenseurs représentent l'avenir du hockey de la Ligue nationale.

«Ce qu'on aime de ces deux défenseurs, ce sont leurs qualités avec la rondelle. Ils ont un excellent instinct offensif et ils bougent bien la rondelle par en avant. Dans le junior du moins, en avantage numérique, ils sont capables de faire la différence», louange-t-il, notant que malgré leurs qualités offensives, «ils ne vont pas tomber en mode passif en zone défensive».

L'ancien défenseur des Voltigeurs de Drummondville en est à sa quatrième saison avec la formation du Tennessee. Son prédécesseur était posté à Boston et venait épier les espoirs de la LHJMQ à l'occasion. L'effet de son arrivée à temps partiel s'est rapidement fait sentir. Les Predators ont pigé cinq fois dans la cour du Québec lors des deux derniers repêchages. «Je n'aime pas prendre le crédit de tout ça, prévient avec humilité l'agent de recrutement à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Je ne sais pas comment ça fonctionne ailleurs, mais comment je le vis depuis que je fais partie des Predators, c'est vraiment un travail d'équipe. C'est certain que c'est moi qui les vois jouer le plus dans l'organisation. Un coup que je les ai ciblés et bien parlé de ces gars-là, mon recruteur-chef vient faire un tour pour valider ce que j'ai vu, du côté positif ou négatif. Quand on établit la liste des joueurs, c'est seulement de bien placer les bons joueurs au bon endroit et c'est ce qu'on a fait avec Frédéric et Samuel.»

Sous contrat

Signe que les dirigeants des Predators sont convaincus d'avoir fait de bons choix, Girard et Allard ont paraphé leur premier contrat professionnel avant de retourner avec leur équipe junior respective, les Cataractes et les Saguenéens. Jean-Philippe Glaude, qui a assisté au tournoi des recrues en Floride, annonce que Samuel Girard a attiré les regards sur lui dès le départ. Dans le cas de Frédéric Allard, qui a été forcé à l'inactivité pendant l'été le temps de soigner une blessure aux côtes, il a impressionné par sa progression de jour en jour avec les professionnels. Il a également aimé la manière dont il a rebondi l'année dernière après une saison plus difficile.

«Dans notre tête, quand on repêche un joueur, on est confiant qu'il va signer, que ce soit en première ou septième ronde. On est convaincus qu'on repêche le meilleur joueur de la ronde. Je n'étais pas tellement inquiet pour eux. Ils ont tellement de talent et ils s'en vont dans le sens où le hockey s'en va», fait remarquer le recruteur qui aura à l'oeil les deux espoirs de l'organisation pendant la prochaine période hivernale.

«Ça va être plaisant de les regarder, surtout quand ils vont jouer l'un contre l'autre», lance-t-il en riant.

Ryan Ellis, un exemple pour le Robervalois

Jean-Philippe Glaude s'emballe rapidement quand il est question de Samuel Girard. Il assure que la taille du défenseur robervalois n'a pas été un point d'interrogation dans les discussions avant le dernier repêchage.

«Un joueur qui a des qualités exceptionnelles comme Samuel, mais qui mesure 5 pieds 10, ce n'est pas quelque chose qui nous fait peur du tout», exprime le recruteur, très impressionné par la mentalité du choix de 2e tour.

«Il a un petit quelque chose que les gens ne perçoivent pas sur la glace. Quand tu lui parles, il est excessivement concentré et il sait exactement où il s'en va. En anglais on dit ''driven'', mais j'ai rarement rencontré un gars aussi persuadé qu'il va jouer un jour dans la Ligue nationale», fait valoir Jean-Philippe Glaude.

«Il est spécial dans tout ce qu'il fait sur la glace, mais spécial aussi comme individu avec ses objectifs.»

Les Predators ont un exemple parfait pour Samuel Girard dans leur organisation avec Ryan Ellis. À 5 pieds 10, le défenseur de 25 ans a fait sa place dans la brigade défensive.

«Je l'ai dit à Sam qu'il était tombé dans une organisation qui adore les défenseurs dans son style. On aime les défenseurs rapides qui bougent la rondelle et qui créent des choses. Ryan Ellis est probablement le meilleur modèle. Il a sa grosseur et il est dans son organisation. Tant mieux pour lui. Il a un super bel exemple en avant de lui», souligne Jean-Philippe Glaude, rappelant que les Predators ont sélectionné un joueur de 5 pieds 7 en juin avec l'Américain Patrick Harper.

Allard dans son radar

Si le destin avait voulu collaborer, le recruteur aurait pu contribuer deux fois à la sélection de Frédéric Allard au repêchage. Il a passé deux saisons dans le groupe de dépisteurs des Wildcats de Moncton et avait remarqué le défenseur de Québec.

Les Wildcats ne détenaient pas de choix de première ronde en 2013 et les Saguenéens l'avaient finalement réclamé, avec le 18e choix. «La première fois je l'ai vu jouer, il était le plus jeune du groupe et déjà il m'était tombé dans l'oeil», raconte Jean-Philippe Glaude.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer