Une golfeuse reçoit un beau cadeau pour ses 50 ans

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Émond
Le Quotidien

Notamment parce que l'étape promettait de lui ouvrir des portes intéressantes pour sa carrière sportive, Sandra Turbide a applaudi, en mars 2016, quand elle a fêté son 50e anniversaire de naissance. Elle était cependant bien loin de se douter qu'une de ces portes lui donnerait accès au prochain Championnat amateur senior des États-Unis de golf féminin.

Native de Jonquière, Sandra Turbide vit à Maple Ridge, en Colombie-Britannique, depuis quelques années en compagnie de son conjoint, Patrice Tremblay, et de leurs deux filles. Pendant longtemps, elle a fait partie des meilleures golfeuses du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Sandra Turbide n'a jamais abandonné le golf depuis qu'elle vit en Colombie-Britannique, mais elle a placé un bémol sur la compétition pendant quelques années. L'idée de se mesurer à des rivales qui auraient pu être ses propres filles ne lui plaisait plus tellement et elle a aussi pris du temps pour compléter une maîtrise.

En fêtant son 50e anniversaire, la Jonquiéroise a fait son entrée dans la catégorie senior. Du même coup, elle a redonné un peu plus de place à la compétition. Pendant la saison estivale qui s'achève, elle a notamment terminé huitième au Championnat canadien senior, quatrième au Championnat senior de la Colombie-Britannique et troisième au Championnat senior de l'Alberta.

Il y a quelques semaines, à l'invitation d'une collègue, elle a tenté sa chance lors d'un tournoi de qualification du Championnat amateur senior des États-Unis. Quatrième à la conclusion du tournoi, elle a d'abord raté sa qualification par une position. Le retrait d'une des trois qualifiées a cependant corrigé la situation et elle se présentera au Club de golf de Wellesley, au Massachusetts, dans quelques heures, pour participer au championnat.

« Le USGA senior amateur est réservé aux joueuses de 50 ans et plus, explique Sandra Turbide. Pour me qualifier, j'ai participé à un tournoi à Washington, en août. Chaque année, des tournois de qualification sont présentés un peu partout aux États-Unis. À chaque endroit, un certain nombre de places sont disponibles pour le championnat. Ça fonctionne au prorata du nombre de participantes. À Washington, il y en avait trois.

« J'ai des amies qui avaient essayé de se qualifier dans le passé. Dans mon cas, j'étais trop jeune. Au cours de l'été, une amie m'a raconté qu'elle avait l'intention de se rendre à un tournoi de qualification. J'ai trouvé l'idée intéressante et j'ai décidé d'y aller moi aussi. Dans un tournoi d'une journée, n'importe qui peut se qualifier. Il suffit d'être dans une bonne journée. J'ai terminé le tournoi en quatrième place. Quand j'ai quitté le site, je me suis dit que je venais de vivre une belle journée, une belle expérience, sur un beau terrain.

« J'ai donc quitté le terrain avec mon petit coupon de substitut dans les mains. Les responsables du tournoi m'ont appelée vendredi passé pour me dire que j'avais une place. Ce fut une grande surprise. J'avais complètement oublié ça. Je travaillais et j'étais dans mon monde. Patrice m'a dit : tu dois y aller. Mon patron a dit : tu dois y aller. J'ai suivi leur conseil et j'ai accepté l'invitation. »

Après deux rondes d'entraînement, les golfeuses entameront le championnat samedi. Elles disputeront deux rondes préliminaires qui serviront à établir un classement et à déterminer les 64 femmes qui passeront à la deuxième portion du tournoi. Celle-ci débutera lundi et se déroulera selon la formule match-play.

Sandra Turbide ne se fixe aucun objectif précis pour le championnat américain. Elle aimerait évidemment faire partie des 64 golfeuses qui atteindront la deuxième étape du tournoi, mais elle veut avant tout profiter du moment.

« J'essaie de ne pas avoir d'objectif particulier, mentionne-t-elle. J'ai eu mal au dos tout l'été. J'ai participé à chaque compétition en me disant que je voulais bien jouer, mais que je voulais aussi apprécier ce que je faisais. Ce sera encore le cas dans les prochains jours. Je ne sais pas si j'aurai l'occasion de revivre cette expérience à l'avenir. Je ne commencerai pas à faire le tour des États-Unis pour essayer de me qualifier chaque année. Cette année, j'ai fait un seul tournoi de qualification et je n'avais pas l'intention d'en faire un autre. Je suis qualifiée cette année et je veux l'apprécier.

« Mon jeu est pas pire présentement. Je frappe bien la balle, mais mon jeu autour des verts est un peu moins bon. Je ne connais pas le parcours où sera joué le tournoi. Il semble très traditionnel. Les verts semblent ondulés et il y a beaucoup d'arbres. J'ai reçu toute la documentation nécessaire et j'ai l'impression que c'est un club très traditionnel. Il y a des endroits où nous aurons le droit d'aller et d'autres où nous n'aurons pas le droit... J'ai bien hâte de vivre l'expérience. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer