• Le Quotidien > 
  • Sports 
  • > Coupe du monde de baseball féminin: le Canada ramène l'argent 

Coupe du monde de baseball féminin: le Canada ramène l'argent

Texte: Pascale Jalbert (deuxième à gauche) revient au... (Photo courtoisie)

Agrandir

Texte: Pascale Jalbert (deuxième à gauche) revient au pays avec une médaille d'argent au cou. Sur la photo, elle est entourée de l'entraîneuse Patricia Landry, ainsi que ses coéquipières Daphnée Gélinas et Anne-Sophie Lavallée.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Canada n'a pu résister à la puissante machine japonaise en finale de la Coupe du monde de baseball féminin, dimanche, à Gijang en Corée du Sud, mais l'équipe nationale, dont faisait partie l'athlète de la région Pascale Jalbert, revient tout de même à la maison avec une médaille d'argent.

En grande finale de cette compétition internationale regroupant 12 équipes, le Japon a gagné 10-0, remportant le titre mondial pour une cinquième fois de suite. Une poussée de cinq points en troisième manche a particulièrement fait mal aux Canadiennes, limitées à deux coups sûrs par la partante Ayami Sato. Utilisée comme frappeuse désignée, Pascale Jalbert a d'ailleurs réussi un de ces coups sûrs.

«On savait que les Japonaises étaient très fortes, mais on s'attendait à pouvoir compétitionner plus qu'on ne l'a fait, a résumé la joueuse de Saint-Honoré, jointe au téléphone quelques minutes avant de quitter la Corée du Sud avec ses coéquipières. Je pense que d'être deuxième au monde, c'est quand même quelque chose de pas pire et on est contentes. On a fait un beau chemin pour se rendre en finale et on peut être fières de cela.»

Au cours du tournoi, Pascale Jalbert a frappé pour une excellente moyenne de ,462 en huit matchs. En 13 présences au bâton, elle a frappé six coups sûrs, marqué cinq points en plus d'en produire trois. Elle a également reçu deux buts sur balles et volé deux buts. Le Canada, qui participait à la finale pour la troisième fois de son histoire seulement, a conclu le tournoi avec une fiche de six victoires contre deux revers.

«Je suis bien contente de la façon dont j'ai joué, a partagé l'athlète de 17 ans. Pour une première expérience, je ne m'attendais pas à ça. Je ne pensais pas jouer autant que ça, mais il doit y avoir une raison derrière ça. J'ai dû bien faire le travail.» Jalbert a amorcé sept des huit matchs du Canada en tant que frappeuse désignée, tout en patrouillant le troisième but lors de l'autre rencontre. Comme expérience, elle ne pouvait guère demander mieux.

«C'était un peu dépaysant d'être ici, a-t-elle avoué. On jouait dans des nouveaux stades qui semblaient avoir été construits spécialement pour l'événement. C'était super beau, c'était super gros. Les gens ont été vraiment accueillants, ils avaient préparé des groupes de partisans pour chaque équipe. Même si on venait de loin, on avait nos partisans à chaque match.»

Maintenant qu'elle a goûté à l'aventure internationale, Pascale Jalbert n'a pas l'intention de s'arrêter là.

«C'est sûr que je veux refaire l'équipe nationale chaque année et participer à d'autres Coupes du monde, a-t-elle lancé. Je ne m'attends à rien de moins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer