Philippe Boucher bien satisfait

L'entraîneur-chef des Remparts de Québec, Philippe Boucher... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

L'entraîneur-chef des Remparts de Québec, Philippe Boucher

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec une jeune équipe entre les mains, Philippe Boucher sait plus que quiconque que les fins de match ne vont pas toujours être de tout repos. Celle d'hier en est un bel exemple.

Les Québécois ont laissé filer une avance de deux buts avant de l'emporter au terme d'une interminable séance de tirs de barrage. La route jusqu'au fil d'arrivée a été un peu cahoteuse, mais la prestation de ses ouailles a plu à l'entraîneur.

«Les deux premières périodes étaient vraiment bonnes pour nous, a souligné Philippe Boucher. Lorsqu'on donne du temps en avantage numérique à Chicoutimi, c'est mortel avec les éléments dominants qu'ils ont. Outre l'indiscipline dans les deux premières périodes, on a été très bons à cinq contre cinq et on n'a rien donné. En troisième, leurs joueurs dominants ont vraiment pris le contrôle et notre jeunesse a quelque peu paru. Il y a beaucoup de positif à ressortir de ce match.»

Les quatre buts des Saguenéens ont d'ailleurs été marqués avec l'avantage d'un homme. Pour ce qui est de la troisième période difficile, Boucher n'a pas dénoté une fatigue. C'est surtout que ses joueurs n'ont pas été en mesure de maintenir le même rythme endiablé des deux premiers vingt.

«Le tempo du match n'avait rien à voir avec ce qu'on a connu plus tôt pendant le camp, a-t-il remarqué. Ça demandait certainement un ajustement pour certains. On sait que ça va être une année comme ça. Beaucoup de joueurs ont voulu nous montrer qu'ils voulaient rester à Québec et maintenant que c'est fait, il faut apprendre à jouer en équipe et je pense qu'on l'a bien fait. Avec une jeune formation, il faut apprendre à faire les petites choses pour gagner et c'est peut-être ce qui nous a fait mal en troisième.»¸

À l'instar des Sags, les Remparts ont beaucoup de temps à tuer entre chaque rencontre présaison. Le dernier rendez-vous préparatoire a lieu samedi prochain, face au Drakkar de Baie-Comeau.

«On aime ça, a assuré Philippe Boucher. On a fait beaucoup d'activités et on a été chanceux d'avoir la Coupe du monde à Québec puisque ça nous a permis d'assister aux pratiques. On a beaucoup de nouveaux visages, ça donne le temps aux joueurs de mieux se connaître. J'aime la façon dont le camp est fait et de toute façon, on a besoin du temps de pratique pour travailler certaines choses.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer