Jonquière remporte la bataille saguenéenne

Le duel entre les Gaillards et les Couguars... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Le duel entre les Gaillards et les Couguars a permis aux amateurs de football d'apprécier quelques belles pièces de jeu.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les Gaillards de Jonquière ont conservé leur fiche intacte, vendredi soir, en défaisant leurs éternels rivaux du Cégep de Chicoutimi, les Couguars, par la marque de 24-18.

Si Jonquière a signé un deuxième gain en autant de sorties, Chicoutimi doit encore patienter avant de savourer une première victoire cette saison. Pourtant, les hommes de Nicolas Ménachi ont amorcé la rencontre le couteau entre les dents, réussissant l'interception à chacune des deux premières possessions des locaux. Ils n'ont pu en profiter, de sorte que les Gaillards ont, lentement mais sûrement, repris du poil de la bête, avant de s'imposer.

Les partisans présents au terrain synthétique du Cégep de Jonquière ont dû patienter au deuxième quart avant qu'une équipe s'inscrive au pointage. Le quart des Gaillards, Anthony Ouellet, a servi une passe précise à William Langlais, installé dans la zone des buts. William MacDuff a imité son coéquipier avec une minute à faire à la première demie.

Avec un score de 14-2 en faveur de Jonquière, les Couguars croyaient bien avoir réduit l'écart tout juste avant la fin du deuxième quart, mais le touché de Jimmy Larose-Joubert a été annulé en raison d'une pénalité à un joueur chicoutimien. Au lieu de revenir du vestiaire à quelques points de leurs adversaires pour le troisième quart, les Couguars ont vu les Gaillards creuser l'écart grâce à un placement de Mathieu Richard, suivi d'un touché au sol de Louis-Philippe Grégoire.

En retard 24-5 au dernier quart, les Couguars n'ont pas abandonné, inscrivant deux touchés. Jimmy Larose-Joubert et Liam Ward-Courteille ont permis à leurs coéquipiers d'y croire, mais la remontée s'est arrêtée là.

Au terme de la rencontre, l'entraîneur des gagnants donnait beaucoup de crédit à son groupe d'entraîneurs ainsi qu'à sa défensive, qui a réussi à limiter les dégâts lorsque la situation l'exigeait.

«On a donné une seule longue séquence à leur attaque et on leur a permis de rester dans le match en commettant une erreur dans notre territoire, a résumé François Laberge en faisant référence à la mauvaise remise sur un botté de dégagement qui s'est transformée en revirement. Sinon, notre défensive a joué un gros match et les gars avaient une très haute intensité.»

Le coach des Gaillards a avoué que les deux interceptions subies en début de match ont quelque peu forcé un remaniement à la stratégie offensive. Les jeux au sol sont devenus plus fréquents, ce qui a ouvert le terrain et permis à l'attaque de prendre du précieux temps de possession.

«Il faut donner crédit aux Couguars, ils sont arrivés bien préparés, a noté Laberge. Ils ont réussi à museler notre passe pendant la première demie. Ils avaient de bonnes couvertures qu'on n'avait pas vues sur les bandes vidéos. Chapeau aux entraîneurs défensifs qui avaient bien préparé leur équipe, ce qui nous a fait un peu «boguer» en début de match. Par contre, on a réussi à lever notre jeu d'un cran et faire des points.»

Sur l'autre ligne de côté, l'entraîneur-chef des Couguars Nicolas Ménachi voyait du positif avec la fin de match des siens, mais regrettait d'avoir donné autant de chances aux Gaillards de se faire valoir.

«On a décollé trop tard, a-t-il résumé, tout en donnant une bonne note à sa défensive qui a limité une équipe qui avait inscrit 72 points la semaine dernière, à seulement 24 vendredi. Ce sont nos punitions qui nous ont coulés et ils ont capitalisé là-dessus. Je considère qu'on a perdu le match et non pas qu'ils l'ont gagné. On aurait pu en faire un peu plus. On peut quand même être fiers de ce qu'on a fait, on a une équipe jeune et on a démontré du caractère. Il faut vraiment faire attention aux petits détails.»

Ménachi aurait également aimé que ses troupiers démontrent un instinct du tueur plus aiguisé. À deux reprises, Chicoutimi a été victime d'un revirement dans la zone payante. «On les avait dans les câbles à quelques occasions, on aurait pu capitaliser, mais on ne l'a pas fait», a-t-il soufflé.

Les Gaillards tenteront de demeurer parfaits la semaine prochaine lors d'une visite à Alma face aux Jeannois vendredi, tandis que les Couguars recevront la visite des Pionniers du Cégep de Rimouski deux jours plus tard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer