Michel Dufour tire sa révérence

Jean-Sébastien Côté, Michel Dufour et Annick Gobeil ont... (Photo courtoisie)

Agrandir

Jean-Sébastien Côté, Michel Dufour et Annick Gobeil ont tous nagé en solo les 32 km qui séparent Péribonka de Roberval. Le vétéran Michel Dufour a annoncé qu'il s'agissait de sa dernière 5e traversée.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les 13 nageurs amateurs qui ont pris le départ de la traversée du lac Saint-Jean en solo ou en équipe ont tous relevé le défi avec succès, samedi. Mais pour le vétéran du groupe, Michel Dufour, l'épreuve mythique avait une saveur particulière, puisqu'il a annoncé qu'il s'agissait officiellement de sa dernière traversée.

Le Chicoutimien de 62 ans a réussi le marathon de 32 kilomètres à la nage entre Péribonka et Roberval en 12h56mn. Une 5e traversée réussie en six tentatives. Même si les conditions étaient bonnes, il a trouvé le défi éprouvant. « Les conditions étaient belles, mais l'eau était froide. J'ai trouvé ça dur, car j'ai eu froid durant toute la journée. On nous a dit que l'eau était à 70 degrés Fahrenheit (21 degrés Celsius), mais d'après moi, c'était plus froid. C'était froid dans la rivière Péribonka et ça a continué à être froid même après, dans le lac», raconte celui qui ne recourt pas au wetsuit pour ce défi.

«Je t'annonce que c'était officiellement ma dernière traversée. Si j'en refais une autre, ce sera à mes 75 ans pour rééditer l'exploit de Robert (Cossette)», a ajouté celui qui, comme son regretté ami surnommé le «Géant des eaux», a été victime de la poliomyélite.

Cela dit, il continuera de nager et de participer à de petits marathons, «mais rien de majeur». Il espère seulement que d'autres prendront la relève pour organiser des traversées pour les amateurs. «J'espère que l'organisation de la traversée va être consciente qu'il y a des gens qui sont intéressés à la faire. C'est mythique et j'aimerais bien qu'ils prennent en charge cet événement. On était quand même 13 nageurs dans le lac aujourd'hui», a-t-il conclu.

Annick Gobeil et Jean-Sébastien Côté ont eux aussi complété l'épreuve, mais il n'a pas été possible de les joindre.

Quant au volet en équipe, celle composée de Yves Faucher, de Sonia Tremblay, Denis Mergeay et de Pierre Lavoie (du Grand défi) a été la plus rapide avec un temps de 7h32mn. «C'était encore une journée idéale, sans vent. Nous avons fait un très bon temps. Pierre avait parlé de la faire en huit heures, mais on avait une bonne équipe», raconte celle qui en était à sa 2e traversée consécutive en équipe. «Mais je l'avais fait en 1989 en équipe avec Nancy Ratté. Vingt-sept ans plus tard, on se retrouve à la faire toutes deux, en santé, rigole-t-elle. On n'est pas des machines, mais des passionnées.» Son conjoint Denis Mergeay a apprécié sa première expérience tandis que Pierre Lavoie a trouvé l'épreuve beaucoup moins épuisante qu'en solo, comme il l'avait fait l'an dernier.

Simon Gagnon Brassard et Jonathan Desgagné se sont relayés avec succès pour boucler la distance en 8h05mn. «C'était ma première expérience dans le lac Saint-Jean. J'avais déjà fait la descente du Saguenay mais cela ne se ressemble pas trop!», a mentionné le triathlète Gagnon-Brassard.

Nancy Ratté , Emmanuel Colomb, Dave Bard et Carl Villeneuve ont eux aussi complété l'épreuve, mais nous n'avons pu les joindre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer