Seule dans le désert

Myriam Tremblay passera plusieurs jours dans le désert,... (Photo Le Progrès-Dimanche, Katerine Belley Murray)

Agrandir

Myriam Tremblay passera plusieurs jours dans le désert, au Maroc. Elle participe au Trophée Roses des Sables.

Photo Le Progrès-Dimanche, Katerine Belley Murray

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Participer au Trophée Roses des Sables en duo est déjà toute une aventure. Y participer seule représente un défi supplémentaire. Un défi que Myriam Tremblay est motivée à relever.

«Nous devions faire le défi à deux, mais ma coéquipière s'est désistée. J'ai décidé de continuer quand même.»

«J'y vais en quatre roues plutôt qu'en 4X4. Si j'avais arrêté, je m'en serais voulu», raconte la dame originaire de Saint-Honoré.

Elles seront 306 à prendre le départ du défi, une aventure de plus de 6000 kilomètres répartis en trois pays (France, Espagne et Maroc). Quatre-vingt-trois Québécoises sont du lot. Et une seule femme de la région, Myriam Tremblay. «Je recevrai une formation de conduite dans le sable, de mécanique et de cartes et boussole. Nous avons uniquement droit aux cartes et à la boussole pour nous orienter», précise Myriam Tremblay. Le défi en est en effet davantage un d'orientation que de vitesse, puisque ce ne sont pas les temps qui sont pris en compte, mais bien le nombre de kilomètres nécessaires pour passer du point A au point B. Les véhicules des participantes sont munis de puces GPS qui calculent la distance.

«Je vivrai une nuit en totale autonomie, seulement mon quatre roues et moi. Durant les autres nuits, je dormirai dans un bivouac. Je n'ai pas peur de me perdre. Je suis confiante. Je fais du quatre roues et de la motoneige depuis que je suis enfant. J'ai toujours tellement aimé ça. J'étais jalouse des filles qui faisaient le Trophée. Maintenant, c'est à mon tour!» L'édition 2016 a lieu du 12 au 23 octobre.

Myriam Tremblay doit faire de nombreux sacrifices pour parvenir à ses fins. Elle organise des événements afin d'amasser des fonds et a même pensé à coller des autocollants d'entreprises sur son automobile, moyennant rétribution, pour en faire un véritable «véhicule publicitaire». L'aventure nécessite une somme de 15 000$.

«Je pense que c'est un bel exemple de persévérance pour mon fils. Il est tout content de dire que sa mère s'en va dans le désert! Mon objectif est de relever le défi, de le vivre à fond. J'en ressortirai avec une grande fierté.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer