Une expérience démesurée

Léandre Bouchard doit se rendre en Europe après... (Photo courtoisie)

Agrandir

Léandre Bouchard doit se rendre en Europe après le Brésil, s'il se remet de sa foulure à la cheville.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lorsqu'il a reçu la confirmation qu'il allait participer aux Jeux olympiques de Rio, Léandre Bouchard savait qu'il s'apprêtait à vivre toute une aventure. Il n'a pas été déçu en mettant les pieds au Brésil.

«Je savais que ça allait être gros et je dirais que le mot qui décrit le mieux ces Jeux olympiques est: démesuré, et ce à plusieurs points de vue, a résumé le cycliste almatois joint par téléphone à Rio. Tu t'en rends compte une fois que tu arrives sur place. L'accueil qu'on reçoit est immense, le village olympique est énorme, l'énergie qui gravite autour du parcours avec tous les spectateurs est indescriptible. Tout est démesuré et plus gros que ce que j'ai pu vivre auparavant.»

Bouchard profite d'ailleurs de l'environnement brésilien une semaine de plus en compagnie de son entourage direct. Pendant la compétition, sept parents et amis l'accompagnaient.

«On relaxe, c'est un peu comme des vacances, a exprimé le sympathique athlète. Je profite de Rio, de la belle température et de la culture. C'est vraiment un beau coin de pays et ce n'est pas pour rien que c'est une des plus belles destinations touristiques.»

Léandre Bouchard avait le sentiment du devoir accompli, un peu plus de 48 heures après avoir pris la 27e place de sa première épreuve olympique.

«Je suis content de ma course. C'est sûr que j'aurais pu espérer un peu mieux par rapport aux performances que j'ai réussies cette année, mais ce qui importe le plus pour moi, ce n'est pas tant le résultat que la bataille que j'ai livrée, a-t-il fait valoir. J'ai donné mon maximum et j'ai vraiment fait de mon mieux. Seulement d'être présent aux Jeux olympiques était une réussite en soi donc à partir de là, je voulais juste y aller à fond.»

Au-delà des obstacles

Le cycliste de 23 ans a dû négocier avec une situation hors de son contrôle dans les premiers instants de la course. Le Russe Anton Sintsov a décidé de s'arrêter dans la première zone de ravitaillement, barrant la route à d'autres cyclistes. Léandre Bouchard a été le plus pénalisé par ce geste, se retrouvant les quatre fers en l'air après avoir heurté la roue arrière de son adversaire. «Ce n'était pas un mouvement très intelligent de sa part», a-t-il convenu, ajoutant ne pas avoir été déconcentré ou blessé lors de la chute qui est survenue à une vitesse considérablement élevée.

«J'ai vu la vidéo après la course et j'ai bien vu que ce n'était pas une manoeuvre adéquate, surtout au premier tour avec autant de trafic dans la zone de ravitaillement, a-t-il ajouté. J'ai mis les freins au plus fort que je pouvais en coupant vers la droite, mais je n'ai rien pu faire de plus, ça s'est passé dans une fraction de seconde. Je me suis dit qu'il fallait bien que je sois aux Jeux olympiques pour qu'une chose comme ça m'arrive!»

Rendez-vous à Tokyo?

Il est difficile de parler à Léandre Bouchard sans lui poser la question sur son éventuelle présence à Tokyo, dans quatre ans, pour les prochaines olympiades d'été. Le jeune homme ne cache pas qu'il nourrit de grandes ambitions.

«En participant aux Jeux de Rio, c'est certain que j'espère maintenant participer à ceux de Tokyo parce que normalement, je serai encore plus performant en 2020», a-t-il annoncé.

Bouchard et les autres Canadiens ont vécu leur expérience au maximum, en se rassemblant pendant la cérémonie de clôture. Un événement que le talent local n'oubliera pas de sitôt.

«C'était un gros party et tout le monde était heureux en entrant dans le stade Maracana, a-t-il observé. J'avais un grand sourire et c'était merveilleux. Il tombait une petite pluie, mais on dirait que ça rendait le tout encore plus spécial. Je dois dire que les Brésiliens savent faire la fête. J'étais comme un enfant!»

Si tout se déroule comme prévu, Léandre Bouchard quitte Rio samedi en direction de l'Espagne. Il mettra ensuite le cap sur la principauté d'Andorre, endroit où la finale de la Coupe du monde de vélo de montagne se tiendra. Rien n'est toutefois certain, puisqu'une légère blessure à une cheville le tenaille depuis lundi.

«Je me suis foulé la cheville en courant vers la cafétéria, quelque chose de bien simple, a raconté Bouchard en riant. Ce n'est pas une grosse foulure, mais ça m'incommode un peu.»

Souper des champions

La huitième édition du Souper des champions se déroule mercredi soir, dès 18h, à La Cage d'Alma. L'événement sert à soutenir des organisations sportives ainsi que des athlètes almatois. Toujours présent à Rio, Léandre Bouchard ne pourra être présent, mais Jude Dufour sera sur place. L'entraîneur-chef du Club Cyclone, qui accompagnait son poulain à Brésil, est rentré au pays en fin de soirée mardi.

Les athlètes en vélo de montagne Catherine Fleury et Rébecca Beaumont, le cycliste sur route Jean-Gabriel Dumais et le judoka François Gauthier-Drapeau recevront un montant d'argent, tout comme le Club Cyclone, le club de judo Seiko ainsi que l'organisation de la 52e finale des Jeux du Québec - Alma hiver 2017. Le prix du billet est de 30 $, qui comprend un souper spaghetti et une consommation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer