Une première expérience olympique mouvementée

Léandre Bouchard a reçu l'appui de nombreux proches... (Photo courtoisie)

Agrandir

Léandre Bouchard a reçu l'appui de nombreux proches au cours de son séjour à Rio, dont la présence de son père Martin (troisième à gauche), sa copine Barbara (quatrième à gauche) et naturellement, son entraîneur Jude Dufour (troisième à droite).

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À sa première expérience olympique, Léandre Bouchard a vécu quelques situations imprévues, dimanche, lors de l'épreuve du cross-country en vélo de montagne. Impliqué dans une chute et des embouteillages dès le premier tour, il a finalement pris la 27e position.

L'Almatois a connu un bon départ, se hissant à la 21e place. Il a cependant été victime d'une chute dans une zone de ravitaillement lorsque le Russe Anton Sintsov lui a barré la route. Bouchard n'a pu éviter la roue arrière de son adversaire et il est passé par-dessus son guidon. Il a pu reprendre rapidement la course, non sans avoir perdu quelques positions.

«Le coureur s'est arrêté devant moi très rapidement et j'allais trop vite pour freiner ou l'éviter, a résumé Bouchard sur le site de Cyclisme Canada. Malgré tout, j'ai tenté de demeurer positif en poursuivant ma course. C'était plus glissant que je m'attendais en raison de la pluie, mais les conditions étaient les mêmes pour tout le monde.»

L'épreuve du cross-country a été remportée par le champion en titre de la Coupe du monde, Nino Schurter. Le Suisse a réussi à se forger une confortable avance tout juste avant d'amorcer le dernier des sept tours. Le Tchèque Jaroslav Kulhany a mérité la médaille d'argent et l'Espagnol Carlos Coloma Nicolas a complété le podium.

«J'espérais un petit mieux, parce que je visais un top-20, mais je suis tout de même satisfait de l'effort que j'ai fourni», a raconté Bouchard à La Presse Canadienne.

Léandre Bouchard a été le seul Canadien à conclure la course puisque Raphaël Gagné a été forcé à l'abandon au cours du cinquième tour. Il était alors au-delà du 40e échelon, deux tours derrière le meneur. Il est l'un des 15 cyclistes à ne pas avoir complété l'épreuve, parmi les 49 coureurs inscrits.

Un entraîneur comblé

Présent à Rio en compagnie de son poulain, Jude Dufour était envahi d'un grand sentiment du devoir accompli. Il se disait prêt à foncer tête première vers un nouveau cycle de quatre ans, avec à la clé, une participation aux Jeux de Tokyo en 2020.

«On aurait pu obtenir un meilleur résultat, mais une 27e position au niveau olympique, c'est très bien, a raconté l'entraîneur. Le résultat, c'est une chose, mais il faut aussi prendre en considération le niveau de performance. Cette 27e position représente assez bien son rang au niveau international. Léandre a manqué un peu d'énergie en fin de saison. Sans jouer la victime, une saison, c'est long et pour un athlète de 23 ans, on en subit parfois un peu plus les effets du manque de maturité. Nous aurons du temps d'ici les quatre prochaines années pour remédier à ce constat.»

Jude Dufour a de nouveau rappelé que la réalisation de Léandre Bouchard se devait d'être un précédent favorable dans la région.

«Oui, c'est possible de développer de la haute performance sportive chez nous en région, a affirmé M. Dufour. Il suffit de commencer à y croire, de prendre le leadership et les moyens nécessaires pour y arriver. Il faut arrêter de croire que c'est toujours mieux ailleurs. Léandre sera toujours un olympien et moi, je serai toujours un entraîneur ayant développé, à l'intérieur d'un processus et d'une identité régionale, un athlète du club Cyclone se rendant jusqu'aux Jeux olympiques. Il en était à ses premiers Jeux, mais il y en aura d'autres.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer