Pari réussi pour Pierre Lavoie

Les nageurs ont fait face à d'importantes vagues... (Photo La Presse, Hugo-Sébastien Aubert)

Agrandir

Les nageurs ont fait face à d'importantes vagues lors des 3,8 km de nage, première épreuve de la journée au Ironman de Mont-Tremblant.

Photo La Presse, Hugo-Sébastien Aubert

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À son retour sur la scène du triathlon Ironman pour la première fois depuis 2013, Pierre Lavoie ne l'a pas eu facile, dimanche, lors du Ironman de Mont-Tremblant. Devant affronter les vagues, la pluie et les vents, il a tout de même remporté son pari en terminant au premier rang chez les hommes 50-54 ans grâce à un temps total de 9h34min59sec.

Le triathlonien s'était aussi donné comme objectif d'arrêter le chrono sous les 9h30min. Compte tenu des conditions, il ne s'en faisait pas trop avec le fait d'avoir légèrement dépassé ce temps.

«On avait des conditions extrêmes, a réagi Pierre Lavoie en entrevue téléphonique. Dès le départ de la nage, on a dû affronter les vagues. C'est rare qu'il y en a le matin, mais cette fois, il y en avait beaucoup. Déjà là, ça partait mal. Il a plu tout le long de la course à vélo, en plus des vents à 25 km/h. J'ai participé à 32 Ironman dans ma vie, et c'est la fois où j'ai fait face aux conditions les plus difficiles. Rendu à la course à pied, on avait tellement donné pendant le vélo qu'il fallait être fort entre les deux oreilles.»

Pierre Lavoie ne pouvait pas dire si un volet de la compétition lui avait semblé plus... «facile». «J'ai trouvé ça difficile à la nage, j'ai trouvé ça difficile à vélo et j'ai surtout trouvé ça difficile à la course à pied, a-t-il lancé. J'ai passé une grande partie de la journée tout près de Pierre Heynemand, un athlète très costaud contre qui je me bats depuis le début de ma carrière. Je me suis accroché à la natation, par la suite il était plus fort que moi à vélo et j'avais de la difficulté à le suivre. J'ai eu une crampe à un muscle fessier dès le début de l'épreuve à vélo et je n'étais pas capable de la faire partir. Je gérais la difficulté jusqu'à la course et je savais que j'allais courir plus vite que lui. Pierre avait deux minutes d'avance au début de la course et je l'ai rattrapé après sept kilomètres. Je devais ensuite le semer et le tuer mentalement. La deuxième partie du marathon est toujours la plus importante et j'ai su gérer ma course. Je me suis ensuite forgé une avance insurmontable et je suis très content.»

Pierre Heynemand a finalement terminé près de 10 minutes après Pierre Lavoie, bon pour le deuxième rang chez les 50-54 ans.

«Je suis satisfait, mais je ne pensais pas souffrir comme ça, a confessé M. Lavoie. J'ai trouvé ça dur et je ne suis pas le seul. Je suis magané pas mal, j'ai de la misère à marcher.»

Cette première place dans sa catégorie d'âge permet à Pierre Lavoie de se qualifier pour le Ironman d'Hawaï. Il ne devrait toutefois pas y participer. «Ça devient de plus en plus difficile pour moi d'avoir le temps de m'entraîner sérieusement pour ce type d'épreuve», a-t-il reconnu.

D'autres athlètes de la région étaient également présents au Mont-Tremblant, dont Jean-Pierre Gagné, un bon ami de Pierre Lavoie. M. Gagné a terminé 14e chez les 50-54 ans en vertu d'un temps de 10h59min16sec. Charles Thibault (10h01min25sec), Jean-Philippe Leclerc (10h02min25sec) et Simon Gagnon-Brassard (10h12min25sec) étaient d'autres représentants du Saguenay-Lac-Saint-Jean présents à Mont-Tremblant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer