De joueur de garage à professionnel en Europe

Maxime Dufour a mis un certain temps à... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Maxime Dufour a mis un certain temps à faire son chemin dans le monde du hockey, abandonnant presque son rêve en cours de route. Il a récemment signé un contrat en Europe.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le parcours a été long et sinueux, mais le Chicoutimien Maxime Dufour évoluera en deuxième division en France, à Montpellier. Pas si mal pour un joueur de hockey de ligue de garage il n'y a pas si longtemps.

«Jamais je ne me serais dit qu'un jour, j'allais aller jouer au hockey en Europe», exprime l'attaquant de 25 ans.

Maxime Dufour a mis un certain temps à faire son chemin dans le monde du hockey, abandonnant presque son rêve en cours de route. Après le midget AA, il a passé une demi-saison dans le collégial AAA, avec les Jeannois d'Alma, avant de décider de se joindre aux Saguenéens de Chicoutimi dans le junior AA. «J'avais mis une croix sur le gros hockey et le gros calibre et décidé d'aller jouer avec mes chums», se souvient Maxime Dufour qui, après trois autres saisons dans le junior, s'est retrouvé dans des ligues de garage à jouer pour le plaisir. Toutefois, l'an dernier, grâce à Bob Desjardins, il a obtenu un essai au camp des Marquis de Jonquière de la Ligue nord-américaine, ce qui a été l'élément déclencheur de la suite des choses.

«J'avais le goût de recommencer à jouer du hockey de compétition. J'y suis allé pour l'expérience sans avoir rien à perdre. Après un très bon camp, j'ai décidé d'aller évoluer dans le senior A en Mauricie», de relater Maxim Dufour qui a fait tout un effet, terminant premier marqueur avec 39 points en 20 rencontres, ce qui a attiré l'attention de l'autre côté de l'Atlantique.

«Pour un retour au jeu, ça vraiment bien été», convient le Chicoutimien qui a été approché aux Fêtes pour sonder son intérêt à jouer en France. «Sur le coup, je n'ai pas tellement pris ça au sérieux. J'ai dit oui et on n'en a pas reparlé. À la fin de l'année, il m'est revenu avec ça», raconte Maxime Dufour qui a signé un premier contrat avec Courbevoie en première division. En raison de pénalités financières, l'organisation a été rétrogradée en troisième division, au grand dam du Chicoutimien.

«Tant qu'à aller en troisième division en France, j'avais des invitations à Rivière-du-Loup et Cornwall, je me suis dit que j'allais rester ici», indique Maxime Dufour. Une semaine plus tard, les dirigeants de la formation de Montpellier, qui graduent en deuxième division avec de fortes aspirations, lui ont fait signe.

Avec sa petite taille et son excellent coup de patin, il est convaincu que les grandes patinoires européennes lui conviendront parfaitement. «Tant qu'à y aller, je n'y vais pas en touriste. Je me donne peut-être une couple d'années. Sans nécessairement avoir une carrière, je pourrais faire un peu d'argent et connaître un peu le mode de vie en Europe», de faire valoir Maxime Dufour qui quittera à la fin du mois pour cette nouvelle expérience.

«J'ai pris ça au sérieux cet été et je suis prêt à connaître une grosse saison. On ne sait jamais ce qui peut arriver par la suite.»

Un autre joueur de la région, Mathieu Tremblay, a déjà fait ses valises pour le Vieux Continent. Il a été recruté par les Taureaux de feu de Limoges, dans le sud-ouest de la France, également en division 2.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer