Traversée du lac Saint-Jean: Meyer le meilleur

L'Américain Alex Meyer s'est offert une victoire à... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens)

Agrandir

L'Américain Alex Meyer s'est offert une victoire à la plus prestigieuse épreuve de nage en eau libre longue distance au monde, la Traversée internationale du lac Saint-Jean à la nage. C'était sa première participation et la dernière course de sa carrière.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

Pour clore sa carrière, l'Américain Alex Meyer s'est offert une victoire à la plus prestigieuse épreuve de nage en eau libre longue distance au monde, la Traversée internationale du lac Saint-Jean à la nage.

Alex Meyer... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 1.0

Agrandir

Alex Meyer

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Et le nageur de 28 ans l'a fait avec panache. Tout au long de la course, on sentait qu'il était le plus fort. Les autres athlètes l'avaient à l'oeil. Il avait une pancarte dans le dos.

«Je suis vraiment content d'avoir gagné, c'est un rêve qui se réalise. Je voulais y participer depuis si longtemps. Je suis d'autant plus heureux, car j'ai failli abandonner à un moment donné à cause de l'eau froide et des difficultés pour uriner. Je me suis encouragé et le soleil est sorti et là ça s'est mis à mieux aller. J'ai arrêté de grelotter», a commenté l'athlète. La température de l'eau était de 16 degrés Celcius au départ dans la rivière Péribonka. Elle a grimpé à 20 degrés.

Alex Meyer savourait sa victoire.... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 2.0

Agrandir

Alex Meyer savourait sa victoire.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Un peu avant la mi-course, Meyer s'est laissé descendre pour uriner et s'alimenter, mais surtout se faire oublier. Son entraîneur lui a demandé de prendre une autre ligne de course. Le français Bertrand Venturi avait flairé la manoeuvre et a embarqué dans son sillage. La stratégie a failli fonctionner, mais les autres entraîneurs du peloton ont crié et leurs nageurs ont changé de trajectoire. 

C'est l'Italien Edouardo Stochino qui a terminé 2e de 4 minutes. Il a livré une chaude lutte à Meyer, mais n'a pas été capable de le suivre à 2 km de l'arrivée. C'est l'Italien qui a fait exploser le peloton de huit nageurs à 10 km de l'arrivée. Il savait que Meyer reviendrait. «J'ai participé aux Championnats d'Europe, il y a deux semaines et j'ai senti qu'il me manquait de l'énergie aujourd'hui pour avoir l'accélération pour le suivre. Ce n'est pas une défaite, Meyer était tout simplement trop fort aujourd'hui».

L'américain l'avait deviné. Les deux hommes ont nagé 8 km ensemble. «Je l'ai laissé prendre des relais et notre rythme ralentissait. J'ai attendu au bon moment pour placer l'accélération et quand j'ai senti qu'il ne pourrait pas coller», a-t-il raconté. En effet, on a bien vu que Stochini s'est battu pour rester dans ses pieds, il a concédé, un mètre puis deux... La course était jouée. Meyer a complété les 32 km en 6 heures 27 minutes et 59 secondes, à 5 minutes du record.

Meyer termine donc sa carrière sur un moment d'apothéose. Cette gloire et l'accueil triomphal fait par les milliers de Robervalois pourraient le faire changer d'idée, croit son entraîneur Paul Asmuth.

Le vieux renard Tomi Stefanovski s'est offert un... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 3.0

Agrandir

Le vieux renard Tomi Stefanovski s'est offert un podium pour célébrer la fin de sa carrière. «C'est agréable de dire au revoir à Roberval avec cette belle course. Elle a été dure, mais je vais m'en souvenir longtemps. C'est la course la plus loin de la maison, mais la plus proche de mon coeur», s'est exprimé le Macédonien. Il a terminé l'épreuve 12 minutes après Meyer.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Sabryna Lavoie de Saint-Bruno a abaissé de plus... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 3.1

Agrandir

Sabryna Lavoie de Saint-Bruno a abaissé de plus d'une heure son temps de traversée du lac Saint-Jean. « Je suis très contente. Les conditions étaient presque parfaites. Je n'ai pas été capable de suivre le peloton, les nageurs allaient trop vite. Je suis allé à mon rythme. Puis je me suis rendu compte que je revenais sur la 3e Pilar, mais il m'a manqué un peu de temps. » En effet, il lui a manqué 31 secondes pour la rejoindre. Elle a nagé pendant 7 heures, 6 minutes et 46 secondes.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Le vieux Tomi

Le vieux renard Tomi Stefanovski s'est offert un podium pour célébrer la fin de sa carrière. «C'est agréable de dire au revoir à Roberval avec cette belle course. Elle a été dure, mais je vais m'en souvenir longtemps. C'est la course la plus loin de la maison, mais la plus proche de mon coeur», s'est exprimé le Macédonien. Il a terminé l'épreuve 12 minutes après Meyer.

Le gagnant de l'an dernier Xavier Desharnais a... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 4.0

Agrandir

Le gagnant de l'an dernier Xavier Desharnais a connu une difficile journée en terminant 10e. « J'avais un problème de maillot au début et j'avais de la misère à respirer. Je n'ai pas été capable de suivre et j'avais très mal à l'épaule gauche. Je me suis dit : amuse-toi et fais une traversée en solo. Je n'ai pas lâché et au moins j'ai réussi à remonter de la 25e position à 10e », a expliqué le Sherbrookois. La victoire éclatante de Philippe Guertin jeudi au 10 km l'a taxé pour la 32e, il a abandonné après 50 minutes de nage.

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Il a dû prendre les choses en main quand le peloton s'est scindé à 10 km de l'arrivée. 

«Ce n'est pas correct de lasser tirer un gars de 45 ans un peloton pendant une heure», a-t-il lancé en riant. 

Il a donc voulu donner un spectacle au Robervalois en livrant un sprint endiablé la Russe avec Olga Kozydub.

Celui qui a rempoté deux titres a commencé à nager à Roberval en 2000.

Olga Kozydub termine troisième

Olga Kozydub a terminé au 3e rang et... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 6.0

Agrandir

Olga Kozydub a terminé au 3e rang et première chez les femmes. 

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

Jade Dusablon a décroché la 7e position. ... (Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens) - image 6.1

Agrandir

Jade Dusablon a décroché la 7e position. 

Photo Le Progrès-Dimanche, Gimmy Desbiens

La Russe Olga Kozydub a encore fait un numéro en terminant 3e au total et 1re chez les femmes en battant au sprint le vieux renard Tomi Stefanovski.

«C'est vraiment une belle course ici. J'étais très fatigué à la fin, plus qu'en 2013. L'eau était froide et le sprint à la fin a fait très mal», a raconté la Russe de 24 ans qui s'exprime un peu en anglais. Elle avait aussi impressionné en 2013 en terminant 3e au général.

La petite nageuse impressionne par sa vitesse. Quand Stochino et Meyer ont mis les gaz, elle a suivi un peu. Quand elle a vu qu'elle nageait seule, Olga s'est laissé descendre au peloton composé de 4 nageurs. Elle a réussi à suivre le rythme et doubler d'autres hommes. Elle a complété l'épreuve en 6 heures 39 minutes et 28 secondes, à 12 minutes du vainqueur.

Pour sa première Traversée, Jade Dusablon de Québec a démontré qu'elle était une grande nageuse en eau libre. Elle a terminé 2e chez les femmes et 7e au général en plus d'être la première athlète québécoise à toucher la plaque.

«Je n'en reviens pas! Ce que je voulais c'était de la terminer. Ç'a passé vite, à un moment donné je pensais que ça faisait 8 km qu'on nageait et ça faisait 15 km. C'est une expérience inoubliable et en plus je termine 2e», s'est exclamée la pétillante nageuse de Québec.

Jade a impressionné plusieurs observateurs. Elle a réussi à nager avec le peloton pendant 22 km. Elle n'a pas réussi à suivre l'accélération. Preuve qu'elle était forte, elle a été la seule femme avec la Russe Olga Kozydub à suivre le rythme des hommes. «Ça allait très vite. Mais quand c'est devenu trop dur pour suivre à force de «kicker», je me suis dit qu'il fallait ralentir. Même si j'étais seule, je ne me suis pas découragée, c'est vraiment une sensation merveilleuse», a-t-elle ajouté.

C'est l'Argentine Pilar Geijo qui a fini 3e.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer