Une nouvelle équipe pour Laurent Dauphin

Laurent Dauphin (deuxième à partir de la droite)...

Agrandir

Laurent Dauphin (deuxième à partir de la droite) joue avec Christophe Lalancette, Alexandre Ranger, Félix Girard et Jean-Sébastien Pichette au Tournoi à Bout de souffle de Saint-Félicien.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Laurent Dauphin est certain de changer d'équipe pour la prochaine saison. Soit il jouera pour les Coyotes de l'Arizona dans la Ligue nationale de hockey, soit il évoluera pour le nouveau club-école des Coyotes, les Roadrunners de Tucson.

L'équipe de la Ligue américaine de hockey associée aux Coyotes était auparavant située à Springfield, au Massachusetts. Elle est maintenant déménagée en Arizona, tout près des Coyotes. Un déménagement qui plaît grandement à Laurent Dauphin.

«À Springfield, les commerces fermaient et il y avait des panneaux de bois dans les vitres de plusieurs maisons... C'était triste. Pour nous, comme joueurs de hockey, ce n'était également pas l'idéal parce que nous étions très loin des Coyotes. Quand j'ai été rappelé, je suis arrivé à 5h du matin. Maintenant, nous serons tout près.»

Il croit en ses chances

Pour la première fois de sa carrière, l'ancien attaquant des Saguenéens de Chicoutimi se présentera au camp d'entraînement des Coyotes en croyant réellement en ses chances de faire partie de l'alignement partant de la formation à l'occasion du premier match de la saison régulière. «Peut-être que je ne jouerai pas 82 matchs, mais c'est la première fois que je sens que j'ai vraiment une chance de faire la LNH. J'ai toujours eu ce but, c'est clair, parce que personne ne se présente à un camp en pensant qu'il ne fera pas le club, mais là j'ai vraiment l'impression d'avoir une chance. Avant, je voulais surtout faire bonne impression.»

Dauphin a goûté à la LNH l'an dernier, en y jouant huit parties. «Le jeu n'est pas pareil, tout ce qui entoure une partie n'est pas pareil, l'avion, la vie... rien n'est pareil, en fait. Tu as une qualité de vie supérieure. Dans l'Américaine, tu joues toujours trois matchs en trois soirs, alors que c'est impossible dans la LNH. J'espère vraiment pouvoir jouer rapidement dans la LNH.»

Il reste deux ans au contrat de Laurent Dauphin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer