Verreault-Paul jouera en Italie

Francis Verreault-Paul a signé un contrat avec une... (Archives Le Progrès-Dimanche, Louis Potvin)

Agrandir

Francis Verreault-Paul a signé un contrat avec une équipe italienne il y a trois jours.

Archives Le Progrès-Dimanche, Louis Potvin

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Francis Verreault-Paul ne jouera pas pour les Marquis de Jonquière la saison prochaine. Il a signé un contrat avec une équipe italienne il y a trois jours.

«J'ai eu une offre et j'ai décidé de la prendre. C'est un contrat d'un an. Je suis super excité à l'idée de me retrouver en Italie, un pays où je n'ai encore jamais joué», a raconté le hockeyeur originaire de Mashteuiatsh, en marge du tournoi À bout de souffle disputé à Saint-Félicien.

Les Broncos de Sterzing-Vipiteno, pour lesquels jouera Verreault-Paul en 2016-2017, évoluent dans le second échelon italien (A2). Leur aréna a une capacité de 1500 spectateurs. La ville est située à l'extrême nord de l'Italie, près de la frontière de l'Autriche. Aucun Québécois ne fait partie de la formation dirigée par le Canadien Clayton Beddoes.

«Je ne connais personne dans l'équipe, mais je ne suis pas inquiet parce que je connais des joueurs dans cette ligue et tout le monde m'en parle positivement. Les Broncos sont une bonne organisation.»

L'an dernier, l'ancien «maire de Verreaultville» a joué au Danemark. Depuis le début de sa carrière professionnelle, il a aussi joué dans la ECHL, en Suisse et six parties dans la AHL. À 28 ans, Verreault-Paul a fait une croix sur le hockey professionnel en Amérique du Nord.

En avril dernier, il avait affirmé que les possibilités de le voir avec les Marquis de Jonquière de la Ligue nord-américaine de hockey étaient toutefois grandes. Les droits de Verreault-Paul dans la LNAH appartiennent à la formation jonquiéroise. L'an dernier, il était passé très près d'endosser le chandail des Marquis. Il avait finalement reçu une offre pour se rendre au Danemark et avait préféré cette option.

Samedi, au moment de l'entrevue, il n'avait pas encore averti les Marquis qu'il ne jouerait pas pour eux. Il avait signé son contrat italien deux jours auparavant.

«Je suis content de ne pas avoir eu à attendre cette fois, comme l'an dernier. Je n'ai pas à me stresser et je serai prêt pour le camp d'entraînement.» L'an dernier, Verreault-Paul n'avait signé son contrat qu'en décembre, donc alors que la saison était entamée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer