Des spectacles de patinage artistique en croisière

La patineuse artistique Alexandra Gagnon revient d'un périple... (Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque)

Agrandir

La patineuse artistique Alexandra Gagnon revient d'un périple de sept mois à bord du Navigator of the Seas où elle prenait part à un spectacle présenté sur une patinoire de glace. Une expérience enrichissante à la fois sur le plan personnel et sportif.

Photo Le Quotidien, Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le 3 janvier dernier, Alexandra Gagnon plongeait dans l'inconnu, avec comme seul point d'appui ses talents en patinage artistique. La Chicoutimienne, qui célébrera son 23e anniversaire dans quelques jours, revient d'un séjour de sept mois à bord du bateau de croisière Navigator of the Seas où elle a pu concilier son art tout en découvrant les plus belles destinations des Caraïbes et d'Europe.

La jeune femme ne regrette surtout pas sa décision, elle revient grandie de cette première expérience. «J'ai vraiment évolué: je suis plus responsable, plus autonome, et ma vision des chosesa changé», analyse celle qui a ouvert ses horizons. Même si ce contrat de spectacles lui a permis de concilier sa passion pour le patin et les voyages, il lui a aussi permis de mettre à l'épreuve sa capacité d'adaptation et sa discipline personnelle en plus de parfaire sa connaissance de l'anglais.

Car c'était la première fois que la jeune fille coupait complètement le cordon. «Au début, je m'ennuyais parce que c'était la première fois que je partais de la maison, seule sans ma famille ou des amis. Même en compétitions, ma mère (Martine Rhainds) m'accompagnait. J'ai trouvé ça vraiment difficile de prendre ma routine parce que tout est nouveau, dans une langue nouvelle», raconte celle qui a eu la chance d'avoir la visite de ses proches à quelques occasions durant son périple. «Quand je suis arrivée, j'espérais que les sept mois ne seraient pas comme les deux premières semaines. Mais par la suite, c'est devenu super facile parce que j'avais quatre spectacles en sept jours.»

Expérience enrichissante

La Saguenéenne avoue que les deux premières semaines du contrat sont les plus difficiles, parce qu'il faut apprendre quand même assez rapidement son rôle. «Pendant les deux premières semaines, on est de 8h à 17h sur la glace et on n'arrête pas. On a des ampoules aux pieds.» La troupe compte de huit à dix patineurs et chacun doit apprendre deux rôles. «Il faut être capable de s'ajuster rapidement et être toujours prête!»

Les spectacles durent entre 40 à 45 minutes et l'horaire des spectacles varie selon les destinations. «Quand j'étais dans les Caraïbes, c'était des croisières de sept jours. Donc, on faisait toujours quatre spectacles (deux par jour) en sept jours. En Europe, c'était davantage des croisières de 9, 12 et 14 jours. On faisait encore quatre spectacles, mais on avait plus de temps libre pour visiter», explique celle qui a ainsi pu découvrir les attraits du Portugal, des Îles Canaries, de la France, de la Norvège, de la Finlande, du Danemark, de l'Estonie et de la Russie entre autres, en plus des Caraïbes.

«L'Europe, c'était vraiment super», assure Alexandra Gagnon qui a eu un coup de coeur pour la Russie et ses infrastructures, ainsi que la Norvège pour la beauté de ses paysages. Elle devrait d'ailleurs retourner une semaine en Norvège prochainement afin de découvrir de nouveaux ports d'escales.

Outre les nouveaux horizons, la jeune athlète apprécie également les nouveaux mouvements qu'elle apprend. «Ça me stimule d'apprendre de nouveaux éléments, des choses que je n'ai jamais faites auparavant, parce que ça ne se fait pas en compétitions. J'ai appris des mouvements plus cool comme un salto arrière (backflip) sur la glace. J'ai encore besoin de quelqu'un qui me sécurise. Je vais le pratiquer ici pour avoir un élément nouveau quand je serai sur le prochain bateau, car l'entreprise qui nous engage aime qu'on progresse», a-t-elle conclu.

La Saguenénne Alexandra Gagnon (3e à partir de... (Photo courtoisie) - image 2.0

Agrandir

La Saguenénne Alexandra Gagnon (3e à partir de la gauche, 2e rangée) a pu concilier sa passion pour le patinage artistique et les voyages grâce à son emploi sur le Navigator of the Seas. Elle repartira en octobre pour une tournée en Asie.

Photo courtoisie

Sept mois en Asie

Les voyages forment la jeunesse et Alexandra Gagnon n'a pas l'intention de s'arrêter en si bon chemin. À peine revenue d'un périple de sept mois en Europe et dans les Caraïbes, la jeune femme, loin d'être rassasiée, a accepté un nouveau contrat de sept mois qui l'amènera cette fois-ci en Asie à compter du mois d'octobre.

En plus du dépaysement culturel, la patineuse sait déjà que son rythme de travail sera beaucoup plus exigeant physiquement que son premier contrat. «Au lieu de faire quatre représentations réparties sur 7 à 14 jours, ce sera quatre spectacles en trois ou quatre jours. Je serai payée un peu plus cher parce que ce sera mon deuxième contrat, mais je vais aussi travailler vraiment plus fort. Ils m'ont d'ailleurs avisée d'être vraiment bien préparée parce que ce sera un spectacle difficile. Ce sera vraiment différent. Ils m'ont dit que c'était le plus difficile des spectacles. Ils m'ont fait peur, mais on dirait que je vois ça tellement gros que je me dis que ce sera moins pire», explique celle qui disposera encore de deux semaines pour apprendre le nouveau spectacle présenté sur le Mariner of the Seas (Royal Caribbean).

«Je vais essayer de faire attention à moi, de bien manger et de m'entraîner», ajoute Alexandra Gagnon, qui doit faire preuve d'une bonne discipline de vie. Lors de son prochain périple, les destinations au programme seront le Japon, la Chine, la Thaïlande, la Malaisie, la Corée, le Vietnam, etc.

Dans son sillage

La Chicoutimienne n'hésite pas à recommander l'aventure pour d'autres patineuses de haut niveau ayant le goût d'élargir leurs horizons. «C'est vraiment une très belle expérience! Je suis bien payée, je voyage et je fais ce que j'aime», résume celle qui a eu le plaisir de rencontrer l'une de ses anciennes protégées. L'Almatoise Pascale Harvey-Pilote a en effet suivi ses traces et vient d'accepter un contrat sur le même bateau de croisières. «On a été deux semaines ensemble. Elle n'a pas le même rôle que moi, mais elle est sur le même bateau. J'étais contente de la revoir. Elle a fait son premier spectacle cette semaine.»

Une fois son périple en Asie terminée, l'étudiante en enseignement préscolaire-primaire aimerait bien décrocher un autre contrat, idéalement pour les destinations en Australie et en Alaska. Une belle façon de boucler un quasi-tour du monde avant de compléter sa formation universitaire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer