Une autre dure journée pour Heidi Levasseur

Heidi Levasseur tentera de nager 41 kilomètres aujourd'hui... (Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Heidi Levasseur tentera de nager 41 kilomètres aujourd'hui entre L'Anse-Saint-Jean et Tadoussac.

Archives Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Décidément, c'est à se demander si Ursula, la méchante sorcière-pieuvre du film de Disney, La Petite Sirène, ne fait pas tout en son pouvoir pour empêcher Heidi Levasseur d'atteindre ses objectifs durant son périple à la nage prévu de près de 300 km par étapes qui doit la mener du lac Saint-Jean à Tadoussac.

La «Sirène du Québec» a encore une fois dû écourter son parcours, cette fois entre Sainte-Rose et L'Anse-Saint-Jean, en raison des violents orages qui se sont abattus sur la région.

«On n'est pas épargnés ces jours-ci!», confirme la Trifluvienne en entrevue téléphonique. «Nous avons eu une belle journée mardi, mais aujourd'hui (mercredi), on a dû abandonner à la mi-parcours à la hauteur de Cap-Trinité. On voyait venir l'orage et le capitaine m'a dit d'embarquer au plus vite», relate celle qui a toutefois évité la grêle.

«J'ai quand même eu du beau temps jusqu'à 14h20, mais après, ça été un orage après l'autre», raconte celle qui a nagé une vingtaine de kilomètres sur les 36 anticipés. «Ce qui est bizarre et ce à quoi je ne m'attendais pas, c'est que je n'ai pas pu profiter du courant favorable de la marée. À mon grand étonnement parce que quand j'ai regardé la distance parcourue avec mon temps, ça me donnait ma vitesse de base», souligne la «Sirène du Québec» qui découvre une facette qu'elle ne connaissait pas du Saguenay.

«Il n'y avait pas de courant favorable ou tout simplement pas du tout de courant, je m'étais fiée un peu à ce que je connaissais du fleuve et à ce que les gens m'avaient dit, mais ça ne s'est pas du tout passé comme prévu!»

Jeudi, Heidi Levasseur entamera la dernière étape de son programme, en tentant de rallier les 41 kilomètres qui séparent L'Anse-Saint-Jean à Tadoussac. «On va prier pour qu'il fasse beau toute la journée. Nous avons une quarantaine de kilomètres à franchir; on va voir comment on peut gérer ça, si on a un peu d'aide avec les courants... et avec le temps évidemment!»

Son départ de L'Anse-Saint-Jean est programmé pour 9h et son arrivée à la marina de Tadoussac est prévue pour 15h. À cette occasion, la population est invitée à se joindre aux enfants des camps de jour pour accueillir la «Sirène du Québec».

Années 60

Enfin, Heidi Levasseur fait appel à la mémoire collective pour confirmer si un homme avait déjà réussi la descente du Saguenay entre Chicoutimi et Tadoussac à la nage dans les années 60, car d'après ses recherches, cet exploit, s'il a eu lieu, ne semble pas avoir été documenté par un article ou autre référence de l'époque.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer