Maheu lorgne le titre national

Texte: Quelques kayakistes d'ici et de l'extérieur ont... (Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais)

Agrandir

Texte: Quelques kayakistes d'ici et de l'extérieur ont fait une démonstration du canoë-kayak en eau vive sur la rivière aux Sables, mercredi, en vue du Championnat canadien qui y sera tenu du 15 au 21 août: Florence Maheu, Pierre-Luc Lemieux, Patrick Lévesque, Jacques Blackburn et Mariane Lapierre.

Photo Le Quotidien, Mariane L. St-Gelais

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À un peu plus de deux semaines du Championnat canadien de canoë-kayak en eau vive (15 au 21 août), quelques participants sont venus donner un aperçu des disciplines (slalom et descente) qui seront présentées sur la rivière aux Sables. Parmi les kayakistes en action mercredi, on retrouvait Florence Maheu qui ne vise rien de moins que le titre national, et ce, même si elle fait à peine son entrée chez les seniors féminins.

Pour la kayakiste de 23 ans, il s'agit d'un retour aux sources puisque le tout premier championnat canadien auquel elle a pris part s'est justement tenu au magnifique Centre d'expédition et de plein air laurentien (Cepal) en 2008. L'athlète native de Salaberry-de-Valleyfield se présentera en forme pour le championnat canadien, elle qui revient tout juste des Championnats du monde de canoë-kayak d'eau vive des moins de 23 ans tenus en Pologne.

«Je reviens d'Europe où j'ai passé six semaines à l'entraînement et j'espère que ça va porter fruit. Ce n'est pas le même type de rivière, mais je pense que ça peut m'aider», estime l'ambitieuse athlète, ravie de pouvoir prendre part à une compétition au Québec. «Ça n'arrive pas souvent, peut-être une fois tous les deux trois ans. C'est le fun de venir ''compétitionner'' ici, proche de la maison, avec la famille qui peut venir voir», souligne-t-elle, heureuse de pouvoir permettre aux gens de découvrir son sport.

Le calibre promet d'être relevé dans sa catégorie, car aucune des athlètes féminines ne sera absente en raison des Jeux de Rio. «On est 3-4 bonnes filles qui s'entraînent ensemble, alors ce sera du bon calibre», estime celle qui pratique depuis 11 ans «ce sport qui n'est pas un sport extrême même s'il est souvent perçu comme tel.» 

Un peu plus loin, la jeune Mariane Lapierre, originaire de Port-Cartier, apprivoisait la rivière dont le débit sera trois fois moins élevé lorsque se tiendront les nationaux. L'athlète de 14 ans s'adonne à la discipline depuis l'an dernier. Ancienne triathlète et nageuse élite, Mariane Lapierre s'est d'abord initiée au kayak de façon récréative l'été dernier, avant de tenter le coup pour la compétition en fin de saison. Elle est même déménagée à Québec depuis et s'entraîne sur la rivière Beaupré.

Bien sûr, celle qui évoluera en catégorie junior (18 ans et moins) entend profiter de ce championnat pour évaluer où elle se situe par rapport aux autres Canadiennes. Hier, le gros débit de la rivière la stressait un peu, étant donné qu'elle a vécu une mauvaise expérience en avril dernier, alors qu'elle avait chaviré et eu de la difficulté à s'extirper de son embarcation. Malgré la crainte qui resurgit de temps à autre, elle s'est aussi aperçue qu'elle avait la capacité de se sortir de toutes sortes de situations.

Un vétéran

Avec une dizaine de participations, Jacques Blackburn fait partie des vétérans des championnats canadiens. Le Jonquiérois de 66 ans aimerait bien réussir un top-3 chez les maîtres, même si le calibre s'annonce relevé là aussi. «Je m'attends à une forte compétition avec la présence de gens comme Benoit Gauthier et François Létourneau qui ont déjà été dans le top-10 aux Championnats du monde. Ils sont censés venir et ils sont en très bonne forme», explique le sympathique kayakiste.

«Il y a aussi d'anciens membres de l'équipe canadienne qui avaient arrêté d'en faire et qui ont décidé de revenir à la compétition. Et il y a toujours l'entraîneur de l'équipe albertaine qui évolue maintenant chez les maîtres. Je vais essayer d'être parmi les trois premiers, mais ces temps-ci, j'ai mal aux épaules. Ça va aussi dépendre où ils vont placer les portes et s'ils vont nous proposer des tracés assez tortueux», fait valoir celui qui a l'avantage de bien connaître la rivière.

En bref

• Seulement deux kayakistes canadiens participent aux Jeux de Rio. Les autres membres de l'équipe nationale devraient donc être tous présents au rendez-vous, du 15 au 21 août. La fédération canadienne prévoit quelque 75 kayakistes à ce rendez-vous jonquiérois qui est ouvert à tout le monde.

• L'organisation espère attirer 2000 spectateurs durant le championnat canadien, surtout si dame Nature collabore. Outre les disciplines de slalom et de descente, plusieurs activités sont prévues pour faire découvrir le sport. Estrades et tables à pique-nique seront également disposées le long du site de compétition. À noter que l'épreuve du freestyle sera tenue à Valleyfield. 

• Jacques Blackburn a rappelé que la rivière aux Sables est un joyau qui fait partie des quatre plus beaux endroits au Canada pour tenir des compétitions. Pour lui, il faudrait idéalement que la rivière soit retravaillée un peu, car elle a été malmenée et des roches ont été déplacées beaucoup sur un ou deux kilomètres plus bas lors le déluge et lors des fortes pluies de 2013.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer