Défi Leucan 5000: Gabriel Harvey s'approche du Québec

Gabriel Harvey a parcouru plus de 3000 kilomètres... (Photo courtoisie)

Agrandir

Gabriel Harvey a parcouru plus de 3000 kilomètres depuis le début du mois de juillet. Si tout se passe comme prévu, il arrivera au Québec dans cinq jours.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Gabriel Harvey se rapproche du but. Le Jonquiérois, qui a amorcé la traversée du Canada à vélo au début du mois de juillet dans le cadre du Défi Leucan 5000, est présentement en Ontario et il va mettre les roues au Québec dans exactement cinq jours.

L'athlète vise à faire connaître la cause de Leucan, en plus d'amasser des fonds pour l'organisme qui vient en aide aux enfants malades et leur famille. Il rend hommage à tous les enfants touchés ou décédés de la maladie, dont la petite Hélixanne, son ancienne belle-soeur.

Le défi colossal du jeune homme se passe plutôt bien, même si ses cuisses lui font mal. Normal, après 3500 kilomètres d'efforts. Il arrivera à Chicoutimi le 11 août, plus de 5000 kilomètres plus tard.

«Côté température, j'ai été chanceux jusqu'à maintenant, a souligné Gabriel Harvey, joint par téléphone à Thunder Bay, où il profitait d'une deuxième journée de congé lundi. Il y a eu de grosses tempêtes annoncées au Manitoba et en Saskatchewan, des tornades, de la pluie, des forts vents; tout ce que vous voulez. Heureusement, j'ai réussi à éviter la grosse partie des intempéries. J'ai souvent eu le vent dans le dos, donc ça m'a aidé.»

L'aventurier, qui dort dans une tente la plupart du temps depuis le début de son périple, a toutefois été ralenti par les fortes chaleurs dans les Prairies canadiennes. Il a même dû s'arrêter deux journées de suite puisque la chaleur était «beaucoup trop intense».

«Les plaines, c'était plat et c'était long longtemps, a soufflé Gabriel Harvey. C'était chaud et humide, c'était quelque chose. J'ai également parcouru de longues distances dans la dernière semaine. À plusieurs reprises, j'ai fait 200 kilomètres par jour.»

Physiquement, il avoue que le corps commence à être épuisé, mais ce n'est pas assez pour mettre fin à son aventure.

«L'accumulation de fatigue devient un problème, a-t-il mentionné. J'ai de la difficulté à récupérer mon sommeil et je ne dors pas très bien. Mis à part la fatigue, le corps répond bien.»

Le cycliste a convenu que le défi était également de taille mentalement. «Je suis souvent isolé, même si je rencontre plusieurs voyageurs, dont au moins un Québécois par jour. Ça reste que je suis longtemps seul et les journées sont longues. Je me demande à l'occasion qu'est-ce que je fais là et c'est à ce moment que je repense aux motivations du défi. Passer de neuf à dix heures sur le vélo, c'est quand même assez long.»

Pour des raisons de sécurité, Gabriel Harvey a décidé de modifier son itinéraire. Au lieu longer les Grands Lacs, il passera plutôt par le nord de l'Ontario, avant d'arriver en Abitibi vers la fin de la semaine. Un arrêt au bureau régional de Leucan à Val-d'Or est à l'horaire. «Je débute la plus grosse partie de mon défi», a confirmé celui-ci.

Il est possible de suivre l'aventure de Gabriel Harvey sur la page Facebook Défi Leucan 5000. Les dons sont également les bienvenus sur le site internet au même nom.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer