Antoine Duchesne a les deux pieds sur terre

Antoine Duchesne... (Photo tirée d'Instagram)

Agrandir

Antoine Duchesne

Photo tirée d'Instagram

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Bien qu'il ait complété le Tour de France, la plus prestigieuse des compétitions de cyclisme sur route de la planète, Antoine Duchesne n'est pas du genre à flotter sur un nuage et à se bomber le torse. Le Chicoutimien se réserve quelques jours de congé avant de replonger à fond dans sa carrière.

Au lendemain d'avoir vécu les trois semaines les plus intenses de sa vie, l'athlète de 24 ans était de retour au Québec. Avait-il pris le temps de réaliser qu'il était devenu le deuxième Québécois à avoir complété le Tour de France?

«Non, pas vraiment, a lancé Antoine Duchesne avec son honnêteté habituelle. Je pense que je vais le réaliser lorsque je ne le ferai plus et que tout sera fini. Quand on est là-dedans et qu'on fait toujours des courses de vélo, on ne réalise pas de l'extérieur la grosseur de tout ça. Malgré tout, à travers tous les messages que j'ai reçus de gens que je n'ai pas vus ou à qui je n'ai pas parlé depuis plusieurs années, c'est le fun de voir l'engouement que ç'a créé. Ça montre à quel point le Tour est grand. En tant que cyclistes, on ne le réalise pas parce qu'on côtoie des gars avec qui on court toute l'année. J'ai la même équipe et ce sont les mêmes protocoles. Les seules différences, c'est qu'il y a un million de personnes sur le bord des routes et les cyclistes sont au top de leur forme. Ça reste que c'est une course de bicycle et des courses de bicycle, j'en fais 85 par année.»

L'athlète de 24 ans refusait également de se taper dans les mains en se disant qu'il faisait maintenant partie d'un club sélect.

«Je suis quelqu'un d'assez terre à terre et je n'ai pas envie d'être sur un nuage, a-t-il ajouté. Je vis un rêve, mais en même temps, j'ai tellement travaillé pour le vivre et j'en veux déjà plus. Dimanche avec l'équipe, je me suis dit que l'an prochain ou dans deux ans, je sais ce que je suis capable de faire et je peux y aller dans le but de gagner une étape. Je ne peux jamais dire que j'ai accompli mon rêve et que je peux flotter là-dessus pendant 10 ans. Le cyclisme, ça va vite et on n'arrête jamais. On est toujours en train de se battre pour être au meilleur de nous-mêmes et accomplir différents objectifs. C'est un sport où on peut difficilement débrancher.»

Appelé à dresser un bilan des dernières semaines, Antoine Duchesne s'est dit satisfait de sa performance, mentionnant qu'il avait beaucoup appris aux côtés des meilleurs de sa profession. Son moment fut certes la septième étape, alors qu'il a fait partie de l'échappée initiale. Lui et ses coéquipiers chez l'équipe Direct Énergie gardaient toutefois un léger goût amer de cette longue aventure.

«Personnellement et physiquement, je suis vraiment content de moi, mais on a quand même vécu une grosse déception en tant qu'équipe puisqu'on voulait tellement aller chercher une victoire d'étape. On est passé très près. On s'est énormément investi autour de Bryan [Coquard] et de ne pas avoir réussi, c'est plate.»

Même s'il participait au Tour de France pour la première fois, Antoine Duchesne a laissé les complexes pour les autres. Il est convaincu que s'il continue de bien faire les choses, sa présence à la Grande Boucle va se répéter.

«Je n'ai jamais été au Tour en me disant que j'étais content d'être là et que je voulais seulement me rendre au bout, a-t-il commenté. J'y étais parce que j'avais ma place et je voulais être un acteur d'une victoire d'un coéquipier. Je ne me disais pas que c'était impossible d'aspirer à une victoire d'étape. J'en retire un bilan très positif. J'ai beaucoup appris et le but est de grandir là-dedans. Mon but est de faire une longue carrière et de devenir un grand coureur.»

Les prochains jours s'annoncent maintenant plutôt tranquilles pour le cycliste. «Je vais tenter de m'isoler en compagnie de ma copine afin de récupérer le plus possible, a partagé Duchesne. Je n'ai rien prévu, je vais seulement voir ma famille et décompresser.»

Place aux Jeux

Antoine Duchesne le dit lui-même, il n'est pas du genre à flotter définitivement sur son nuage. Ça tombe bien puisqu'il doit rapidement tomber sur ses pattes en vue des Jeux olympiques de Rio, du 5 au 21 août. Les compétitions en cyclisme sur route sont du 6 au 10 août. Hugo Houle et Michael Woods seront ses coéquipiers.

«J'essaie de décrocher du cyclisme, mais en même temps, je suis dans l'avion en direction de Rio lundi prochain, a mis en contexte le cycliste de Chicoutimi. Avec les dernières semaines et ma récupération, je suis confiant de pouvoir être dans une bonne forme.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer