La fatigue se fait sentir

Heidi Levasseur est arrivée à Chicoutimi dimanche. Après... (Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie)

Agrandir

Heidi Levasseur est arrivée à Chicoutimi dimanche. Après un repos lundi, elle se dirigera vers Sainte-Rose-du-Nord mardi. Elle devrait arriver à Tadoussac jeudi.

Photo Le Quotidien, Rocket Lavoie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Heidi Levasseur a complété sa première semaine de nage dans les eaux de la région dimanche après-midi, en amorçant sa descente de la rivière Saguenay. Non sans avoir puisé dans ses ressources, c'est avec un certain soulagement qu'elle va se donner une journée de repos complet, lundi.

La première étape en territoire saguenéen a été raccourcie de quelques kilomètres, fatigue et courbatures obligent. Partie d'Alma en matinée, elle devait se rendre à la marina de Chicoutimi. Elle a finalement mis fin à sa journée à Shipshaw. «C'est toutefois une étape réussie, je pense qu'on va me pardonner un petit cinq kilomètres en moins», a indiqué Heidi Levasseur, qui a complété le tour du lac Saint-Jean à la nage au cours des dernières semaines.

«Au point de vue de la température, ça a été une belle journée, mais physiquement, ça commence à me rentrer dans le corps. Je me suis fait brasser pas mal une bonne partie de la semaine en raison des vagues et les conditions n'ont pas toujours été faciles. Aujourd'hui (dimanche), l'eau était quand même assez fraîche, ce qui a été un facteur aggravant. Disons que mes bras en avaient assez!»

Au terme de cette nouvelle journée, l'athlète de Cap-Rouge n'a pas caché que la tâche à accomplir s'est parfois présentée comme une haute montagne insurmontable.

«Au moins la température était de mon côté, mais c'est mentalement que j'ai eu de la difficulté, a confessé Heidi Levasseur, ajoutant que son périple était plus ardu qu'elle ne l'avait anticipé. Je le mentionne parce qu'il ne faut pas que les gens pensent que tout est toujours beau. J'ai aussi mes moments de doute à l'occasion, je me demande si je vais être capable de continuer. Une bonne journée de repos va me remonter le moral.»

Parmi les pépins physiques les plus notables, notons les égratignures sur ses épaules causées par son maillot ainsi que des douleurs aux bras. Une visite dans une clinique chiropratique devrait l'aider. «C'est là que je m'aperçois qu'un bon suivi médical est essentiel, a fait savoir la jeune femme. Je n'en ai pas eu samedi et je m'en ressens. Les athlètes de haut niveau savent qu'il y a une grande différence dans la performance lorsqu'on est traité et lorsqu'on ne l'est pas.»

Heidi Levasseur reprend l'eau mardi, en direction de Sainte-Rose-du-Nord, une étape de 40 kilomètres. Elle espère pouvoir compter sur l'aide naturelle des courants, un élément qui l'a quelque peu laissée sur son appétit dimanche.

«En arrivant dans le Saguenay, je pensais avoir plus de courant favorable, mais c'était simplement une légère poussée, a-t-elle raconté. On verra mardi, peut-être que ça sera différent.»

La dernière fois que Heidi Levasseur a nagé dans les eaux du Saguenay à partir de Chicoutimi, c'était en 2009. Elle s'était alors rendue à La Baie.

Si tout va bien, le périple de la nageuse se terminera jeudi à Tadoussac, après près de 300 kilomètres. Rappelons qu'il s'agit d'une préparation vers son objectif ultime, celui de devenir la première femme à traverser l'Atlantique Nord à la nage, ce qui équivaut à une distance d'environ 5000 kilomètres.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer