Duchesne a bien travaillé

Le cycliste de Chicoutimi Antoine Duchesne... (Photo AFP, Jean-Philippe Ksizek)

Agrandir

Le cycliste de Chicoutimi Antoine Duchesne

Photo AFP, Jean-Philippe Ksizek

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le congé de mardi a fait du bien à Antoine Duchesne (Direct Energie) qui est demeuré très actif pour être en mesure de couvrir les attaques des rivaux. Le cycliste natif de Chicoutimi a été le 121e cycliste à rallier l'arrivée à Finhaut-Emosson, à 34mn19 du vainqueur, alors que son coéquipier Thomas Voeckler a bien fait en terminant sixième.

«C'était une grosse étape qui n'était pas facile. Ç'a été très long avant que l'échappée se lance et ç'a bataillé à fond pendant au moins 65 bornes. C'était attaque après attaque», a mentionné Antoine Duchesne à Sportcom. «Aujourd'hui, j'étais dans une bonne journée et j'avais de bonnes sensations. J'étais dans beaucoup de coups et je suis resté très actif avec Sylvain (Chavanel) et Thomas (Voeckler). Nous avons couvert beaucoup d'attaques », a mentionné Duchesne, qui a été sorti lors de l'ascension du premier col. «Je n'étais plus capable de suivre les attaques.»

Voeckler a été le meilleur membre de la formation Direct Énergie en se classant 6e à 2mn46 du vainqueur. « Il y a quelques étapes où ça ne s'était pas passé comme il le voulait, alors de finir sixième aujourd'hui, il était super content. Nous aussi, car nous avons travaillé fort pour l'avoir dans l'échappée. C'est une belle journée pour l'équipe», a ajouté Duchesne.

Jeudi, à quatre jours de leur arrivée sur les Champs-Élysées, les cyclistes se feront la lutte dans un contre-la-montre en montagne de 17 kilomètres. «Ce sera une journée de décompression pour environ 150 coureurs du peloton. Il y a seulement ceux qui luttent pour le général et ceux qui pensent avoir une bonne place au chrono qui le feront la pédale au fond. Pour les autres, ce sera une occasion de récupérer un peu, car les deux étapes suivantes s'annonceront compliquées.»

Si la fatigue se fait ressentir comme pour la plupart des cyclistes, Antoine Duchesne, qui pointe au 111e rang du classement général, voit la fin arriver. « C'est rendu très mental maintenant. Il faut se concentrer pour continuer de se battre. Je vois le bout et je me sens encore bien.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer