Heidi Levasseur: c'est parti pour 300 km!

Avant le départ, Heidi Levasseur était fébrile.... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay)

Agrandir

Avant le départ, Heidi Levasseur était fébrile.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Tremblay
Le Quotidien

La Sirène du Québec s'est élancée dans le lac Saint-Jean, vers 9 h, lundi matin. La fébrilité était palpable lorsqu'elle a plongé dans les eaux de la rade de Roberval.

En marge de sa traversée de l'Atlantique à la nage prévue en 2018, Heidi Levasseur souhaite nager pendant dix jours sur une distance totale de 300 kilomètres. Et elle a opté pour la Capitale mondiale de la nage en eaux libres pour commencer cet entraînement.

Durant les 30 premiers kilomètres, l'athlète de 36 ans était accompagnée de son complice, Philippe Dubreuil.

Elle nage quotidiennement avec celui qui a été champion canadien sur 10 kilomètres en 2006 et 2009, champion provincial au 1500 mètres ainsi que 5e aux Jeux panaméricains.

Au menu des prochains jours, la Sirène effectuera le tour du lac Saint-Jean et descendra la rivière Saguenay par la suite.

«C'est toujours un peu d'inconnu avec la pluie et le vent. Je prévois nager sur une distance d'une trentaine de kilomètres par jour. J'ai un guide de la Traversée et un ravitailleur avec moi pour la première partie. Dans le Saguenay, un voilier et un kayakiste me suivront», a-t-elle déclaré.

Physiquement, la nageuse se dit prête à réaliser son ultime exploit. Elle souhaite être la première femme à y parvenir. «Je pourrais partir, mais toute l'organisation et les ressources sont à mettre en place. J'effectue une collecte de fonds au sein de toutes les municipalités que je visiterai dans les dix prochains jours», poursuit Heidi Levasseur.

«Nous sommes à une semaine du début des festivités de la Traversée internationale du lac Saint-Jean. Le périple de Mme Levasseur vient stimuler toute l'énergie que ça peut prendre aux nageurs pour nager dans le lac Saint-Jean. Aujourd'hui (lundi), la température est moyenne, mais il y a peu de vagues», a commenté le maire de Roberval, Guy Larouche.

La Trifluvienne avait réussi la Traversée du lac Saint-Jean en 1996. Après deux autres tentatives (1998 et 2009) infructueuses, elle était de retour en 2010 pour réaliser un tour du lac à la nage en cinq jours tout en contribuant à une bonne cause.

Cette fois-ci, elle en rajoute avec la descente de la rivière Saguenay d'Alma jusqu'à Tadoussac. Mardi matin, elle partira de la plage municipale de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix, à 9h. Elle arrivera au Camping Belley de Saint-Henri-de-Taillon aux alentours de 15h.

Heidi Levasseur souhaite réaliser la traversée de l'Atlantique,... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay) - image 2.0

Agrandir

Heidi Levasseur souhaite réaliser la traversée de l'Atlantique, en 2018.

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Première journée éprouvante

(Jonathan Hudon) - Heidi Levasseur a fait connaissance avec le lac Saint-Jean et celui-ci n'entendait pas à rire, lundi. La nageuse avait prévu arriver à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix vers 16h, elle y est finalement arrivée près de deux heures plus tard.

Des vagues de face et de côté ont particulièrement nui au travail de l'athlète, en plus de la température froide.

«C'est une journée qui ne m'a pas épargnée! , a lancé Heidi Levasseur, jointe par téléphone une trentaine de minutes après être sortie de l'eau. C'était déjà assez houleux en matinée avec des vagues pas nécessairement hautes, mais tannantes. J'avalais pas mal d'eau, une chance qu'elle n'est pas trop polluée!»

Heidi Levasseur a avoué que la dernière heure et demie de nage avait été ardue, en plus d'avoir été légèrement ralentie par le froid. Tout est rapidement rentré dans l'ordre lorsqu'elle a mis le pied sur la terre ferme.

«Ça s'est calmé à partir de Chambord et entre midi et 15h, ça allait assez bien, a-t-elle ajouté. Vers 15h30, de gros nuages gris sont apparus et ça s'amplifiait de minute en minute. Je suis finalement arrivée à Métabetchouan à presque 15h dans les grosses vagues. Je suis vraiment surprise du temps que ça m'a pris, mais on ne sait jamais à quoi s'attendre avec le lac Saint-Jean.»

La Sirène du Québec s'est élancée dans... (Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay) - image 3.0

Agrandir

Photo Le Quotidien, Isabelle Tremblay

Itinéraire et programme prévu

Mardi 19 juillet

25 km

Métabetchouan (8h30)/Saint-Henri-de-Taillon (14h)

Mercredi 20 juillet

34 km

Pointe-Taillon (6h)/Vauvert (15h30)

Jeudi 21 juillet

Repos/activité de financement

Vendredi 22 juillet

28 km

Vauvert (7h30)/Saint-Prime (15h15)

Samedi 23 juillet

15 km

Saint-Prime (11h)/Roberval (15h)

Dimanche 24 juillet

38 km

Alma (9h)/Chicoutimi (14h)

Lundi 25 juillet

Repos

Mardi 26 juillet

40 km

Chicoutimi (9h)/Sainte-Rose-du-Nord (15h)

Mercredi 27 juillet

36 km

Sainte-Rose-du-Nord (9h30)/L'Anse-Saint-Jean (15h30)

Jeudi 28 juillet

41 km

L'Anse-Saint-Jean (10h)/Tadoussac (16h)

Distance totale projetée: 289 km

* Les heures de départ et d'arrivée peuvent varier selon les conditions climatiques ou autres

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer