Un premier contact réussi pour Tim Tremblay

Tim Tremblay a impressionné à son premier contact... (Photo courtoisie)

Agrandir

Tim Tremblay a impressionné à son premier contact avec le très relevé circuit américain de motocross AMA.

Photo courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À son premier contact avec la prestigieuse série américaine de motocross AMA, Tim Tremblay a fait tourner les têtes, à Southwick, au Massachusetts. Qualifié quatrième dans la classe la plus relevée de 450 CC, le pilote originaire de Sainte-Jeanne-d'Arc s'est même permis une place dans le top-15 lors de la deuxième course avec la 13e position.

Au volant de sa moto Yamaha 450 CC,... (Photo courtoisie) - image 1.0

Agrandir

Au volant de sa moto Yamaha 450 CC, Tim Tremblay a pris la quatrième place de la qualification du circuit AMA en plus de conclure la deuxième course au 13e rang. 

Photo courtoisie

Tim Tremblay en compagnie des membres de son... (Photo courtoisie) - image 1.1

Agrandir

Tim Tremblay en compagnie des membres de son équipe Saint-Césaire Moto Sport qui l'accompagnaient à Southwick, Billy Girard, Heidy Lessard et son père, Sarto Lessard. 

Photo courtoisie

« Il y a eu pas mal de gens qui étaient surpris et qui sont venus me féliciter de mes performances. C'est rare que quelqu'un qui n'a jamais fait de course AMA de sa vie se qualifie 4e et réussisse à faire un top-15. C'est comme un exploit. Les gens sont fiers de moi et je le suis également. C'était mon rêve de faire une épreuve de cette série. Je ne savais pas où je me situais et en voyant mes temps, j'étais vraiment content », de raconter Tim Tremblay qui aura 30 ans en novembre.

Il est plutôt inhabituel pour un pilote de tenter sa chance aussi tard sur le circuit américain. Il ne pourra répéter l'expérience d'ici la fin de la saison en raison de ses engagements, mais fort de cette fructueuse première expérience, il se promet de tenter d'y retourner l'an prochain.

« C'est l'fun de courser contre les meilleurs. C'était vraiment tripant de me retrouver avec ces gars-là que je vois à la télé et ne pas trop avoir l'air d'un branleux », de convenir en riant Tim Tremblay qui était accompagné de deux mécaniciens qui ont été très occupés. Lors de la première course, alors qu'il roulait en 15e position, le moteur de son Yamaha a rendu l'âme, ce qui a nécessité un changement avant la deuxième épreuve. Le pilote de l'équipe Saint-Césaire Moto Sport a débuté plutôt tranquillement, mais a remonté le peloton pour finalement conclure au 13e rang.

Père de deux enfants, Tim Tremblay ne chôme pas pendant les fins de semaine par les temps qui courent. Après une saison très occupée de snocross, qui a pris fin en mars, il a débuté celle de motocross dès le mois de mai, après une pause de quelques semaines en Floride... où il avait amené son bolide.

Au cours des derniers mois, il a notamment participé à cinq épreuves d'arénacross, aux activités du Challenge Québec, en plus de prendre part à une épreuve du Championnat national en fin de semaine, à Ulverton, près de chez lui à Drummondville. « Je n'ai pas arrêté beaucoup depuis le début de l'été », convient le pilote de Sainte-Jeanne-d'Arc qui sera présent lors de l'épreuve régionale de Desbiens, le 24 juillet, qui comptera également au classement provincial. Il devrait également participer à la compétition nationale de Deschambault, le 7 août.

Priorité snocross

Malgré ses excellents résultats sur deux roues, Tim Tremblay ne changera pas ses plans de carrière. Il continuera de mettre ses efforts pour bien faire sur la neige avec sa motoneige de snocross.

«Ça fait 10 ans que je fais du snocross et je gagne très bien ma vie. Le motocross, c'est tellement un sport où il est difficile de faire de l'argent. Oui dans mon coeur, ç'a été mon premier sport et c'est ce que je voulais faire de ma vie, mais les circonstances ont fait que j'étais capable de gagner ma vie avec le snocross. J'aime ça faire de telles performances, mais ce ne sera pas mon numéro un. Ma priorité, et ce pour quoi je m'entraîne, c'est le snocross. C'est ce qui me fait vivre ainsi que ma famille», exprime Tim Tremblay, pas du tout amer de la tournure de sa carrière. «Je ne peux pas demander mieux que de vivre du snocross. Je tripe et j'aime vraiment ça», assure le pilote régional, vice-champion du circuit le plus relevé aux États-Unis, ISOC Racing. Il a également remporté le championnat en 2012 en plus de décrocher une médaille de bronze lors des réputés X-Games, à Aspen au Colorado en 2013

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer